Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'ONG Sherpa accuse le gouvernement français dans le dossier Lafarge en Syrie



            Partager Partager

La cimenterie syrienne lors de sa construction (photo : Lafarge Syrie)
La cimenterie syrienne lors de sa construction (photo : Lafarge Syrie)
SYRIE / FRANCE. L'organisation non gouvernementale (ONG) Sherpa demande, vendredi 13 octobre 2017, l'audition de Laurent Fabius et de deux anciens ambassadeurs de France par la justice française dans le cadre du dossier syrien de Lafarge.

Selon l'ONG créée en 2001 pour protéger et défendre des populations victimes de crimes économiques et basée à Paris, l'ancien ministre français des Affaires étrangères (2012 à 2016) et actuel président du Conseil constitutionnel aurait été au courant du versement par la direction de Lafarge en Syrie d'enveloppes à l'Etat islamique. Le groupe doit répondre de financement d'une organisation terroriste entre 2012 et 2014. Des sommes qui permettaient à la filiale de Lafarge, Lafarge Cement Syria, de poursuivre ses activités dans son usine de Jalabiya (87 km de Rakka) malgré la guerre civile.

Sherpa défend onze anciens salariés de Lafarge qui étaient présents en Syrie. Plusieurs d'entre eux ont affirmé que le Quai d'Orsay avait poussé le cimentier à demeurer en Syrie malgré le conflit. Et que le gouvernement se trouvait donc bien au courant des transactions entre Lafarge et l'Etat islamique. Selon Marie-Laure Guislain, responsable du contentieux chez Sherpa, interrogée par France Info, "la justice française ne doit oublier aucun acteur dans cette affaire. L'Etat doit être exemplaire, les juges doivent donc rechercher son éventuelle responsabilité."

En mars 2017, le groupe devenu LafargeHolcim (90 000 salariés) et franco-suisse a reconnu, après une enquête interne, le financement par ses collaborateurs de groupes armés pour protéger sa cimenterie syrienne.

L'affaire avait été révélée en 2016 par plusieurs médias dont le Monde. Depuis, une enquête judiciaire débutée en juin 2017 a permis d'estimer à environ 20 000 € par mois les sommes versées à plusieurs milices armées puis à l'Etat islamique quand ce dernier a pris le contrôle de la zone. Finalement, Lafarge avait été obligé d'abandonner son usine en septembre 2014 alors que Daech s'emparait du site.


Vendredi 13 Octobre 2017

Lu 1904 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

Israël, Iran et Russie : que veut vraiment Donald Trump ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.