Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info





L'Algérie au point mort


La justice algérienne a gelé l'activité des grands groupes dont les dirigeants ont été arrêtés pour corruption. Par capillarité, l'ensemble du pays se fige.


            Partager Partager

Le nouvel homme fort du pouvoir, Ahmed Gaïa Salah reste ferme sur la lutte contre la corruption. (photo : ANP)
Le nouvel homme fort du pouvoir, Ahmed Gaïa Salah reste ferme sur la lutte contre la corruption. (photo : ANP)
ALGERIE. L'économie d'un pays est une mécanique fragile qu'un rien peut enrayer. Alors que les arrestations d'hommes politiques ou d'affaires suspectés de corruption se poursuivent, l'Algérie en fait la triste expérience. La justice a mis sur la touche une bonne partie des élites, mais personne n'a pris le relais à la tête des conglomérats.  
Même si fin août, la justice algérienne a nommé des administrateurs provisoires chargés d'expédier les affaires courantes, de payer les salaires et les fournisseurs de grands groupes comme ETRHB, Médias Temps Nouveaux, Tahkout ou encore KouGC, la situation apparaît de plus en plus préoccupante. Car sur le terrain rien n'a changé.
 
Des pans entiers de l'économie, en particulier le BTP, sont à l'arrêt depuis des mois, avec des dizaines de milliers de salariés et de fournisseurs plus payés, des chantiers stoppés, des investisseurs étrangers qui fuient. Les entreprises dont les patrons dorment en prison ont les comptes gelés. Elles ne peuvent plus importer.
 
Cette paralysie concerne également les filiales et gagne par capillarité des sociétés qui vivent grâce à ces grands donneurs d'ordres. Devant tant d'incertitude, les banques ne prêtent plus. Le gel des avoirs des grands groupes les met en péril. Privées des opérations financières qui les font vivre, les banques voient leurs trésoreries se réduire comme peau de chagrin, ce qui fait ressortir le spectre d'une crise de liquidité. La banque extérieure d’Algérie, la Banque algérienne de développement rural, la CNEP seraient dans une situation inquiétante.

Les indicateurs macro économiques se dégradent

Sur les cinq premiers mois de 2019, les importations reculent de 1,86% et les exportations de 5,32%. Le déficit commercial a fait un bond de 12% au premier semestre 2019, accélérant l'assèchement des réserves de change qui ont pratiquement été divisées par 3 entre 2013 et 2019.
 
Pour l'instant, le secteur des hydrocarbures, vital en Algérie car il représente 95% des exportations et 60% des recettes fiscales, n'est pas touché. Mais jusqu'à quand ?
 
Compte tenu de sa natalité, l'Algérie a besoin de dépasser les 5% de croissance pour ne pas créer du chômage. Le taux dépassera difficilement 2% en 2019. L'Algérie doit faire face à une fuite des capitaux, qu'il s'agisse de blanchiment de l'argent de la corruption ou plus simplement des élites qui ne croient plus en l'avenir de leur pays. Ainsi, les transferts de capitaux algériens vers le Canada ont grimpé de 50% en quelques mois. Il est plus que probable que ce flux concerne également d'autres destinations plus discrètes.

Gérard Tur
Lundi 9 Septembre 2019

Lu 1515 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

réflexion


Pour des modèles économiques innovants et soucieux du développement durable

Abdelmajid Iraqui, vice-président CGEM Rabat-Salé-Kénitra
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.