Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






"L’Afrique ne pourra subvenir qu’à 13% de ses besoins alimentaires en 2050"


Le réchauffement climatique reste l’une des grandes préoccupations du 21ème siècle. Ce changement entraîne des modifications d’un point de vue économique, mais aussi humain comme l'ont encore démontré les 7e Rencontres internationales de Cybèle qui se déroulaient à Marseille jeudi 9 juin 2016.


            Partager Partager

Publicité
Publicité

Mohammed Said Karrouk et Aurore Bénassy (photo F.Dubessy)
Mohammed Said Karrouk et Aurore Bénassy (photo F.Dubessy)
MEDITERRANEE. « Nous vivons dans un nouveau climat » explique Mohammed Saïd Karrouk, professeur de climatologie à l’Université Hassan II (Casablanca) et membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), lors des 7ème rencontres internationales de Cybèle organisées par l'Association Euromed-IHEDN, jeudi 9 juin 2016, à la Villa Méditerranée à Marseille. « Nous assistons à de plus en plus de sécheresses, à une désertification au nord du Sahara, au lac Tchad, mais aussi à des inondations de plus en plus importantes » précise-t-il. 
 
Aurore Bénassy, chercheuse au CIHEAM (Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes), le confirme : « Le changement climatique va modifier le calendrier des précipitations. Un agriculteur ne saura plus quand il doit semer ». A cause de la sécheresse qui sévit au Maroc, la production céréalière a ainsi chuté de 70% par rapport à 2014-2015. 9 000 personnes se retrouvent au chômage dans le secteur de l’agriculture et de la pêche. En Afrique, 65% des actifs dépendent de l’agriculture. 
 
Le réchauffement climatique pose un véritable problème en Afrique subsaharienne et au Maghreb. Si le thermomètre n’augmente que d’un degré d'ici 2020, le dérèglement coûtera 15 mrds$ (13,2 mrds€) par an, mais les chiffres s’affolent lorsque la température augmente plus intensément : 24 mrds$ (21 mrds€) à l’horizon 2040 pour deux degrés, 50 mrds$ (44 mrds€) pour trois à quatre degrés.

Réfugiés climatiques

Aurore Bénassy prédit une diminution de 30% des pluies sur le continent africain (photo F.Dubessy)
Aurore Bénassy prédit une diminution de 30% des pluies sur le continent africain (photo F.Dubessy)
A cela s’ajoutent les crises sanitaires que risque de connaître l’Afrique. « Aujourd’hui, un tiers de la population subsaharienne est sous-alimentée » détaille Aurore Bénassy, « si cette situation de réchauffement climatique perdure, la situation s’aggravera car l’Afrique ne pourra subvenir qu’à 13% de ses besoins alimentaires en 2050 ». Sur le prochain siècle, la pluie devrait diminuer de 30% sur ce continent, ce qui réduira fortement les rendements agricoles.
 
Et cela entraînera des déplacements de population. « Nous assistons déjà à des migrations forcées. Les gens n’ont plus le choix car ils ne trouvent plus de quoi répondre à leurs besoins » précise Mohammed Saïd Karrouk. Ces « réfugiés climatiques » s’additionnent à ceux provenant des conflits au Moyen-orient. « L’espace Schengen s’installe au Maghreb, c’est devenu un lieu de passage de l’Afrique vers l’Europe » annonce-t-il.
 

"L'Afrique peut devenir exportateur de denrées alimentaires"

Pour Mohammed Saïd Karrouk, "l'espace Schengen s'installe au Maghreb" (photo F.Dubessy)
Pour Mohammed Saïd Karrouk, "l'espace Schengen s'installe au Maghreb" (photo F.Dubessy)
L’Europe et le Maghreb doivent trouver des solutions, ensemble, aussi bien judiciaires que sécuritaires, pour Aurore Bénassy et Mohammed Saïd Karrouk. Ils proclament une nécessité d’agir, de développer des milieux d’accueil et de rétablir la stabilité car la démographie change en Tunisie, au Maroc ou en Algérie. « Il faut transformer ce problème d’immigration en opportunité » signalent ces experts. 
 
Il en va de même pour la crise alimentaire selon Aurore Bénassy. « L’Afrique peut devenir un exportateur de denrées alimentaires si nous l’y préparons » explique-t-elle. L’Afrique regorgerait de zones d’agriculture inexploitées. Pour remédier à cette situation, Aurore Bénassy met en avant la nécessité d'une concertation et d'une action commune de l’Europe, des pays de la Méditerranée, mais aussi de toute l’Afrique.

Lire aussi : "N'oublions jamais que les produits du sol dépendent du ciel"

Ludivine Tur

Jeudi 9 Juin 2016

Lu 3645 fois




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 29 Octobre 2018 - 14:17 Fermeture du port de Bastia

Vendredi 26 Octobre 2018 - 09:07 Séisme marin en Méditerranée occidentale


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.