Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'Ancienne république yougoslave de Macédoine se prépare enfin à réduire son nom



            Partager Partager

GRÈCE / ARYM. Après vingt-sept ans de tensions, un blocus économique de plusieurs mois et des manifestations monstres des deux côtés de la frontière, la Grèce et l’Ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM en Français et FYROM en Anglais), selon la formule consacrée, sont enfin déterminées à trouver une solution acceptable pour les deux parties à l'Onu.

But de l’opération : fermer un dossier épineux frisant le ridicule pour Athènes et, pour Skopje, pouvoir rejoindre l’Otan et entamer des négociations pour son adhésion à l‘Union européenne. Les échanges se poursuivent et l’optimisme reste de mise.
Nouvelle Macédoine, Macédoine du nord, Haute Macédoine, Macédoine du Vardar, ou même République de Macédoine, sont les cinq noms en discussions actuellement aux Nations unies. Selon la presse grecque, Haute Macédoine se trouverait en tête de liste côté grec car il correspond a une réalité plus neutre, sans laisser en suspend d’éventuelles revendications territoriales à son égard.

Pour comprendre le fond du problème, il faut replacer ce dossier dans son contexte balkanique. La Macédoine est une région qui s’étend sur quatre pays. La Grèce - qui dispose de la plus grande partie - ne reconnaît qu’une minorité bilingue et non une minorité macédonienne sur son territoire. La Bulgarie estime que c’est un ancien territoire injustement perdu et ne reconnaît donc pas l’existence d’une nation macédonienne. L’Albanie ne reconnaît aucune minorité macédonienne pas plus que l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine actuelle.

Une future victoire politique pour les deux pays

Voici vingt-sept ans, quand le problème s’est posé à l indépendance de la Macédoine, la guerre de Yougoslavie faisait rage et les frontières de la région changeaient continuellement. Athènes, qui n’a pas oublié les réelles tentatives de création d’un État macédonien qui englobait une grande partie de son territoire au lendemain de la seconde guerre mondiale, a réagi à cette déclaration d’indépendance en pays balkanique instable nationaliste. Et non en pays européen mature sûr de ses frontières. Le tout sur fond d’ extrême nationalisme des deux côtés de cette frontière.

Pour les Macédoniens, il est impensable de s’appeler autrement que Macédoine. Ce qui est logique. Mais, pour les Grecs, il s'avère tout aussi impensable d’avoir pour voisin un pays enseignant dans ses livres d’histoire que la Grèce occupe la Macédoine et que Thessalonique, deuxième ville de Grèce, est sa capitale. D’où son opposition à l’utilisation du mot Macédoine et même de ses dérivés.

Après presque trois décennies, les tensions sont tombées. Mais, le problème reste entier. L’arrivée d’équipes au pouvoir nettement moins nationalistes des deux côtés de la frontière ont permis de redémarrer les négociations à l’Onu. Et puis, il faut compter avec les affaires. La Grèce demeure le partenaire naturel de la Macédoine comme investisseur. Fermer ce dossier serait une victoire politique de taille tant pour le nouveau gouvernement macédonien que pour le premier ministre grec Alexis Tsipras en campagne électorale larvée.


Vendredi 19 Janvier 2018

Lu 2522 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.