Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Jumelage ADEME-ADEREE : l’heure du bilan



            Partager Partager

Le Point Info Énergie de Chefchaouen (photo GERES)
Le Point Info Énergie de Chefchaouen (photo GERES)
MAROC / FRANCE. Lancé en janvier 2012, le jumelage qui a réuni, dans le cadre de la politique de voisinage de l’Union européenne, du marocain ADEREE (Agence nationale marocaine pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique), du français ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et le ministère allemand de l’économie et de l’énergie, vient de se refermer.
 
Doté d’un budget de 1,3 M€, il aura permis d’aider l’ADEREE, qui a pris le relais en 2011 de l’ex-Centre marocain de développement des énergies renouvelables, à se structurer et à développer la partie de son activité consacrée à l’efficacité énergétique.
 
En termes d’actions, le partenariat, auquel auront participé quarante experts français et dix allemands, aura notamment conduit à la formation de formateurs et de bureaux d’études dans les secteurs du bâtiment et de l’industrie, à l’élaboration d’une étiquette-énergie pour les climatiseurs et les réfrigérateurs, à la réalisation d’audits énergétiques dans une cinquantaine d’entreprises ainsi qu’à la mise en place de campagnes de sensibilisation à destination du grand public.
 
« Le jumelage s’est aussi accompagné d’un volet territorial, complète Thierry Meraud, en charge du programme pour le compte de l’ADEME, grâce à la transposition d’outils tels que les Plans climat énergie ou les diagnostics de l’éclairage public. Un Point Info Énergie a également été ouvert à Chefchaouen. »
 
Le Maroc, confronté à une croissance de sa consommation d’énergie de 4,3 % par an, souhaiterait désormais embrayer sur une phase 2 du jumelage, qui serait dédiée à la problématique du transport. Selon Thierry Meraud, « celle-ci pourrait commencer en 2015 ou 2016. »

Lire aussi : Le Maroc prévoit de faire 12 % d'économie d'énergie d'ici 2020


Jeudi 3 Juillet 2014

Lu 9410 fois





1.Posté par Bernard Cornut le 04/07/2014 08:44
Hélas le coût budgétaire de la seule subvention annuelle au gaz butane au Maroc représente 300 ans de budget de l'Aderee, freine toute progression du marché du chauffe-eau solaire malgré les beaux programmes Shemsi. L'Aderee n'a toujours pas d'économiste et son Secrétariat général a toujours refusé d'engager des négociations sérieuses avec la Caisse de compensation afin de déterminer ensemble des mécanismes concrets associant la réduction déterminée des subventions au butane avec des soutiens strictement ciblés sur les équipements ménagers efficaces en énergie et une subvention directe (en cash et bon d'achats ciblés) aux ménages du pole social (les plus pauvres).

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE