Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Algérie et la Libye devront accepter l'aide du FMI




L'Algérie devrait demander l'aide du FMI (photo : F.Dubessy)
L'Algérie devrait demander l'aide du FMI (photo : F.Dubessy)
AFRIQUE. Selon une étude menée sur le continent africain par le spécialiste de l'assurance-crédit Euler Hermes (2,6 mrds€ de chiffre d'affaires en 2016), les pays producteurs de pétrole, comme l'Algérie et la Libye, mais aussi l'Angola et le Nigeria, subissent depuis trois ans les conséquences de la chute brutale des prix des matières premières. L'analyse, publiée lundi 10 juillet 2017 après une intervention lors d'une conférence "Risk Frontiers 2017" à Londres, précise que "l'heure de vérité approche : de nombreux pays africains devront accepter l'argent du FMI et, en contrepartie, ajuster leur équilibre budgétaire". Face à l'augmentation de la dette externe de l'Afrique (32% du PIB aujourd'hui), "les besoins en liquidité poussent certains pays à demander l'aide du FMI", commente Euler Hermes tout en affirmant qu"il n'existe pas de problème de solvabilité généralisé sur le continent". L'étude assure que "le problème n'est pas la croissance, mais son financement" avec la baisse des IDE (investissements directs étrangers) qui se tarissent dans cette région en plein bouleversements politiques alors que "l'augmentation de la dette et du déficit publics ont contraint à revoir à la baisse certaines dépenses budgétaires, pourtant essentielles pour la cohésion sociale et la poursuite du développement".

Euler Hermes indique cependant que "malgré les défis qui restent à relever et les récentes pressions financières subies par les exportateurs de matières premières, le continent africain dispose d'un potentiel économique considérable". L'assureur-crédit estime que le PIB de ce continent devrait progresser de 2,6% en 2017. "Le fait que l'Afrique soit en retard sur le reste du monde constitue paradoxalement un avantage pour la région, car cela lui permet d'adopter une autre approche du développement", note Stéphane Colliac.

Retour à la croissance pour le Maroc

Le chef économiste d'Euler Hermes pour la France et l'Afrique constate qu'en Egypte, l'"environnement des affaires... a été réformé et se rapproche désormais de celui d'une véritable économie de marché. Si le coût de ces réformes est élevé à court terme, elles sont indispensables pour rééquilibrer le modèle de croissance. Elles devraient également aider le pays à tirer parti de sa réglementation, l'une des plus favorable aux entreprises de toute l'Afrique".

S'exprimant sur le Maroc, Stéphane Colliac affirme que la reprise devrait se manifester en 2017 : "Après les mauvaises récoltes de 2016, le cru 2017 semble être proche de la normale. Les difficultés de la production agricole expliquent la faible croissance en 2016 (+1,1%) mais son rebond sera le principal contributif d’une croissance attendue à +4,5% en 2017. L’assouplissement tant attendu du taux de change du dirham – une question politique – devrait finalement avoir lieu. Globalement, la vulnérabilité extérieure du Maroc est plutôt limitée. Ses réserves de devises couvrent environ 7 mois d’importations et le déficit de la balance des paiements courants reste raisonnable (-2,7% du PIB en 2017)." La croissance semble donc de retour dans ce pays.

Voir l'étude d'Euler Hermes




Lundi 10 Juillet 2017



Lu 4559 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.










RÉflexions

Réflexion

La convention de Montego Bay est-elle menacée ?


avis d'expert

Philippe Dezeraud, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
EMNES         Medener
 
Femise      Euromediterranee
 
Ipemed  APIM