Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



L'Institut de la Méditerranée et le Femise se repositionnent


Rigueur budgétaire et inflexion des politiques méditerranéennes des collectivités de la région PACA comme de l'Europe ont obligé plusieurs structures de coopération économiques à disparaître ou à réduire très fortement leur voilure. D'autres s'adaptent. C'est le cas de l'Institut de la Méditerranée, qui après un trou d'air, réapparaît sur la scène méditerranéenne avec de nouvelles ambitions.


            Partager Partager

L'Institut de la Méditerranée se recentre sur les questions climatiques. Photo Institut de la Méditerranée.
L'Institut de la Méditerranée se recentre sur les questions climatiques. Photo Institut de la Méditerranée.
MEDITERRANEE. Fondé en 1994 par la région PACA, le département des Bouches-du-Rhône, la ville de Marseille et la CCI Marseille Provence, l’Institut de la Méditerranée (IM) offre à ses partenaires un instrument d’analyse, d’expertise et de montage de projets sur la grande région euro-méditerranéenne. Actuellement, l'IM travaille essentiellement sur les questions climatiques, du développement des PME et de l'économie sociale. L'IM coordonne également le Femise. Au départ (1998) simple programme européen, le Femise s'est organisé en 2005 en un réseau de 800 chercheurs des trois rives de la Méditerranée.
 
Hier exclusivement centré sur la recherche, l'IM se définit aujourd'hui comme un think tank opérationnel. « Ces dernières années, tous les regards se sont tournés vers l'Est, au détriment de la Méditerranée  » constate le président de l'IM (et trésorier du Femise), Henry Roux-Alezais. « Mais progressivement, la Méditerranée intéresse de nouveau l'Europe et les collectivités ». Les migrations et le climat expliquent en partie ce retour en grâce pour l'instant encore timide. « Rien n'est gagné, il faut se battre. La conjoncture nous a obligé à changer de modèle. Nous nous repositionnons depuis trois ans sur les problématiques climat/environnement. Nous avons publié des rapports aux différentes COP (les Conférences of the Parties réunissent une fois par an les pays engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique) pour mesurer la réalité des défis climatiques en Méditerranée et pour donner des pistes d'action, des recommandations politiques. Ici plus qu'ailleurs, le réchauffement climatique a des conséquences considérables, qu'il s'agisse de la montée du niveau de la mer, de la désertification, des épisodes météorologiques violents... Le tourisme, l'agriculture, l'urbanisation, le transport impactent et sont impactés par les évolutions du climat ».

Une approche positive

Henry Roux-Alzais, président de l'Institut de la Méditerranée. Photo NBDC.
Henry Roux-Alzais, président de l'Institut de la Méditerranée. Photo NBDC.
L'IM s'est rapproché progressivement d’Énergies 2050. Tout d'abord en contribuant à leur collection « le guide pour agir », puis en écrivant un chapitre, et enfin en cosignant l'édition destinée à la COP 23. Cette ONG basée à Biot (Alpes Maritimes) se définit comme un « réseau international d'échanges » prônant un nouveau modèle de développement.
 
« Cela permet à nos chercheurs d'échanger avec la société civile » explique Constantin Tsakas, délégué général de l'IM (et secrétaire général du Femise). « Nous avons co-publié un rapport sur la situation en Méditerranée et l'action des États qui la bordent ». L'édition 2018 de ce rapport intitulé « Les défis du changement climatique dans une Méditerranée en transition - De l'accord de Paris au défi de la mise en œuvre » sera présentée le 15 mai à Marseille, dans le cadre d'un atelier « Changement Climatique dans une Méditerranée en Transition : Un moteur pour l’Attractivité des Territoires » que l'IM et le département des Bouches du Rhône organisent en partenariat avec le Fémise et Énergies 2020. « Ce rapport traite notamment des opportunités que l’environnement présente en termes de croissance, d'investissement, de création d'emplois et de cohésion sociale » précise Henry Roux-Alezais.
 
L'IM va affiner son analyse au niveau régional. « Les acteurs institutionnels locaux, chambre de commerce, ville de Marseille, département, nous ont demandé de décliner notre travail au niveau des territoires » poursuit Constantin Tsakas. « Cette étude va détailler ce que les acteurs locaux font ou pourraient faire en matière de lutte contre le réchauffement climatique et de protection de l'environnement. Nous la lancerons le 15 mai pour une publication en décembre 2018 à l'occasion de la COP 24 de Katowice (Pologne) ».
 
L'approche se veut positive, avec la mise en valeur des actions des acteurs économiques et politiques de la région PACA. « L'originalité de ce rapport réside dans notre intention de montrer ce qui se fait, les opportunités qui se présentent, les perspectives économiques ouvertes par ce nouveau modèle de développement à bâtir » se félicite Henry Roux-Alezais. « Cette approche positive a séduit nos partenaires. Elle doit déboucher sur un plan d'action concret ».

Gérard Tur

Lundi 14 Mai 2018

Lu 1531 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss