Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

L’Espagne tente d'éclaircir ses comptes


Rédigé par , le Lundi 21 Mai 2012 - Lu 933 fois


Mariano Rajoy a rejeté la perspective d'une intervention européenne sur le secteur bancaire espagnol (photo : Moncloa)
Mariano Rajoy a rejeté la perspective d'une intervention européenne sur le secteur bancaire espagnol (photo : Moncloa)
ESPAGNE. En marge du sommet de l'OTAN, les 19 et 20 mai 2012 à Chicago (États-Unis), le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a exprimé une certaine irritation vis-à-vis des propos de François Hollande. Le Président de la République français avait évoqué quelques heures plus tôt la possible nécessité d’intervention de la Banque centrale européenne (BCE)  pour venir en aide aux banques espagnoles; supposant ainsi la fragilité du secteur bancaire ibérique.

Mariano Rajoy a répondu froidement à cette proposition, assurant que les banques espagnoles n'avaient pas besoin d'une telle intervention, et mettant même en doute les déclarations de son homologue : « Je ne crois pas que monsieur Hollande ait dit cela, car, logiquement, monsieur Hollande ne connaît pas la situation des banques espagnoles. »

Mais qui connaît la situation réelle du secteur financier espagnol ? Le flou est tel que La Moncloa  vient de mandater les cabinets indépendants Roland Berger  et Oliver Wyman  pour une expertise du secteur bancaire espagnol.

Il faut rappeler que Moody's  a baissé la note de crédit de seize banques espagnoles le 17 mai 2012, dont le numéro un du secteur : Banco Santander.

Parallèlement, les autorités espagnoles recevront cette semaine les émissaires de l'agence de statistiques européenne Eurostat,  pour éclaircir les comptes de l’État. Car, en toute fin de semaine dernière (à travers un communiqué diffusé le vendredi 18 mai... à 22h15), le ministère espagnol des Finances a officiellement admis que le déficit public enregistré en 2011 n'était pas de 8,5%, comme cela avait été officiellement annoncé le 27 février 2012, mais de 8,9%. Quatre points d'écart qui représentent plus de 4 mrds € supplémentaires.

Ce sont les communautés autonomes de Madrid et Valencia qui portent la principale responsabilité de cette aggravation, pour avoir « oublié » de comptabiliser une partie de leurs déficits. Même si cette aggravation des comptes est liée au récent plan de paiement des fournisseurs, ayant obligé les administrations régionales et locales à débourser 27 mrds € pour honorer leurs créanciers.

Au-delà même du problème financier, cet ajustement tardif préoccupe, car il sème un nouveau doute sur la crédibilité de l'économie espagnole. Surtout si l'on se souvient que l'opacité des comptes marqua le début de la crise grecque, avec laquelle les autorités politiques et financières espagnoles veulent absolument éviter toute comparaison.

Une préoccupation sur les finances publiques espagnoles qui s'est traduite ces derniers jours par la montée des taux d'emprunt des bons d’État espagnols. Mariano Rajoy espère que la clarification des chiffres provoquera l'effet inverse.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info