Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

L'ONU demande une reprise du processus politique sur le Sahara occidental




SAHARA OCCIDENTAL. Dans son rapport annuel sur la situation au Sahara occidental du 1er septembre 2020 au 31 août 2021, Antonio Guterres regrette une "situation fortement dégradée" depuis un an. Le Secrétaire général de l'Onu l'attribue à "la reprise des hostilités entre le Maroc et Front Polisario", mouvement qui milite pour l'indépendance de cette région définie, en 1963 par l'Onu, comme "territoire non autonome", mais considéré comme une province marocaine par Rabat.

Dans ce document, remis dimanche 3 octobre 2021 au Conseil de sécurité, Antonio Guterres indique qu'"il subsiste un risque évident d'escalade tant que les hostilités persistent". Si le conflit existe depuis l'abandon en 1976 par les Espagnols de leur colonie, les évènements s'enchaînent ces derniers temps : multiplication des incidents entre le Front Polisario et l'armée marocaine depuis mi-novembre 2020, déclaration inquiétante du Front Polisario annonçant qu'il ne se sentait plus engagé par le cessez-le-feu en vigueur depuis 1991, reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en décembre 2020, et enfin, tout récemment, rupture des relations entre l'Algérie (soutien du Front Polisario) et le Maroc principalement à cause des positions de Rabat sur ce territoire.

Se déclarant "profondément préoccupé", le chef des Nations unies considère tout ceci comme un "revers majeur vers l'obtention d'une solution politique. (...) la reprise d'un processus politique n'en est que plus urgent". Autre facteur évoqué, la crise de la pandémie de Covid 19. 

Victoire du Front Polisario sur les accords Maroc-UE

Mercredi 29 septembre 2021, dernier rebondissement, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) annulait, en première instance, deux accords de partenariats commerciaux entre le Maroc et l'Union européenne signés en 2019 au motif qu'ils incluaient le Sahara occidental. Le Front Polisario avait saisi cette juridiction pour protester contre la non-consultation du peuple sahraoui sur le sujet malgré, notamment, une disposition prévoyant des tarifs préférentiels pour l'entrée de produits agricoles et de pêche en provenance du leur territoire. Mais aussi, une autre incluant les eaux adjacentes au Sahara occidental dans un texte permettant à 128 navires européens d'accéder pendant quatre ans aux zones de pêche des eaux atlantiques marocaines.

Déjà en février 2018, la même CJUE avait tranché en stipulant dans un arrêt : "l'accord de pêche conclu entre l'UE et le Maroc est valide dès lors qu'il n'est pas applicable au Sahara occidental et aux eaux adjacentes à celui-ci". La Cour soulignait que "l’inclusion du territoire du Sahara occidental dans le champ d’application de l’accord de pêche enfreindrait plusieurs règles de droit international général applicables dans les relations entre l’Union et le Royaume du Maroc, notamment le principe d’autodétermination". Le Maroc contrôle 80% de ce territoire de 266 000 km² et 603 000 habitants et la République arabe sahraouie démocratique (RASD), via son bras politique et armé le Front Polisario, les 20% restants.

Toujours pas d'envoyé spécial de l'ONU

Toutes ces brouilles ont "considérablement modifié l'environnement opérationnel de la Minurso, limitant la capacité de mission à exécuter son mandat", s'inquiète Antonio Guterres dans son rapport. La force de l'Onu, instaurée en avril 1991 pour préparer un référendum d'autodétermination, se trouve actuellement sans patron, depuis la démission en mai 2019 de Horst Köhler. Les personnalités proposées par l'Onu pour ce poste ont toutes été rejetées soit par le Maroc, soit par le Front Polisario.

Le Secrétaire général appelle les différentes parties à s'accorder sur la nomination d'un émissaire onusien, également patron de la Minurso, pour relancer le dialogue. "Il est essentiel d'avoir un envoyé spécial pour relancer le dialogue politique sur le Sahara occidental", insiste Antonio Guterres.

La question du Sahara occidental sera à l'ordre du jour du Conseil de sécurité de l'Onu en octobre 2021, d'autant plus que l'instance devra se prononcer, par une résolution, sur la prorogation du mandat de la Minurso, qui s'achève le 31 octobre 2021. Le Secrétaire général préconise une nouvelle durée d'un an. D'un budget de 60,9 M$ (52,4 M€), la Minurso emploie 469 personnes dont 230 civils.

Lire aussi notre enquête spéciale sur le Sahara occidental en trois parties

Eric Apim
Lundi 4 Octobre 2021

Lu 2288 fois





1.Posté par Rachid ELAÏDI le 04/10/2021 16:45
C'est de l'argent jeté par la fenêtre. La question du Sahara occidental n'a fait que durer et il y a certainement des Etats qui ont intérêt à ce que cette question dure encore et encore. S'l faut un contrôle onusien sur les droits de l'homme à Layoune ou ailleurs, il faut que L'ONU fasse l'extension car le Rif souffre la région de Souss Massa souffre Ourzazate souffre... d'un manque cruel des droits de l'homme. Peut-on parler de l'existence des séparatistes berbères qui demandent leur indépendance à Rabat comme ceux de Tizi Ouzou ou de Chaouia à Alger ? Le rapport doit être revu dans ce sens sinon L'ONU est le problème et non la solution. Aussi si L'ONU veille à la paix, que faire quand les deux armées algérienne et marocaine sont sur leurs gardes et si à n'importe quel moment le général Chengriha peut déclarer la guerre au Makhzen au Maroc. Car l'armée algérienne est dans une logique de guerre depuis la guerre des sables en 1963 et le makhzen n'a jamais arrêté de provoquer. Alger croit dur comme fer que les incendies de Tizi Ouzou est le sale boulot de makhzen car son représentant à L'ONU avait dit clairement que Tizi Ouzou devrait demander son indépendance et donc sous entendu le soussi Omar Hilale donnait le feu vert pour ces incendies à Tizi Ouzou...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.