Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






L'Egypte veut accueillir 20 millions de touristes en 2020

Tourisme en Méditerranée, bilan 2015


Malgré quelques éclaircies, l'industrie du tourisme peine toujours à retrouver sa verve. Les plans à court et à moyen termes préconisés par le gouvernement butent encore face à une instabilité qui ronge le pays depuis la révolution du 25 janvier 2011 puis la destitution du président Morsi. Plus récemment, le crash de l'avion russe dans le ciel de Cham El Cheikh le 31 octobre dernier a amplifié les craintes des touristes.


            Partager Partager

L'Egypte est un musée à ciel ouvert (photo Safia Ouared)
L'Egypte est un musée à ciel ouvert (photo Safia Ouared)

Lire aussi notre dossier spécial  Tourisme en Méditerranée, bilan 2015

ÉGYPTE. L’année 2010 demeure, jusqu’à présent, l’année référence pour l’industrie du tourisme : 14,7 millions de touristes avaient foulé la terre des Pharaons, générant quelque 12,5 mrds$ de recette.
Entre janvier et fin août 2015, le tourisme n'a rapporté que 5,1 mrds$ à l'Égypte soit une baisse de 3,9% sur la même période en 2014. Quant au nombre de touristes, il a atteint seulement 7,4 millions avec un nombre de nuitées en progression de 13,7 %. Samy Mahmoud, président de l'Autorité générale de promotion du tourisme, prévoit pour l'année 2015 une « augmentation du nombre de touristes à hauteur de 5% durant les huit premiers mois de 2015 (17% du marché arabe et 4,9% du marché européen).»
Selon le gouvernement, ce secteur contribue à environ 11,3% du PIB et 14,4% des revenus en devises.

Arrivent en tête, les Russes (2,52 millions), les Allemands (736 000), les Anglais (728 000), les Italiens (276 000) et les Ukrainiens (236 000). Le mouvement des touristes en provenance des pays arabes a lui augmenté de 10,7% avec notamment l'Arabie Saoudite (337 264), la Jordanie (134 494), le Koweït (108 438), le Liban (60 246) et les Émirats Arabes Unis (33 196).
Ces touristes dépensent en moyenne environ 73,3 $ par jour. Mais, ceux en provenance des pays du Golfe laissent entre 140 et 160 $ par jour. La campagne « L’Égypte est proche  » lancé en mai 2015 avec une enveloppe de 5 M$, en direction des pays arabes, a plus ou moins porté ses fruits.

L'Egypte compte accueillir 5% de touristes en plus qu'en 2014. (photo Autorité égyptienne du tourisme)
L'Egypte compte accueillir 5% de touristes en plus qu'en 2014. (photo Autorité égyptienne du tourisme)
L’Europe vient en tête du flux touristique en Égypte, suivi des pays arabes (20%), l’Asie (3,5%), l’Amérique du Nord (2,4%) et vient en bout de liste l’Afrique avec 1% de touristes. En 2014, selon les statistiques de l’Agence centrale égyptienne pour la mobilisation publique et les statistiques, les touristes européens ont constitué 77% (7,5 millions) de l’ensemble des touristes ayant visité l’Égypte, 31,6% sont venus de l’Europe de l’Ouest et 45,1% de l’Europe de l’Est.

Hassan Elnahla, président du syndicat des guides égyptiens, affirme percevoir un léger mieux dans le secteur touristique. "Nous constatons cette année, des arrivées hebdomadaires de touristes de différentes nationalités (Européens de l’est, Britanniques, Allemands, Coréens du sud, Chinois, Latino-américains, Indonésien). Nous pensons réaliser une saison moyenne et atteindre à peu près 10 millions de touristes.»
                                                                                                                                                      

Un objectif revu à la hausse pour 2016 comme l'annonce le ministre du tourisme, Hisham Zaazou : « nous convoitons un taux de croissance de 15%, l’équivalent de 11,5 à 12 millions de touristes et des recettes allant de 8,5 à 9 mrds$.»
 
L’économie égyptienne fait face, en général, et le tourisme en particulier à une conjoncture des plus dures. Le gouvernement a préconisé des démarches et des stratégies susceptibles de relancer et de développer le secteur du tourisme. Des actions pas très faciles à faire aboutir au regard des évènements liés au terrorisme et à l’instabilité qui règnent dans le pays. 
« Dernièrement, l’Égypte a investi énormément dans le développement du réseau routier, les infrastructures et la sécurité ainsi que la remise à niveau des salariés du tourisme, pour offrir une meilleure prestation aux touristes et répondre aux exigences du marché. Nous rencontrons un problème de taille puisque de nombreux cadres ont quitté le secteur du tourisme. Mais, je pense que cette situation est provisoire et je suis convaincu que nous allons les récupérer dès que les conditions deviendront meilleures. Actuellement, nous nous attelons à former de nouveaux guides pour parer à ces défections » assure Hassan Elnahla.

En 2010, l’industrie du tourisme fournissait 12,6% de poste de travail direct et indirect. Près de 3,3 millions de personnes vivaient du tourisme. Beaucoup ont été obligés de changer de métier à l’image de Hani Beh Georges, guide touristique francophone durant treize ans et reconverti dans l’enseignement. « Pour l'essor de cette industrie, il est important de plancher sur différents axes : hausser le niveau des infrastructures touristiques, améliorer le niveau des intervenants (guides, employés des hôtels, taxis, vendeurs des bazars…), développer la qualité du service afin qu’il soit en adéquation avec les normes internationales, revoir les prix des vols de la compagnie locale, jugée trop élevés, rénover les routes… De surcroît, certains monuments complètement délaissés subissent des dégâts, il est temps de revoir notre politique de gestion, car, nous sommes en train de perdre un pan de notre histoire. L’Égypte est un musée à ciel ouvert, nous devons préserver toutes ses ressources : monuments, plages, déserts…».

Vendre la destination Égypte à travers une meilleure image

Lire aussi notre dossier spécial  Tourisme en Méditerranée, bilan 2015

Pour redorer l’image de l’Égypte, le ministère du tourisme table essentiellement sur l’organisation de diverses campagnes publicitaires ainsi que des caravanes touristiques en direction des marchés internationaux et nationaux.
« This is Egypt (C’est l’Égypte) est une campagne initiée par le ministère du tourisme et l'Autorité générale de promotion du tourisme. Laisser des personnalités artistiques, connus internationalement, parler de l’Égypte et présenter ses sites, constitue un grand coup de pub. Ces paroles et ces images sont reprises en plusieurs langues par les réseaux sociaux et les sites des ministères. Voir Morgan Freeman et Yanni près des Pyramides ou déambulant dans les rues du Caire, c’est un apport de confiance pour la destination Égypte », explique le président du syndicat des guides.

Annulée suite au crash de l’avion russe (voir encadré), la cérémonie du lancement de cette campagne interviendra dans quelques jours en Égypte. Par contre, elle a déjà été présentée à la bourse du tourisme de Londres. C’est la société JWT qui a été choisi pour réaliser cette campagne de promotion, qui durera trois ans avec un budget de 22,6 M$ par an.

Une autre campagne promotionnelle, sous le thème « L’Égypte dans nos cœurs » a été lancé dans divers gouvernorats pour promouvoir le tourisme intérieur et combler le vide laissé par les touristes étrangers. L’objectif étant de mettre au point des programmes attractifs, alors que l’État subventionne en partie les billets et les séjours sur quatre destinations : Charm El Cheikh, Hurghada, Asswan et Louxor.

Dans ce cadre, le conseil des ministres vient d’accorder une enveloppe de 5 M$ pour soutenir le tourisme et présenter à l’étranger la véritable image de l’Égypte, à travers des campagnes de promotion. De grandes facilités vont être également octroyées aux nationaux, alors que des programmes touristiques seront proposés aux syndicats, clubs et ministères afin de développer le tourisme intérieur. Les marchés arabe et maghrébin bénéficieront, eux, de programmes attractifs du point de vue tarifaire, et il serait même question de faciliter les démarches pour l’obtention des visas d’entrées.

Par ailleurs, l’Égypte s’appuiera plus nettement sur les innombrables événements sportifs (Championnat Ahram international de squash, Marathon international de Louxor… ) et culturels (Opéra Aida, Festival international du Cinéma du Caire, le phénomène lumineux du temple d’ Abou Simbel…) organisés chaque année, pour en faire des attractions touristiques incontournables.

Crash de l’avion russe, nouveau coup dur pour le tourisme

Le ministre du tourisme égyptien a présenté la décision de la suspension des vols russes et britanniques vers l’Égypte comme préjudiciable pour son secteur. « Ces deux nationalités représentent une clientèle avoisinant un taux de 66% à Charm El Cheikh et 52% à Hurghada. Nous espérons que le retour des touristes russes et britanniques se fasse rapidement pour diminuer le déficit, la proportion des pertes atteindrait mensuellement 281 M$» affirme-t–il.

En 2014, 55% des touristes (5,4 millions) ont choisi la destination Charm El Cheikh, les Russes et les Britanniques ont dépensé respectivement près de 70 M$ et 30 M$ durant le mois de septembre 2015. Réagissant aux départs de centaines de touristes Russes et britanniques, une grande campagne de promotion, sous le slogan « Charm El Cheikh dans nos cœurs » est lancée du 15 novembre 2015 au 30 avril 2016. De gros rabais (transport et hôtels) sont consentis, avec le soutien de l’État.

La relance du tourisme, tributaire d'une véritable refonte

À l’instar des problèmes liés à l’aspect sécuritaire, de grands chantiers attendent les décideurs. En l’occurrence, la gestion des problèmes des investisseurs, les hôtels flottants, la gestion des impôts, la remise à niveau des hôtels et acteurs de l’industrie du tourisme, des investissements intelligents et ciblés…
Il est question aujourd'hui de diversifier, en se basant sur la qualité, les différentes formes de tourisme, religieux, balnéaire, de santé, l’écotourisme…  afin d'attirer le maximum de touristes. Des études sont élaborées dans le cadre de la création d’une compagnie aérienne dédiée uniquement au tourisme, sans donner d’autres éléments, le ministre du tourisme a indiqué qu’il y aura un partenariat avec le secteur privé. La ligne « Tokyo – Le Caire » pourrait également rouvrir pour améliorer le flux des Japonais.        

Parallèlement, les responsables du tourisme tentent de mettre au point des stratégies de communication pour viser d’autres marchés asiatique (Chine, Corée du sud, Malaisie…) et sud-américain, et éviter de dépendre de deux ou trois nationalités.

Selon le ministre de l’investissement égyptien, Ashraf Salman, le volume des investissements touristiques et hôteliers en Égypte, est estimé à environ 150 milliards de livres égyptiennes (17,35 mrds€). Internationalement, c’est le Koweït qui a le plus investi dans le secteur du tourisme en Égypte (9,25 mrds$) avec des projets essentiellement répartis entre la Mer Rouge, Ain Sokhna et Ras sudr (Sinaï).

Début décembre 2015, le ministre du tourisme, Hicham Zaazou, parlait de trois nouveaux projets saoudiens estimés à plusieurs milliards de dollars.
 

 
Évolution du tourisme égyptien de 2010 à 2014
(source gouvernement égyptien)
  2010 2011 2012 2013 2014 2015 (est.)
Nombre de touristes (en millions) 14,7 9,8 11,5 9,5 9,9 7,4 (janvier à septembre)
Nombre de nuitées (en millions) 147,7 114,2 137,8 94,4 89 nc
Nombre d'hôtels et
complexes touristiques
1 400 1 300 1 200 1 200   nc
Nombre de lits 282 570 254 030 241 690 255 620   nc
Nombre de salariés
dans les établissements hôteliers
131 500 105 400 97 600 95 900   915 213
Recettes touristiques
(en mrds$)
12,5 8,9 10 5,9 7,3 5,1 (janvier à septembre)



Mardi 15 Décembre 2015

Lu 3195 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Février 2016 - 10:10 Le Portugal bat des records en matière de tourisme


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.