Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Israël débloque 2,4 mrds € pour soutenir son économie


Rédigé le Jeudi 12 Mars 2020 à 14:27 | Lu 1264 commentaire(s)


Le Premier ministre israélien lance un plan de soutien à l'économie israélienne. (photo DR)
Le Premier ministre israélien lance un plan de soutien à l'économie israélienne. (photo DR)
ISRAEL. Mercredi 11 mars, Binyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, accompagné de son ministre des Finances Moshe Kahlon et du directeur de la Banque centrale d'Israël, Amir Yaron a annoncé une série de mesures pour soutenir l'économie en pleine crise du coronavirus. Le gouvernement débloque une enveloppe de 2,4 milliards d'euros pour renforcer le système de santé du pays et pour soulager la trésorerie des entreprises en difficulté sous forme de prêts à très faible taux.
 
Moshe Kahlon a estimé pendant la conférence de presse que le coronavirus coûterait à l'économie israélienne 2,5 à 3,5 mrds €.
 
Tous les événements rassemblant plus de 2 000 personnes sont reportés ou annulés, le pays a pratiquement fermé ses frontières et de nombreuses compagnies aériennes ne desservent plus Israël. Comme dans beaucoup de pays, le secteur du tourisme connaît une crise historique avec une chute du chiffre d'affaires estimée à au moins 1,5 mrds $. Le pire reste à venir avec les fêtes de Pâques qui attirent habituellement énormément de visiteurs à Jérusalem en avril. El Al met 85% de ses pilotes en congé sans solde jusqu’en mai. L’hôtellerie va connaître de nombreux dépôts de bilan.
 
L'instabilité politique provoque une incertitude peu appréciée des milieux économiques. Le gagnant des élections, Binyamin Netanyahou, va être jugé pour corruption. Il ne dispose pas d'une majorité solide à la knesset et peut encore perdre son siège de premier ministre. Mais Israël semble en mesure de surmonter la crise politique, maintenant sanitaire et demain économique. Le pays bénéficie en effet d'une croissance solide (+3% de PIB en 2019) capable de lui faire digérer la perte de 0,5 à 1% de PIB par rapport aux prévisions pour 2020. Son un endettement modéré (60% du PIB) lui laisse une marge de manœuvre pour agir.




Lire aussi :
< >

Mercredi 1 Décembre 2021 - 12:35 La Méditerranée confrontée à l'inflation