Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Gênes : des investissements à la hauteur des ambitions


Le nouveau plan triennal (2012/2014) du port de Gênes prévoit 400 M€ d’investissement pour moderniser les infrastructures et améliorer la desserte ferroviaire de la zone portuaire afin de gagner en compétitivité et s’adapter aux nouveaux besoins du marché en Méditerranée.


            Partager Partager

Le port de Gênes (photo DR)
Le port de Gênes (photo DR)
ITALIE. « La remontée du trafic marchandises, en 2011, sur le segment des conteneurs ne signifie pas pour autant que la crise est derrière nous. Dans cette conjoncture incertaine, le port de Gênes  a pourtant choisi de poursuivre sa politique d’investissement, plus de 400 M€ et une douzaine de grands projets sont programmés pour les trois prochaines années » c’est le message que Luigi Merlo, président de l’Autorité portuaire de Gênes, a fait passer en présentant le plan triennal 2012/2014, approuvé en novembre 2011 par le Comité portuaire.

Si en 2011 le trafic conteneurs, en hausse de 5%, a en effet retrouvé son niveau d’avant la crise avec un total de 1,847 million de TEUs, le trafic marchandises global sur le port de Gênes  accuse un léger recul, -0,6%, pour un total de 51,6 millions de tonnes.  

Le trafic passagers recule de 14,5 % avec 3,1 millions de personnes transportées. Le nombre de croisiéristes, qui avait bondi de 28,1% en 2010, a baissé en 2011 de 7,2% à 798 000 croisiéristes, baisse qui s’est également vérifiée pour les passagers des ferries comme en 2010. Pour autant, Luigi Merlo estime que les investissements réalisés pour permettre d’accueillir de plus gros paquebots, notamment sur le nouveau quai du Pont dei Mille (13 M€, inauguré l’automne 2011), devrait permettre à Gênes de passer rapidement le cap du million de croisiéristes dans les prochaines années.


Surmonter la crise des chantiers navals

Les difficultés traversées par les entreprises du secteur des chantiers navals, un secteur stratégique pour Gênes où il représente plus de 50% des emplois sur la zone portuaire, a marqué l’exercice 2011 avec, en particulier la crise Fincantieri à Sestri Ponente. Le site génois du groupe italien était jusqu’ici spécialisé dans la construction de bateaux de croisière mais la baisse des commandes sur le marché mondial et la concurrence asiatique l’ont fragilisé. La fermeture du site a été évitée grâce au projet de redéploiement sur la mer et de modernisation des installations du chantier avec le concours financier de l’Etat qui a débloqué 50 M€. Ce projet, qui démarre début 2012, implique la diversification des activités et une réduction, du moins dans un premier temps, des effectifs qui devraient être ramenés de 741 à 411 personnes.

Le plan triennal souligne également le potentiel de Gênes dans la réparation navale, une activité autour de laquelle gravitent quelque 70 entreprises spécialisées. Mais si elles ont un réel savoir-faire, leurs équipements sont vieillissants et leurs coûts supérieurs à la moyenne européenne. Le port dispose de cinq bassins de carénage, l’enjeu est de pouvoir répondre aux besoins d’entretien et de réparation des bateaux, porte-conteneurs ou paquebots de grande dimension mais aussi de grands yachts d’où le projet d’investir dans l’aménagement d’un sixième grand  bassin pour lequel les études sont en cours mais dont le financement n’est pas encore assuré.

Vers un système portuaire ligure intégré ?

Enfin, le plan triennal met l’accent sur les aménagements nécessaires des infrastructures ferroviaires pour une meilleure desserte dont dépend le développement du port dans les prochaines années. Quatorzième port européen par son trafic conteneurs (2010), sixième en Méditerranée, Gênes a l’ambition de s’imposer en escale de référence en Méditerranée pour desservir l’Europe du Nord et de l’Est dans la perspective du développement des autoroutes de la mer (projet MOS 24).

Dans un contexte où il est de plus en plus difficile de trouver les fonds nécessaires à la réalisation de grands travaux et où les contraintes environnementales pèsent fortement sur les projets, pour le président  Luigi Merlo, il serait temps de repenser l’aménagement des trois ports ligures La Spezia, Gênes et Savone-Vado, distants de moins de 150 km, dans le cadre d’un unique système portuaire intégré.

Voir l'ensemble du dossier sur les résultats 2011 et les perspectives 2012 des ports méditerranéens

Jeudi 22 Mars 2012


Lu 1898 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Mars 2012 - 11:04 Le Pirée tremplin des produits chinois












À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.