Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Innover en Méditerranée pour la croissance et l'emploi

Spécial 15e FEMIP


La mutation économique des pays du Sud de la Méditerranée s'opérera plus aisément si elle se concrétise par des retombées directes sur l'emploi, en particulier chez les jeunes. Les dispositifs existants de financement des PME innovantes couvrent de larges besoins mais peuvent encore évoluer.


            Partager Partager

crédit : jesussanz / 123RF
crédit : jesussanz / 123RF
MÉDITERRANÉE. 450 000 emplois confortés dans les PME et entreprises de taille intermédiaire : c'est l'effet direct des cinquante trois projets non européens du secteur privé soutenus en 2014, sous différentes formes, par la Banque Européenne d'Investissement (BEI). Quelque 13 000 entreprises et 23 000 micro-entreprises en ont bénéficié pour un montant de 3,28 mrds€. 10% de ces financements ont été attribués dans la zone méditerranéenne. De la création au développement, les modalités de financement s'attachent à couvrir la palette des besoins de l'entreprise. Elles consolident et démultiplient les capacités d'action des partenaires qui balisent son parcours, incubateurs et fonds d'amorçage au démarrage, réseaux bancaires ou fonds de capital-investissement au moment de son essor.
 
Conforter le tissu entrepreneurial pour dynamiser l'emploi constitue une clé de la réussite future de la transition économique des pays concernés. Ces appuis devraient s'accentuer. S'exprimant début octobre à propos du Partenariat de Deauville qui réunit les pays du G7 et les pays en transition (Égypte, Tunisie, Maroc, Jordanie, Libye et Yémen), Werner Hoyer, président de la BEI a confié que «la banque de l'UE est prête à travailler avec d'autres organisations via le partenariat de Deauville ou d'autres mécanismes afin d'accroître son engagement en faveur de la création d'emplois et la libération de ressources supplémentaires pour la croissance économique. »

Maximiser les chances

Pour Alaya Bettaied, la formation représente un enjeu parallèle (photo Clean Tech Fund)
Pour Alaya Bettaied, la formation représente un enjeu parallèle (photo Clean Tech Fund)
Les moyennes, petites et très petites entreprises s'avèrent une cible privilégiée. Faciliter leur accès au financement demeure une priorité, mais le soutien peut recouvrir un périmètre plus vaste. En septembre 2014, par exemple, la BEI a signé un accord de partenariat avec la Banque Tuniso-Koweitienne (BTK) et le Réseau Entreprendre de Tunisie. Le texte prévoit l'attribution de prêts d'honneur combinée à un "coaching individualisé" des dirigeants les premières années afin de maximiser leurs chances de réussite. Les attentes restent fortes dans la jeunesse qualifiée des pays du Maghreb, en particulier dans le numérique, considéré par l'Institut de Prospective Économique du Monde Méditerranéen (Ipemed) comme "un levier incontestable pour booster les économies du Sud". Sous conditions de financement, évidemment !
 
Ancien vice-ministre pour l'investissement et la coopération internationale de Tunisie et fondateur de Clean Tech Fund, Alaya Bettaieb a créé et dirige un incubateur au sein d'une école d'ingénieurs "Esprit". Une expérience qu'il a voulu faire pour justifier son intention d'adosser son fonds à l'écosystème tunisien d'incubation et d'accélération. Cette appétence pour la création d'entreprise, il l'a mesurée lors d'un "BootCamp" qui a recueilli plus de 400 candidatures ! Sur les soixante start-ups sélectionnées, seules six étaient retenues au final pour peaufiner durant six mois leur projet et leur modèle d'affaires. «Il existe des jeunes brillants dans nos universités et les acteurs de l'écosystème entrepreneurial tunisien sont conscients de la nécessité de travailler ensemble pour favoriser l'émergence d'une nouvelle génération d'entrepreneurs et encadrer ces jeunes pour se lancer et vivre cette aventure. Toutefois, le financement early stage ou de pré-amorçage reste encore absent du paysage tunisien. Il faut pouvoir leur donner leur chance, créer les mécanismes appropriés pour les accompagner. »

Accroître les compétences

(photo Clean Tech Fund)
(photo Clean Tech Fund)

Pour Alaya Bettaïeb, « l'innovation passe aussi par la sensibilisation des chercheurs sur les besoins des industriels, et des industriels sur le potentiel des chercheurs. Avec un appui européen, il y a eu début de réflexion. Mais la volonté politique continue à faire défaut pour mettre en place les maillons d'un système d'appui à l'innovation ou de transfert de technologies existantes. Conséquence : le dispositif est resté incomplet et manque beaucoup d'expertise juridique, technologique et financière pour un bon transfert et/ou une recherche orientée "marché", alors que ces derniers pourraient accélérer le développement de solutions innovantes dont le pays a besoin.»
 
La formation représente un enjeu parallèle. Pour pérenniser leur activité, les entreprises cherchent une main-d'œuvre qualifiée. La présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union européenne a donc présenté une initiative pour l'emploi des jeunes et la formation professionnelle dans les pays du Maghreb. Le projet a été élaboré avec l'Institut de la Méditerranée, les autorités des pays concernés et les institutions financières européennes et internationales. Il vise à consacrer entre 150 et 200 M€ sur plusieurs années à l'amélioration des compétences, des postes les moins qualifiés jusqu'aux post-doctorants.


La facilité d'investissement pour le voisinage, instrument-clé

Pour le service "Voisinage et Négociations d'élargissement" de la Commission Européenne, le mécanisme de panachage "Facilité d'Investissement pour le Voisinage", est un dispositif à fort effet de levier pour mobiliser des fonds d'institutions financières européennes pour les pays partenaires du Sud et de l'Est. Les six dernières années, plus de 5 milliards d'euros ont ainsi pu être levés. Dans le secteur privé, PME et start-up ont pu bénéficier de subventions,  de garanties, de capital-investissement ou de capital-risque,  pour financer, entre autres, des projets innovants. Favorisé par cet instrument-clé, le partage d'expériences entre les parties prenantes permettra de reproduire les plus réussies. L'initiative de l'Union européenne pour l'inclusion financière en Méditerranée, lancée début 2016, vise à l'illustrer.


Lundi 26 Octobre 2015

Lu 1317 fois





1.Posté par Stéphane JX BEAUMONT le 26/10/2015 16:36
tmi-partner@numericable.fr
Une approche intéressante, véritable passerelle entre les Grands projets et la sécurisation du Bassin Méditerranéen, pourrait être celle offerte par les HIMO.
Les activités à haute intensité de main d’œuvre (HIMO) se fondent sur le postulat que les difficultés socio- économiques créent ou aggravent le risque sécuritaire sur lequel se greffent les mouvements radicaux religieux. Les activités HIMO visent à employer le plus grand nombre dans des projets d’infrastructures communautaires identifiées par les populations bénéficiaires elles-mêmes. (26/10/2015)


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


RÉFLEXION

Le droit au blasphème, le Coran et la jurisprudence exégétique

Sami Bibi, universitaire et chercheur auprès du réseau international Politique Economique et Pauvreté (PEP) de l'Université Laval (Québec-Canada)
Grand angle

Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.