Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'Algérie abolit le monopole d’État sur l'audiovisuel



            Partager Partager

Le secteur de l'audiovisuel ouvert officiellement au privé (capture écran Ennahar TV)
Le secteur de l'audiovisuel ouvert officiellement au privé (capture écran Ennahar TV)
ALGÉRIE. Le projet de loi sur l’audiovisuel présenté par le gouvernement algérien a été adopté le 20 janvier 2014 par les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN). Il devrait maintenant être présenté aux sénateurs du Conseil de la Nation avant que le président de la République ne le signe.

Ce texte vient concrétiser une promesse qu'Abdelaziz Bouteflika avait faite en avril 2011, dans la foulée des révoltes populaires qui gagnaient le monde arabe et de l’effervescence, en partie politique, mais également et surtout sociale, qui touchait l’Algérie.

Cette loi met un terme officiel au monopole d’État sur l’audiovisuel qui se caractérise par l’existence de cinq chaînes de télévision publique, de cinq radios nationales et de 47 radios locales publiques. Le secteur sera ainsi officiellement ouvert à l’investissement privé. La possibilité d’ouverture de télévisions et radios associatives n’est toutefois pas évoquée. Un pluralisme audiovisuel de fait existe déjà depuis un an. En avril 2012, le gouvernement avait autorisé trois chaînes de télévision satellitaires de droit étranger à ouvrir "provisoirement" des représentations à Alger.

Echourouk TV, Ennahar TV et El Djazaïr TV avaient cependant commencé à diffuser leurs programmes depuis 2011, sans attendre d’autorisation des pouvoirs publics. Depuis, près d’une dizaine de télévisions privées émettent à partir de l’étranger en direction de l’Algérie, mais leurs studios ont pignon sur rue dans la capitale et leurs équipes travaillent sans aucun problème en Algérie. En attendant la nouvelle loi, le gouvernement a décidé en ce début d’année 2014 de reconduire l’autorisation d’une année accordée aux nouvelles télévisions privées.

Le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, a récemment indiqué que les radios privées ne pourraient pas émettre avant trois ans, et ce, pour insuffisance de fréquences. Durant les débats à l’APN, l’opposition a reproché au gouvernement d’imposer des chaînes thématiques et d’empêcher l’émergence de chaînes généralistes afin de limiter, pour mieux les contrôler, tout ce qui a trait à l’information. Le gouvernement s’est défendu d’une telle accusation.

A. Belkessam, à ALGER
Lundi 20 Janvier 2014

Lu 1530 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA


agenda

Recherche personnalisée

Soumettre un événement

À cause de la pandémie du Covid-19
et des différentes restrictions
de circulation, de confinement et de fermeture des lieux publics dans les pays méditerranéens, nous suspendons jusqu'à nouvel ordre la publication
de notre agenda







À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.