Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L’Égypte entre dissimulation et répression



            Partager Partager

Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi menace les journalistes qui tentent de communiquer sur la diffusion du coronavirus en Egypte. Photo DR
Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi menace les journalistes qui tentent de communiquer sur la diffusion du coronavirus en Egypte. Photo DR
EGYPTE. Ahmed el-Mandhari, directeur régional de l'OMS pour la Méditerranée orientale, a demandé mercredi 18 mars au États du Moyen-Orient de ne plus dissimuler les informations sur la propagation du coronavirus dans leurs pays. Sans la citer, il cible notamment l’Égypte dont le nombre de cas déclarés ne coïncide pas avec l'afflux de touristes malades rapatriés en Europe et aux États-Unis.
 
L'Égypte a officiellement déclaré 210 cas, mais ce pays de 100 millions d'habitants pourrait en compter beaucoup plus.
 
La situation serait notamment dramatique dans les prisons du pays, selon plusieurs organisations de défense ses droits de l'homme. Surpeuplés, mal ventilés, détenant une forte proportion de prisonniers politiques (60 000) régulièrement torturés et privés de soins, les établissement pénitentiaires égyptiens souffrent d'une sinistre réputation.

 
Le maréchal-président Abdelfattah al-Sissi, qui dirige d'une main de fer le pays, met tout en œuvre pour dissimuler l'étendue de l'épidémie. Son gouvernement a ainsi retiré son accréditation à une journaliste du journal anglais The Guardian, qui se basait sur une étude canadienne pour estimer à près de 20 000 le nombre de personnes contaminées en Égypte. Un autre journaliste, cette fois du New York Times, a reçu un rappel à l'ordre pour la même raison. Pour étouffer la diffusion d'informations non conformes à la doctrine officielle, les autorités égyptiennes ont menacé de prison les éventuels lanceurs d'alerte.

 
Selon Reporters sans frontières, l’Égypte « est devenu l’une des plus grandes prisons du monde pour les journalistes. Certains passent des années en détention provisoire sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux ou sans jamais être jugés, d’autres sont condamnés à de lourdes peines allant jusqu’à la perpétuité lors de procès iniques. Adoptée en août 2015, la loi antiterroriste impose aux journalistes de respecter la version officielle lors des couvertures des attentats au nom de la sécurité nationale. Adoptées en 2018, une nouvelle loi-cadre sur les médias permet d'emprisonner des journalistes et de fermer des sites qui partagent de l’information indépendante sur internet ».

Gérard Tur
Jeudi 19 Mars 2020

Lu 1323 fois



Gérard Tur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.