Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'ONU dénonce des crimes de guerre à Idlib



            Partager Partager

Les trois membres de la Commission d'enquête révèlent des crimes de guerre en Syrie (photo : Conseil des droits de l'homme)
Les trois membres de la Commission d'enquête révèlent des crimes de guerre en Syrie (photo : Conseil des droits de l'homme)
SYRIE. Dans un rapport publié mardi 7 juillet 2020 à la demande du Conseil des droits de l'homme, la Commission d'enquête indépendante de l'Onu sur la Syrie recense des dizaines de crimes de guerre et de possibles crimes contre l'humanité perpétrés dans la région d'Idlib. Cette ville syrienne se trouve depuis plus d'un an au coeur des combats de la guerre civile alors que le gouvernement de Bachar al-Assad tente de la reprendre par des attaques aériennes et terrestres.

Selon Paulo Sergio Pinheiro, président de la Commission d'enquête assisté de deux autres enquêteurs, ces crimes auraient été recensés de novembre 2019 à juin 2020 et concerneraient cinquante-deux assauts répertoriés ces derniers mois contre des centres de santé (17 raids), des écoles (14), des marchés (9) ou des maisons (12). "Des enfants ont été bombardés à l’école, des parents au marché, des patients à l’hôpital..., et des familles entières ont été bombardées, même pendant leur fuite", se plaint Paulo Sergio Pinheiro.

Il note aussi que des déplacements forcés (1 million de personnes) dus aux bombardements pourraient être qualifiés de crimes contre l'humanité. Et évoque aussi des détentions, des tortures et des exécutions de civils.
"Il est tout à fait odieux qu'après plus de neuf ans, des civils continuent d'être attaqués sans discernement, voire pris pour cible, alors qu'ils vaquent à leurs occupations quotidiennes", souligne Paulo Sergio Pinheiro.

Viol des lois de la guerre

Le président de la Commission estime que tous les belligérants peuvent être mis en cause, les forces progouvernementales, soutenues par l'Armée russe, comme les djihadistes du Hayat Tahrir al-Cham (HTS). "Ils ont violé de manière flagrante les lois de la guerre et les droits des civils syriens", insiste-t-il.

La situation s'aggrave depuis le début de la pandémie de la Covid-19. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), 358 cas confirmés de coronavirus (dont 13 décès) ont été recensés en Syrie. Membre de la Commission d'enquête, Hanny Mehally indique qu' " aujourd’hui plus que jamais, les civils ont besoin d’un accès soutenu et sans entrave à l’aide humanitaire, qui ne doit être ni politisée par les États membres ni instrumentalisée par les parties au conflit." Et d'ajouter, "les pandémies ne connaissent pas de frontières, pas plus que l'aide qui sauve des vies."

Ce document de vingt-neuf pages sera présenté les 14 et 15 juillet 2020 à Genève lors de la 44e session du Conseil des droits de l'homme. Ses auteurs "exhortent la communauté internationale à s'inscrire dans une politique de reddition des comptes pour ces crimes décrits dans ce rapport".

Mercredi 8 Juillet 2020

Lu 883 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.