Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






"Il faut supprimer graduellement les subventions à l'énergie"


Interrogé lors de la 13e conférence Femip le 10 décembre 2013 à Bruxelles, Bruno Lescoeur, président de l'Observatoire méditerranéen de l'énergie (OME), évoque la nécessité de s'atteler à l'efficience énergétique. Avec un préalable : abolir progressivement les subventions à l'énergie.


            Partager Partager

Bruno Lescoeur favorise au sein de l'OME le dialogue entre les énergéticiens des deux rives (photo F.Dubessy)
Bruno Lescoeur favorise au sein de l'OME le dialogue entre les énergéticiens des deux rives (photo F.Dubessy)
econostrum.info : Comment caractérisez-vous le rôle de l'OME ?

Bruno Lescoeur : Depuis plus de vingt ans, l''Observatoire méditerranéen de l'énergie réunit les énergéticiens du sud et du nord de la Méditerranée. Lors du processus de Barcelone, l'Observatoire a pu bénéficier de l'intérêt et des efforts de l'Union européenne pour avancer dans la coopération entre les deux rives dans le domaine de l'énergie.

La crise, la stagnation de la demande et les technologies se trouvent au nord alors que la croissance, les besoins et le dynamisme économique sont au sud. Il faut vraiment comprendre ces différences de situation pour être capable de bénéficier des échanges d'expériences et de technologies. Mais aussi des échanges sur le cadre réglementaire et les modalités d'intervention de manière à ce que les meilleures solutions soient trouvées compte-tenu des problèmes locaux, régionaux et globaux toujours en partant d'une vraie compréhension de la situation de chacun des pays de la Méditerranée.

Cet échange existe aujourd'hui ?

Les membres de l'Observatoire méditerranéen de l'énergie travaillent évidement ensemble. Il s'agit d'énergéticiens de toute la région : électriciens, pétroliers, gaziers... L'OME est aussi maillé avec d'autres organismes comme l'association des régulateurs de l'énergie de la Méditerranée, Medreg. Avec cet interlocuteur intéressant pour l'industrie, nous pouvons engager un dialogue avec les régulateurs et contribuer à ce que le cadre réglementaire soit adapté à la solution des problèmes. Des solutions généralement mises en œuvre par les énergéticiens.

Tous les acteurs économiques doivent avoir intérêt aux améliorations de l'efficacité énergétique

Quel constat dressez vous sur l'efficience énergétique ?

Il existe un potentiel énorme et d'autant plus pour les pays du sud où la croissance et l'appétit pour la croissance se révèlent très importants. L'efficacité énergétique demeure le moyen de réduire le coût de l'énergie, indispensable à la croissance économique et sociale de l'ensemble de la région. Il reste un effort à faire pour disposer d'un bon cadre législatif et réglementaire. Font partie intégrante de cette question là, les subventions données à certaines formes d'énergies et notamment les hydrocarbures. Elles n'incitent pas aux économies d'énergie ni aux progrès en matière d'efficacité énergétique. 

Il faut également régler les problèmes généraux de financement. Tous les acteurs économiques doivent avoir intérêt à l'amélioration de l'efficacité énergétique.
La situation actuelle de crise économique, et le fort développement, y compris sur le plan social, au sud, font de cette période le bon moment pour essayer d'accroitre ces efforts mais aussi la coopération entre le nord et le sud dans ce domaine.

Quelles sont les priorités ? Que peut-on activer concrètement dès maintenant ?

Très franchement, il faut une réflexion sur les questions de prix et donc les subventions. Les subventions doivent être réservées aux citoyens qui en ont véritablement le plus besoin. Il convient donc de s'atteler à un travail extrêmement compliqué de disparition progressive de ces subventions, au moins pour les clients industriels et le monde économique. Puis, progressivement aussi, essayer de donner des incitations cohérentes pour les clients résidentiels. Mais, encore une fois, il faut faire cela graduellement.

Propos recueillis par Frédéric Dubessy, à BRUXELLES

Mardi 17 Décembre 2013

Lu 3739 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Juin 2019 - 10:34 Le Maroc relance l'appel d'offres Noor Midelt II


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.