Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Grégory Clemente : "L'essentiel de nos prises de participation a vocation à se déployer sur l'Afrique"


Interrogé à l'occasion d'Emerging Valley à Marseille, le directeur général de Proparco, filiale de l'Agence Française de Développement (AFD) dédiée au financement du secteur privé, s'intéresse de plus en plus aux start-up africaines. Gregory Clemente prépare un investissement dans un incubateur en Égypte.


            Partager Partager

Gregory Clemente veut lutter contre les carences en terme d'investissement des start-up (photo : F.Dubessy)
Gregory Clemente veut lutter contre les carences en terme d'investissement des start-up (photo : F.Dubessy)
econostrum.info : Quelle est la raison de votre présence à Emerging Valley ?

Grégory Clemente : Pour nous cette manifestation est une bonne opportunité de rencontrer des acteurs de la nouvelle économie, des start-upper, beaucoup d'entrepreneurs. Notre métier est de financer les Pme, l'entrepreneuriat de façon générale et depuis environ trois ans nous avons pris une inflexion stratégique pour intervenir en direct ou via des fonds d'investissement dans le financement de start-up.

Nous le faisons à notre échelle mais nous sommes de plus en plus actifs. Nous avons dédié des équipes en interne pour pouvoir répondre à des carences de financement et d'investissement.

Pourquoi ce récent intérêt pour les start-up ?

G.C. : Nous voyons émerger un certain nombre de modèles économiques qui ont besoin aujourd'hui d'être encouragés. Il s'agit d'une prise de risque plus importante que quand nous sommes face à des entreprises plus matures, mais ceci fait clairement partie de notre mandat, notre mission de développement.

Ces nouveaux modèles économiques qui émergent vont créer de l'emploi, vont permettre aux populations d'accéder à des biens ou à des services qui sont essentiels. Nous avons beaucoup de start-up qui se positionnent, par exemple, sur le "homegrid" solaire. Il existe un besoin d'électrification rurale extrêmement important. Nous accompagnons donc ce type d'acteurs. D'autres start-up interviennent dans le e-commerce que nous soutenons, et, bien entendu, nous aidons les acteurs de la fintech.
En fait, ces trois grands secteurs représentent plus de 60% des start-up et des levées de fonds. Nous sommes présents également sur d'autres types d'activités comme la santé et l'éducation où la carence en terme d'investissement s'avère encore plus élevée.

500 M€ de prise de participation d'ici 2020

Le directeur général de Proparco va investir dans les incubateurs et les accélérateurs de la région Mena (photo : F.Dubessy)
Le directeur général de Proparco va investir dans les incubateurs et les accélérateurs de la région Mena (photo : F.Dubessy)
Comment vous positionnez vous sur la région Mena ?

G.C. : Nous discutons beaucoup avec soit des fonds d'investissement, soit des incubateurs ou des accélérateurs. Prochainement, nous devrions signer une opération en Égypte sur un incubateur que nous financerons. Les négociations se trouvent toujours en cours.

Nous voyons aussi un tissu entrepreneurial assez fort notamment au Maroc, mais aussi en Tunisie. Notre bureau de représentation basé à Casablanca est assez actif. Il a également reçu le mandat de développer les start-up.

Proparco a deux grands modes d'intervention : Apporter des financements à long terme sous forme de prêts classiques en général en devises fortes et, depuis deux ans, nous connaissons une montée en puissance en terme de prise de participation. L'idée est d'atteindre 500 M€ de prise de participation, directe ou à travers des fonds d'investissement, à horizon 2020. 

Sur quel périmètre ?

G.C. : Sur l'ensemble du monde mais le gros de notre activité, et la priorité géographique reste l'Afrique. Donc l'essentiel de ces financements a vocation à être déployé sur le continent.
A l'intérieur de ces 500 M€, nous voulons accompagner un grand nombre de start-up chaque année en débloquant de 500 000 à 3 M€. Ainsi que des fonds d'investissement dédiés sur les nouvelles technologies en visant entre trois et cinq opérations annuellement.

Nous couplons tout cela avec les activités de notre maison mère (ndlr : l'AFD) qui elle intervient plus en amont sur l'écosystème sur les incubateurs, sur les accélérateurs et éventuellement apporte les premiers fonds avec des prêts d'honneur de 30 000 à 50 000 €. Nous avons un continuum entre notre maison-mère et le déploiement d'instrument de financement mis en place par Proparco.

Propos recueillis par Frédéric Dubessy

Jeudi 22 Novembre 2018

Lu 1087 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE