Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Algérie tente de réduire sa dépendance au pétrole


Véritable serpent de mer en Algérie, le développement des exportations non pétrolières donne de timides résultats.



L'Algérie améliore sa balance commerciale. Photo FD
L'Algérie améliore sa balance commerciale. Photo FD
ALGÉRIE. Dans son dernier rapport sur les perspectives économiques régionales Moanap (Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan) publié début mai, le FMI, estime que « la reprise de l'activité économique devrait intervenir plus rapidement que prévu en Algérie, essentiellement grâce à l'augmentation des dépenses d'investissement. En Algérie, l'affaiblissement de la croissance du PIB pétrolier entraînée par l'accord Opep non Opep, ainsi qu'une demande européenne de gaz produit en Algérie inférieure aux prévisions, a été plus que contrebalancée par le redressement de l'activité non pétrolière ».

Pour la première fois, l'Algérie exporte du ciment. Après un premier débouché trouvé en Afrique par la filiale algérienne de LafargeHolcilm, c'est en Europe que le pays le groupe public Gica vend son clinker. Le contrat porte sur 200 000 tonnes. Gica a produit en 2017 près de 14 millions de tonnes de ciment (+11%). Hier grand importateur de ciment, l'Algérie compte aujourd'hui 17 cimenteries et couvre une partie de ses besoins. Si les prévisions du gouvernement se réalisent, elle les dépassera largement d'ici 2020, comblant ainsi l'une des nombreuses voies d'eau de sa balance commerciale.

L'agriculture, un secteur longtemps négligé par l’État algérien, semble bénéficier d'un retour en grâce. Mais l'Algérie reste l'un des plus grands importateurs de blé au monde. Le pays n'a produit que 3,5 millions de tonnes de céréales en 2017.

Le gouvernement algérien doit présenter en juin 2018 sa Stratégie nationale d'exportation (SNE). Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, précise que « cette feuille de route, devrait voir le jour à l'issue du quatrième atelier prévu en juin et soumise au gouvernement pour adoption ». L’État algérien a définis huit secteurs prioritaires : les produits pharmaceutiques, les technologies d'information et de communication, les produits alimentaires et agricoles, les composants automobile, l'électronique, la pétrochimie, les matériaux de construction, les cuirs, le textile et le tourisme.

L'hémorragie de devises stoppée.

Hors hydrocarbures, le déficit commercial du pays reste abyssal. Le pétrole et le gaz représentent plus de 93% des exportations de l'Algérie. La baisse du prix du baril, 100 $ en 2014 puis 30 $ en 2016, a provoqué une grave crise, aujourd'hui atténuée par la remonté des cours. Le déficit commercial de l’Algérie a atteint 490 M$ pour le 1er trimestre 2018, contre 2,98 mrds $ au premier trimestre 2017, grâce à la progression de 20% des revenus du pétrole et du gaz.

L'augmentation du prix des hydrocarbures évite donc à l'Algérie de vider ses réserves de devises, mais laisse le pays toujours aussi fragile et dépendant, même si les importations fléchissent légèrement, reculant de 6% sur la même période. En moyenne, l'Algérie importe 50 mrds $ de marchandises chaque année.

En 2017, le total des exportations ne couvraient que 75% des importations de l'Algérie. Le pourcentage est passé à 96% au premier trimestre 2018. Les exportations hors hydrocarbures progressent de 25%, mais restent extrêmement faibles. Les trois premiers clients de l'Algérie sont méditerranéens : l'Italie, l'Espagne puis la France, qui arrive seconde en terme d'importations, derrière la Chine et devant l'Italie et l'Espagne.
 


Gérard Tur


Jeudi 3 Mai 2018



Lu 1894 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA