Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Egypte favorable à Jérusalem comme capitale d'Israël selon le New York Times




Pour le New York Times, l’Égypte accepterait une concession sur Jérusalem (photo : F.Dubessy)
Pour le New York Times, l’Égypte accepterait une concession sur Jérusalem (photo : F.Dubessy)
ÉGYPTE / ISRAËL. Un article du New York Times paru samedi 6 janvier 2018 lance un gros pavé dans la mare du conflit israélo-palestinien. Selon une enquête du journal américain, l'Égypte soutiendrait en coulisses la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. David D.Kirkpatrick, son auteur, se base sur quatre enregistrements téléphoniques concernant des communications entre un agent des services secrets égyptiens (le capitaine Ashraf al-Kholi) et trois animateurs vedettes d'émissions de télévision ainsi qu'une chanteuse et actrice populaire (Yousra). Ces derniers seraient fermement invités à "ne pas condamner la décision, mais à persuader leurs téléspectateurs de l'accepter".

Pour l'agent des services secrets égyptiens cité par le journal américain, "un conflit avec Israël n'est pas dans l'intérêt national égyptien (...) A la fin, plus tard, Jérusalem ne sera pas si différente de Ramallah (NDLR : siège actuel de l'Autorité palestinienne) ? Ce qui importe, c'est de mettre fin aux souffrances du peuple palestinien." Et d'ajouter : "les concessions sont importantes et si nous parvenons à une concession sur Jérusalem, Ramallah sera la capitale de la Palestine pour terminer cette guerre et ne plus causer de morts."

Démenti catégorique du gouvernement égyptien

Un des présentateurs de la télévision égyptienne concerné (Azmi Megahed) a confirmé l'authenticité de ces échanges auprès du New York Times : "Nous sommes amis avec Ashraf et nous parlons régulièrement tous les deux. Une autre intifada serait néfaste. Je n'ai aucun problème à affirmer en public tout ce que j'ai dit sur cette bande audio." Selon Azmi Megahed, "nous devrions avoir des bus pour prendre toutes les personnes qui disent vouloir se battre pour Jérusalem et les amener à Jérusalem. Allez combattre si vous êtes si acharnés ! Les gens en ont marre des slogans comme cela. Je ne me préoccupe que des intérêts de mon pays."
Les deux autres intéressés restent plus prudents. Le premier, également parlementaire, qui se dit dans les enregistrements "être aux ordres", refuse de répondre au journaliste et le second nie en bloc.

La position officielle du Caire s'avère tout autre. Le président Abdel Fattah al-Sissi a non seulement protesté avec véhémence après la déclaration de Donald Trump sur Jérusalem mais a refusé de rencontrer le vice-président américain Mike Pence. Mieux, c'est l'Égypte qui a mené l'initiative conduisant à la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies condamnant la décision du président américain.

Le gouvernement égyptien a démenti, dès le lendemain par communiqué, "formellement et catégoriquement l'existence de tout membre du service des renseignements égyptiens portant son nom (NDLR : capitaine Kholi)" et par ricochet donc les accusations du journal américain.




Mardi 9 Janvier 2018



Lu 2047 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Comment la main-d’œuvre africaine
a été un instrument de politique intérieure et un levier diplomatique pour le régime libyen


avis d'expert

Laurence-Aïda Ammour, analyste en sécurité et défense pour l'Afrique du Nord-Ouest, associée au groupe d'analyse de JFC Conseil


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA