Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'Ascame fait Chambres à part (1ère Partie)


L'action de l'association des chambres de commerce et d'industrie de la Méditerranée (Ascame) est vivement critiquée par d'autres chambres membres qui décident de pratiquer la politique de la chaise vide. Principal reproche : une inféodation à la Chambre de commerce, d'industrie et de navigation de Barcelone. econostrum.info a enquêté en Méditerranée auprès des acteurs passés et actuels de cette guerre larvée.


            Partager Partager

L'ombre de la CCIN de Barcelone pèserait trop sur l'Ascame selon les chambres rivales (photo : CCIN Barcelona)
L'ombre de la CCIN de Barcelone pèserait trop sur l'Ascame selon les chambres rivales (photo : CCIN Barcelona)
MÉDITERRANÉE. Rien ne va plus au sein de l'Ascame. Lors de sa création, en octobre 1982, l'association des chambres de commerce et d'industrie de la Méditerranée portait la vision idyllique de rassembler toutes les CCI des vingt-trois pays du pourtour méditerranéen. Vaste et prometteur programme, largement précurseur du mouvement de partenariat euroméditerranéen qui allait naître en 1995 avec le Processus de Barcelone et se poursuivre avec la création de l'Union pour la Méditerranée (UpM) en 2008. Une fois de plus, l'économie prenait de l'avance sur le politique.

Idyllique ? Oui, mais uniquement sur la photo. Depuis, le papier a nettement jauni. Car, dans la réalité, les élus consulaires font preuve de moins de diplomatie qu'espérée. Dès le lancement, le ver se trouvait de toute façon déjà dans le fruit. Un petit animal sournois nourri de la rivalité entre les deux grandes chambres historiques du bassin méditerranéen : celles de Barcelone et de Marseille. Sans remonter aux... calendes grecques, précisons toutefois que la première a été fondée par les Romains (Barcino) et la seconde, justement par les Grecs (Massalia). Ceci pourrait déjà fournir une réponse à l'antagonisme. Sans oublier que le comté de Barcelone a été très longtemps sous domination française au Moyen-Âge.

Même si comparaison n'est pas raison, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille-Provence (CCIMP) revendique haut et fort le titre de doyenne mondiale des chambres consulaires. L'évocation de cet acte de naissance datant de 1599 (même si l'assertion ne s'avère pas tout à fait exacte, car il faudra attendre l'année suivante pour que le Bureau de commerce prenne effectivement le nom de Chambre de commerce) devient quasiment obligatoire dans tous discours d'un président lors des réceptions de délégations étrangères. Quant à la Chambre de commerce, d'industrie et de navigation (CCIN) de Barcelone, elle n'affiche que 130 ans (fondée en 1886) mais peut revendiquer, elle, son rôle de creuset de l'Ascame.

Deux villes en compétition pour le titre de capitale euroméditerranéenne

En filigrane de cette guerre larvée, les deux institutions se disputent depuis des décennies, sinon des siècles - les archives du Palais de la Bourse à Marseille (siège de la CCIMP) regorgent de documents sur le sujet -,  le titre de capitale euroméditerranéenne. Et rien n'a encore été et ne sera d'ailleurs jamais tranché, tellement cette dénomination demeure subjective.

En se dépouillant successivement de sa Semaine économique de la Méditerranée qui n'aura connue que dix éditions (alors que celle de Barcelone prépare sa treizième), en abandonnant la Villa Méditerranée, et en coupant les subventions de ses associations pan-méditerranéennes basées sur son sol jusqu'à leur faire déposer le bilan (cf : Ocemo, Finances et Conseil Méditerranée, Institut méditerranéen des transports maritimes, Acim....), la cité phocéenne et ses institutions ont lâché du lest dans la bataille au leadership. Barcelone en a largement profité. Sans trop se forcer. En fait, en se contentant de maintenir sa Semaine méditerranéenne des leaders économiques ou MedaWeek, véritable rendez-vous annuel en novembre de toute l'économie méditerranéenne, et en puisant sa légitimité sur le sujet dans sa proximité avec l'UpM, dont le secrétariat général est basé dans la capitale catalane. Ce que ne manquent pas de signaler, à leur tour, les permanents de l'Ascame, confortant ainsi la justification d'un siège social à Barcelone. D'autant plus que la cité phocéenne était candidate à l'époque pour accueillir l'UpM, tout comme Tunis. Mais c'est bien la capitale catalane qui emporta le gros lot. Cruel, l'annonce fut fait en novembre 2008 à... Marseille.

Reste que cette ville recommence à se sentir pousser des ailes depuis quelques mois sous notamment l'impulsion du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur avec l'organisation de la manifestation "Méditerranée du Futur" (novembre 2017 et 2018). Cerise sur le gâteau, c'est bien la capitale provençale qui accueillera en juin 2019 le fameux Sommet des deux Rives (précédé par un Acte 3 de "Méditerranée du Futur"). Une formule "Dialogue 5+5" qui s'achèvera par une Déclaration de Marseille venant faire écho, voir la nique, à celle de Barcelone de 1995.


Une famille...décomposée

Ahmed El Wakil a pris les commandes de l'Ascame en 2018 (photo : CCI d'Alexandrie)
Ahmed El Wakil a pris les commandes de l'Ascame en 2018 (photo : CCI d'Alexandrie)

Et l'Ascame dans tout ça ? Elle récolte l'écume de cette rage entre les deux cités. Revenons là aussi à l'historique, toujours très instructif pour décortiquer les conflits.
La capitale catalane a bien accueilli l'assemblée générale consécutive de l'Ascame en 1982 et la CCIN de Barcelone bien porté sur les fonts baptismaux ce bébé. Reste que la CCI de Marseille-Provence a joué un rôle d'émancipation de l'ado Ascame. En 1994, Marseille transforme effectivement la structure en association internationale. En clair, ce qui n'était qu'un organisme destiné à renforcer les liens entre la CCIN de Barcelone et d'autres chambres méditerranéennes devient un réseau méditerranéen de CCI grâce à l'initiative de la CCIMP. Et ceci va tout changer. En bien pour le réseau et en mal pour les relations entre ces deux chambres.

L'Ascame se donne alors cinq objectifs : le lancement d'un réseau de CCI et d'organisations oeuvrant dans le domaine de la coopération et des échanges économiques entre pays de la région méditerranéenne ; la promotion et la recherche de synergies entre les économies de ces pays ; la création de liens de travail entre institutions homologues visant à encourager la coopération internationale par la réalisation conjointe d'activités et ou d'études ; l'affirmation de l'identité méditerranéenne ; la contribution à la création d'un espace de paix, de tolérance, de sécurité et de prospérité.

Reste que l'ado Ascame, devenu depuis longtemps adulte, crèche toujours, aujourd’hui encore, dans les locaux de la CCIN de Barcelone. La maman possessive assure le secrétariat général de son comité exécutif (un membre par pays titulaires) comme de son bureau (huit CCI*). Et l'association transformée en Tanguy, trop bien choyé, peine à couper le cordon ombilical. C'est en tout cas ce qu'affirment plusieurs des membres de cette famille plutôt... décomposée !

Au premier rang d'entre eux figure, bien entendu, la CCI Marseille-Provence.


Une Ascame trop liée à la CCIN de Barcelone

Mohamed Choucair, past-président de l'Ascame intervenant à la MedaWeek (photo : F.Dubessy)
Mohamed Choucair, past-président de l'Ascame intervenant à la MedaWeek (photo : F.Dubessy)

De là à parler de l'Ascame comme d'une simple succursale assurant les intérêts de la CCIN de Barcelone ? Oui !
En des termes autres, mais pas plus feutrés, c'est bien ce qu'affirme Frédéric Ronal, vice-président de la CCIMP, délégué à l'ouverture au monde. "L'Ascame a été digérée par Barcelone", indique-t-il. Mounir Mouakhar partage cet avis en évoquant "un problème de gouvernance." Président de la CCI de Tunis, il était candidat à la présidence de l'Ascame en 2011 lors de l'assemblée à Alexandrie. Mais, son adversaire, Mohamed Choucair, fortement soutenu par la CCI catalane, emportait facilement la partie. Il a depuis cédé sa place à l'Egyptien Ahmed Al Wakil. Mais nous y reviendrons.

Selon Frédéric Ronal, "l'Ascame fait très peu d'évènements et quand elle en organise un, c'est à Barcelone !". Denis Bergé, conseiller expert coopération internationale à la CCIMP, enfonce le clou sur cette prééminence de la capitale catalane : "la première réunion avec le nouveau président s'est déroulée à Barcelone et non pas à Alexandrie. Il est pourtant de coutume de la faire dans la ville du nouveau président."

A noter toutefois que ce n'est que partie remise puisque du 2 au 4 mars 2019, Le Caire accueillera le 4e Forum de l'investissement sous l'égide de l'Ascame, du gouvernement égyptien, de la Fédération des chambres de commerce égyptienne (présidée justement par Ahmed Al Wakil), de l'Union des chambres de commerce africaines, de la Ligue des États arabes, de l'Union des chambres arabes et de la Chambre islamique. L'Ascame y tiendra notamment plusieurs commissions l'après-midi du 2 mars.


L'Ascame belle et bien présente sur toutes les rives de la Méditerranée

Philippe Ronal accuse l'Ascame d'être inféodée à al CCIN de Barcelone (photo : F.Dubessy)
Philippe Ronal accuse l'Ascame d'être inféodée à al CCIN de Barcelone (photo : F.Dubessy)

Au secrétariat général de l'Association, on s'étonne d'abord des accusations précédentes avant de les battre en brèche.
Un autre grief provençal, plus anecdotique, porte sur l'utilisation du Français, principale langue de travail depuis 1994 avec l'Anglais, qui perdrait de l'influence. Comme un pied de nez, c'est notable et appréciable, Luis Miranda, responsable des relations avec les membres et du développement institutionnel à l'Ascame depuis mai 2018, choisit donc de nous répondre dans un Français irréprochable. Et les communiqués reçus s'avèrent tous bilingues (Français-Anglais). Allez, juste pour un nouveau clin d'oeil : Dommage que sur le site la CCIMP apparaisse comme Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille-Province (sic). Accordons le crédit d'une simple faute de frappe et pas d'une volonté d'hégémonie de la capitale catalane et méditerranéenne.

 "Il n'est absolument pas dans nos intentions de concentrer nos activités à Barcelone", assure tout de suite Luis Miranda. L'assistant de "l'incontournable", selon certaines chambres méditerranéennes, Anwar Zibaoui, coordinateur de l'Ascame et de la MedaWeek de Barcelone, le prouve. Voici donc un inventaire à la Prévert des manifestations organisées depuis deux ans par l'Ascame : Forum Méditerranéen de la Finance (MEDAFINANCE) au Caire en avril 2017, Forum international de la Franchise et de la Foire (MEDAFRANCHISE) à Beyrouth en avril 2017, Forum Méditerranéen de la Femme Entrepreneure (MEDAWOMEN) à Amman en octobre 2018... Ajoutons plusieurs pincées de nombreuses réunions institutionnelles auxquelles ses dirigeants ont assisté ainsi que les activités liées aux projets du réseau Ascame dans plusieurs villes méditerranéennes (Rome, Naples, Valence, Cagliari, Beyrouth et même Marseille), sans oublier les lancements de dix projets dont nous vous épargnons l'énumération... N'en jetez plus, la cour est pleine... Et voilà, du coup, qui balaie les accusations marseillaises.

Alors, certes, sur cette liste, il faut ajouter deux grands événements, ancrés à Barcelone, comme la Semaine méditerranéenne des Leaders économiques (la fameuse MedaWeek déjà évoquée se déroulant annuellement en novembre sous les auspices de la CCIN) ou Medalogistic and Transports Forum (juin 2017 et 2018) théâtres de réunions de l'association. "Nous profitons d'un grand événement comme la MedaWeek et de la présence massive de nos adhérents pour organiser des conférences ou réunir des commissions de travail", souligne Luis Miranda. Argument imparable ! Fin de ban ? Non.
(à suivre...)

* Chambre égyptienne de Commerce d'Alexandrie (présidence); Chambre de Commerce, d'Industrie et de Navigation de Barcelone (secrétariat général); Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille-Provence, Chambre de Commerce d'Industrie et d'Agriculture de Beyrouth et du Mont-Liban; Chambre algérienne de Commerce et d'Industrie; Chambre de Commerce et IAA de Cagliari; Chambre de Commerce, d'Industrie et des Services de Tanger; Chambre de Commerce d'Istanbul.

Lire la deuxième partie de notre enquête "L'Ascame fait Chambres à part" parue vendredi 22 février 2019.


Les présidents de l'Ascame depuis sa création

1982 – 1992: Josep M. FIGUERAS, Président CCIN Barcelone (Espagne) 1992 –1998: Henry ROUX-ALEZAIS, Président CCI Marseille - Provence (France)
1998 – 2002:  Romano MAMBRINI, Président CCI Calgari (Italy)
2002 – 2007:  Jilani BEN M’BAREK, Président CCI Tunis (Tunisie)
2007 – 2012: Murat YALÇINTAS, Président CCI Istanbul (Turquie)
2012 - 2017: Mohamed CHOUCAIR, Président CCIA Beyrouth et Mont-Liban (Liban)
2017 - : Ahmed EL WAKIL, Président de la Chambre de Commerce d'Alexandrie (Egypte)


Jeudi 21 Février 2019

Lu 1685 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.