Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

L'Algérie durcit ses sanctions contre l'Espagne avec un boycott des produits ibériques


Rédigé par , le Jeudi 9 Juin 2022 - Lu 925 fois


Le fossé s'élargit entre Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol, et Abdelmajid Tebboune, président algérien (photo: Ambassade d'Espagne en Algérie - octobre 2020)
Le fossé s'élargit entre Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol, et Abdelmajid Tebboune, président algérien (photo: Ambassade d'Espagne en Algérie - octobre 2020)
ALGÉRIE / ESPAGNE. Après avoir rompu unilatéralement toute relation diplomatique avec l'Espagne, rappelé en mars 2022 son ambassadeur pour consultations, l'Algérie a décidé, mercredi 8 juin 2022, la "suspension immédiate" d'un traité d'amitié, de bon voisinage et de coopération conclu le 8 octobre 2002 avec Madrid. Et prononce aussi l'interdiction des importations espagnoles ainsi que le gel des domiciliations bancaires des opérations de commerce extérieur de produits de et vers l'Espagne.

L'Algérie franchit un palier supplémentaire avec cette nouvelle vague de sanctions.

Le traité encadre les relations entre les deux pays. Il porte sur un développement de la coopération dans les domaines économique, financier, éducatif et de la défense et régit celle dans le contrôle des flux migratoires. Le ministère espagnol des Affaires étrangères indique que "le gouvernement espagnol réaffirme son plein attachement au contenu du Traité et aux principes qui le sous-tendent, reflétés dans son préambule et en particulier le strict respect des buts et principes de la Charte des Nations unies et les principes du droit international en tant qu'éléments fondamentaux pour le maintien de la paix, de la sécurité et de la justice dans la société internationale".

La déclaration souligne que le gouvernement espagnol considère toujours "l'Algérie comme un pays voisin et ami et réitère sa disponibilité entière pour continuer à maintenir et à développer les relations spéciales de coopération entre les deux pays".

L'Espagne cinquième fournisseur de l'Algérie

Le boycott des produits ibériques durcit des mesures déjà prises en avril 2022 avec l'interdiction d'exportation infligée aux bœufs espagnols. Cette nouvelle sanction vient cependant en contradiction avec l'accord euro-méditerranéen d'association signé en août 2016 entre l'Algérie et l'Union européenne. Il interdit en effet toutes restrictions non tarifaires et les discriminations. Son article 6 porte sur la libre circulation des marchandises et prévoit l'établissement progressif pendant une période de transition de douze ans au maximum d'une zone de libre-échange. Son article 8 indique clairement, "Les produits originaires de l’Algérie sont admis à l’importation dans la Communauté en exemption de droits de douane et taxes d’effet équivalent et de restrictions quantitatives ou mesures d’effet équivalent".

En 2020, selon les chiffres du ministère espagnol des affaires extérieures, l'Espagne était le cinquième fournisseur de l'Algérie (derrière la Chine, la France, l'Italie et l'Allemagne) avec 2,1 mrds$  (1,96 mrd€) d'exportations contre 2,9 mrds$ (2,71 mrds€) en 2019. Cette baisse s'explique par les conséquences de la pandémie de Covid-19. L'Espagne apporte 6,22% du total des importations algériennes (16,81% pour la Chine et 10,60% pour la France). Elle exporte principalement des produits manufacturiers et alimentaires.

Selon les données en provenance de la même source, entre ces deux années, les exportations de l'Algérie vers l'Espagne sont passées de 3,99 mrds$ (3,72 mrds€) à 2,34 mrds$ (2,18 mrds€) soit une chute de 41,40%. L'Espagne reste le troisième client de l'Algérie derrière l'Italie (3,44 mrds$) et la France (3,25 mrds$), mais devant la Turquie (2,12 mrds$). Elle représente 9,84% du total des exportations algériennes (14,47% pour l'Italie et 13,69% pour la France).

Le Sahara occidental au cœur de la brouille

Dernière décision prise contre l'Espagne, une note a aussi été adressée aux banques, mercredi 8 juin 2022, par l'Association des banques et établissements financiers (Abef). L'organisme professionnel algérien leur demande de geler les domiciliations bancaires des opérations de commerce extérieur de produits de et vers l'Espagne à compter du jeudi 9 juin 2022. L'Abef précise que cette mesure est prise en lien avec la suspension du traité d'amitié.

Sur l'air de "les amis de mes ennemis sont mes ennemis", le désamour va crescendo entre l'Algérie et l'Espagne. Le Sahara occidental figure au cœur de la brouille entre les deux pays. Les autorités algériennes n'ont pas apprécié le revirement de la diplomatie espagnole, neutre depuis quarante-six ans, sur ce conflit. Le 18 mars 2022, Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol, envoyait un message au roi du Maroc pour l'informer que "l'Espagne considère l'initiative marocaine d'autonomie, présentée en 2007, comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différent".

Le rapprochement entre l'Espagne et le Maroc (après une crise diplomatique d'un an suite à l'accueil de Brahim Ghali, chef du Front Polisario, par un hôpital espagnol), avec qui l'Algérie a également rompu toutes relations diplomatiques en août 2021, a provoqué une rupture par ricochet avec l'Espagne.
"Les autorités espagnoles se sont engagées dans une campagne tendant à justifier la position qu’elles ont adoptée sur le Sahara Occidental en violation de leurs obligations juridique, morale et politique de puissance administrante du territoire qui pèsent sur le Royaume d’Espagne jusqu’à ce que la décolonisation du Sahara Occidental soit déclarée accomplie par les Nations Unies", soulève un communiqué de la présidence algérienne. Le Maroc contrôle 80% du Sahara occidental.

Alger demeure très à cheval sur ce sujet sensible. Elle a même mené, en 1963, la Guerre des Sables contre son voisin après des incidents frontaliers. L'Algérie soutient le peuple sahraoui dans sa quête à l'autodétermination sur cette ancienne colonie espagnole qualifiée de "territoire non autonome" par l'Onu. Et réclame l'organisation d'un référendum sous l'égide des Nations Unies. Un vote promis depuis 1991 par les Nations unies lors d'une signature d'un cessez-le-feu.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.












Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info