Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






L'Algérie fête le 57e anniversaire de son indépendance à quelques jours d'une impasse constitutionnelle


Abdelkader Bensalah, président algérien par intérim, s'apprête à poursuivre sa mission en dehors de la constitution faute de nouveau président élu. Il tente d'amadouer les manifestants, qui réclament son départ, en leur proposant un "dialogue" sans politiques et sans l'armée sur l'avenir du pays. Le mouvement de contestation se poursuit pour le vingtième vendredi consécutif qui coïncide avec le 57e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.


            Partager Partager

ALGÉRIE. Les annonces se succèdent en Algérie alors que, vendredi 5 juillet 2019, les manifestants occupent la rue pour le vingtième vendredi successif depuis le début du mouvement, le 22 février 2019. D'abord pour refuser un cinquième mandat au président Abdelaziz Bouteflika puis pour protester contre le "nouveau" pouvoir en place issu de son clan.

L'ancien chef de la police algérienne, Abdelghani Hamel - déjà limogé en juin 2018 par Abdelaziz Bouteflika dans le cadre d'un scandale de trafic de cocaïne -  a été placé dans la nuit du jeudi au vendredi en détention préventive. Ce général à la retraite est accusé de "détournement de foncier et enrichissement illicite". Ses deux fils ont subi le même sort pour le même motif. Ils viennent allonger la longue liste des caciques du pouvoir désormais sous les verrous.

Autre fait nouveau, l'appel d'Abdelkader Bensalah, mercredi 3 juillet 2019, à "la mise en place d'un dialogue" pour préparer l'élection présidentielle. Le président algérien par intérim assure que ce "dialogue" s'effectuera sans les autorités politiques, ni l'armée. "Le processus sera conduit et mené en toute liberté et en toute transparence par des personnalités nationales, crédibles et indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale", promet Abdelkader Bensalah. "L'Etat dans toutes ses composantes, y compris l'institution militaire ne sera pas partie prenante à ce dialogue et observera la plus stricte neutralité tout au long du déroulement de ce processus", précisait-il lors d'un discours à la nation.

Gestion du vide constitutionnel

Le vingtième vendredi de manifestation coïncide avec le 57e anniversaire de l'indépendance (photo : DR)
Le vingtième vendredi de manifestation coïncide avec le 57e anniversaire de l'indépendance (photo : DR)
La grande crainte en Algérie reste la gestion du vide constitutionnel qui arrive à grand pas. La période d'intérim du président de la République algérienne - nommé en avril 2019 suite à la démission d'Abdelaziz Bouteflika - expire normalement mardi 9 juillet 2019, soit quatre-vingt dix jours après le début de sa fonction, comme le prévoit la Constitution. Or, l'élection présidentielle, programmée pour le 4 juillet 2019, a été reporté sine die, faute de candidats.

Abdelkader Bensalah a donc décidé de poursuivre sa mission, jusqu'à ce que sorte, enfin, des urnes à la faveur d'un futur scrutin, un président élu. Il lui faudra en attendant composer avec la rue, toujours très agitée, et demandant son départ. Rue qui considère que ce n'est pas lui, mais bel et bien le général Ahmed Gaïd Salah qui tient les rênes. Chef d'état major de l'armée algérienne, ce dernier refuse d'ailleurs de donner satisfaction aux manifestants et leur a lancé plusieurs fois des mises en garde au nom de la stabilité nécessaire du pouvoir.

Ce vingtième vendredi de mobilisation présente d'ailleurs un parfum un peu spécial. Il coïncide avec le 57e anniversaire de l'indépendance du pays. Les manifestations sont donc massives, d'autant plus que plusieurs personnalités de la société civile et politiques, dont l'avocat Mustapha Bouchachi et l'ex-ministre Abdelaziz Rahabi, ont appelé à une forte présence pour "faire du 5 juillet la concrétisation de la libération de l'Homme, après la libération de la patrie". Sous entendu du joug de l'Etat colonial français en 1962 après huit ans de guerre.

Vendredi 5 Juillet 2019

Lu 778 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

réflexion


Pour des modèles économiques innovants et soucieux du développement durable

Abdelmajid Iraqui, vice-président CGEM Rabat-Salé-Kénitra
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.