Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



L'Israélien Teva va se séparer de près de la moitié de ses salariés français


En grandes difficultés financières , le groupe israélien Teva Pharmaceutical Industries annonce un plan de restructuration de son organisation et de son modèle opérationnel prévoyant 248 postes en France sur un effectif total de 578.


            Partager Partager

Teva se restructure et licencie dans sa filiale française (photo : Teva Pharmaceutical Industries)
Teva se restructure et licencie dans sa filiale française (photo : Teva Pharmaceutical Industries)
ISRAËL / FRANCE. Le groupe israélien Teva Pharmaceutical Industries a présenté, mardi 20 mars 2018 aux représentants du personnel, un plan de restructuration de son organisation et de son modèle opérationnel prévoyant 248 postes en France sur un effectif total de 578.

"Cette démarche a pour objectif de dynamiser la croissance et de faire face aux défis d'un marché pharmaceutique de plus en plus contraint", précise un communiqué du Teva Santé, filiale française du groupe. Et passera par "un plan de départs volontaires dans un premier temps suivi par un plan de départs contraints", comme l'indique le laboratoire pharmaceutique.

Sur les 578 postes que compte Teva Santé, soixante-et-un se trouvent vacants et soixante autres seront réaffectés à d'autres tâches en interne. Parallèlement, vingt-et-un nouveaux postes seront créés "principalement liés aux métiers de la connaissance clients (stratégie numérique et multicanale et simplification des processus internes)", précise le communiqué. Teva Santé va réorganiser son activité en médecine interne et donc "arrêter la promotion par ses équipes de Délégués médicaux des principales spécialités de l'entité." L'objectif vise à atteindre les 351 postes à la suite de ces restructurations.
Les effectifs vont se recentrer sur le siège de La Défense, près de Paris, et "des moyens importants sont mobilisés pour reclasser les équipes en interne comme en externe, notamment pour plusieurs dizaines de collaborateurs en région", poursuit le communiqué.

Retard de pénétration des génériques en France

Les responsables de l'entreprise israélienne se plaignent de "freins propres au marché français : pression sur les prix des médicaments génériques et de spécialités, charges élevées dues aux exigences réglementaires et environnementales croissantes, le tout dans un contexte de retard de pénétration des médicaments génériques en France".

Teva Santé est le cinquième laboratoire français en terme de médicaments distribués avec la prise en charge de plus de 120 pathologies et l'approvisionnement au quotidien de 22 000 pharmacies dans l'hexagone. Les médicaments génériques représentent 44% de son chiffre d'affaires et les médicaments de spécialité 56%. Teva Santé propose des traitements chimiques ou biologiques en neurologie (Sclérose en Plaques, maladie de Parkinson), en pneumologie (asthme, BPCO et mucoviscidose), en oncologie (cancer du sein, anémie, neutropénie et douleur d’origine cancéreuse) et en gastro-entérologie (troubles fonctionnels intestinaux, nausées et douleurs abdominales).

Deux sites industriels de Teva en Bourgogne ont été rachetées en 2016 par le groupe luxembourgeois Galien Pharmholding, propriétaire des Laboratoires Macors. Le premier, situé dans le centre-ville de Sens, ne pouvait plus augmenter ses capacités, et le second à Nevers était spécialisé dans la fabrication de lyophilisats oraux, forme pharmaceutique non retenue parmi les technologies stratégiques du groupe Teva.

89,8% du portefeuille de médicaments de Teva sont fabriqués ou conditionnés en Europe où l'entreprise compte trente centres de production et vingt-six centres de R&D et développement clinique.

Des pertes astronomiques

Basée à Petah Tikva, au Nord-Est de Tel Aviv, Teva avait déjà procédé en 2013 et 2014 à la réduction de 10% de ses équipes (5 000 emplois touchés) dans le monde entier. Et en décembre 2017, annonçait un plan de suppression de 25% de ses effectifs globaux, soit 14 000 emplois, d'ici la fin 2019 (dont la moitié d'ici la fin du second trimestre 2018 et l'autre en 2019) pour pouvoir dégager 3 mrds$ d'économies (2,44 mrds€).

En 2017, Teva (45 000 salariés dans 60 pays) a produit quatre-vingt-huit milliards de tablettes ou capsules dans le monde. Cette même année, elle a atteint une perte nette astronomique de 16,26 mrds$ (13,24 €) après l'acquisition en août 2016 de l'activité de médicaments génériques (ex-Actavis qui a fusionné en 2014 avec Allergan) de son concurrent Allergan (spécialisé dans le Botox et les traitements contre la maladie d'Alzheimer) pour 40 mrds$. Mais la commercialisation des médicaments génériques d'Allergan Generics a lourdement chuté notamment aux Etats-Unis. Une erreur stratégique qu'elle paie désormais. Allergan a d'ailleurs prévenu en janvier 2018 qu'elle réaliserait un chiffre d'affaires inférieur aux attentes des analystes soit 15 mrds$ contre 15,3 mrds$ prévus.

En janvier 2018, Teva a également écopé d'une amende de 22 M$ en Israël pour corruption de responsables étrangers par des pots de vins versés à des fonctionnaires et à des médecins en Russie, en Ukraine et au Mexique pour décrocher des marchés. Elle avait déjà du verser, en 2016 aux Etats-Unis, 519 M$ pour les mêmes accusations.

Le chiffre d'affaires de Teva s'établit en 2017 à 22,4 mrds (18,24 mrds€) en baisse de 2% par rapport au précédent exercice. Selon son dernier bilan financier, elle espère atteindre entre 18,3 et 18,8 mrds$ de chiffre d'affaires en 2018.
L'entreprise cumule une dette de 32,5 mrds$ au 31 décembre 2017 contre 35,8 mrds$ au 31 décembre 2016. L'agence de notation Moody's a abaissé, en janvier 2018, de deux crans la note du laboratoire israélien de Ba2 à Baa3 (avec perspective stable), le plaçant en catégorie spéculative, à cause justement de ce haut niveau d'endettement. En novembre 2017 déjà, Fitch dégradait l'entreprise de BB à BBB avec une perspective négative.

Cela n'a pas empêché, en février 2018, Berkshire Hathaway (holding de l'investisseur Warren Buffett) de prendre une participation dans le capital de Teva pour un montant de 358 M$ (19 millions de titres).


Mardi 20 Mars 2018

Lu 3264 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 09:27 Sanofi va supprimer 670 emplois en France


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss