Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Généralisation du tramway pour désengorger les villes algériennes


Les transports en commun ont longtemps constitué le parent pauvre du système de transport algérien. L’embellie financière que connaît le pays se traduit par le développement des infrastructures et de différents modes de transport. Dans cette stratégie, le tramway semble destiné à un brillant avenir.



Les autorités algériennes viennent de débloquer près de 4,6 mrds € en vue de doter les principales villes de tramways.(photo Magharebia, licence CC )
Les autorités algériennes viennent de débloquer près de 4,6 mrds € en vue de doter les principales villes de tramways.(photo Magharebia, licence CC )
ALGERIE. Alors que l’Algérie est devenue un véritable Eldorado pour les principaux constructeurs automobiles du monde (Europe, Asie, Etats-Unis…), avec l’importation de plus de 250 000 véhicules de tourisme au premier semestre de 2012 (en hausse de 65% par rapport à la même période de 2011), les autorités algériennes viennent de débloquer près de 4,6 mrds € en vue de doter les principales villes de tramways.

La Société d’exploitation des tramways (SETRAM) vient d’être constituée par la RATP (49%), l’ETUSA (36%) et l’EMA (15%) en vue de prendre en charge ce mode de transport à travers le pays. Elle succèdera en octobre prochain à l’ETUSA qui gérait jusqu’ici le tramway algérois.

La réalisation de lignes de tramway devrait contribuer à désengorger sensiblement la circulation automobile qui asphyxie les grandes villes algériennes avec l’explosion du parc de voitures. Instrument privilégié du service public, le projet de tramway possède de surcroît une dimension industrielle.

ll s’agit en effet de doter ce système de transport de rames dont l’assemblage et la maintenance s’effectueront sur le site de l’entreprise Ferrovial de Annaba. Une entreprise mixte algéro-française composée de Ferrovial (51%) et d’Alstom (49%) entrera en production au cours de l’année 2013 pour fabriquer des rames « Cital ».


Seize autres villes auront leur tramway

A Alger, la première ligne déjà construite relie Bordj El Kiffan dans la banlieue Est de la capitale à la station des Fusillés (quartier de Belouizdad) où elle opère sa jonction avec la ligne de métro reliant Alger-centre à Kouba. De mai 2011 au 15 juillet 2012, cette ligne a été empruntée par plus de huit millions de voyageurs. Ils pourront prochainement aller jusqu'à Dergana, une banlieue située encore plus à l’Est que Bordj El Kiffan. Ce dernier tronçon, dont le taux de réalisation avoisine les 30%, devrait entrer en service en mai 2013 selon les responsables de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA).

Deux autres extensions suivront. La première, d’une longueur de 4,6 km, reliera la station des Fusillés au quartier de Bir Mourad Raïs. Le début du chantier est prévu pour janvier 2014. La seconde prolongera la première en reliant Bir Mourad Raïs au quartier de Draria situé dans la banlieue sud de la capitale.

Oran, deuxième ville du pays et capitale de l’Ouest, devrait mettre une première ligne de tramway à la disposition des voyageurs au début du mois de mars 2013. Elle sera ensuite étuendue d'une trentaine de kilomètres supplémentaires.

Troisième ville du pays et capitale de l’Est, Constantine sera dotée d’une première ligne de 8 km à compter de juin 2013. Là encore, des travaux commenceront en janvier 2014 pour la doter de 9 km supplémentaires. Six autres grandes villes, Sidi Bel Abbes et Mostaganem dans le Nord-ouest, Ouargla dans le Sud, Sétif, Annaba et Batna dans le Nord-Est bénéficieront à moyen terme du tramway avec des ouvertures de chantiers qui s'échelonneront entre 2013 et 2014.

Blida, Bejaïa et Djelfa au centre, Biskra, Tébessa et Skikda à l’Est et Bechar et Tlemcen à l’ouest peuvent également espérer un tramway. Mais les projets en sont pour l'instant au stade des études de faisabilité.
 

Le développement du transport, cheval de bataille de l’ère Bouteflika

Le métro et le tramway devraient contribuer à désengorger sensiblement la circulation automobile (photo AB)
Le métro et le tramway devraient contribuer à désengorger sensiblement la circulation automobile (photo AB)
Avec une enveloppe de 30,47 mrds € consacrée depuis treize années au développement et à la modernisation des infrastructures et des réseaux de transport routiers, ferroviaires, portuaires, aéroportuaires…, l’Etat algérien a fourni un effort financier considérable. Cela représente à peu près, selon Hocine Necib, le Secrétaire Général du ministère des Travaux publics, 3% du produit intérieur brut (PIB) annuel.

Durant cette période, 8 700 km de routes et près de 3 000 km d’autoroutes et de voies express ont été réalisés ou sont en voie de l’être à l’instar de l’autoroute Est-Ouest en cours d’achèvement.

La volonté des gouvernements en place depuis 2000 de rattraper le retard accumulé en matière de transport s’est soldée par la construction de 19 infrastructures portuaires (ports de commerce et de pêche) et de quatre plates-formes aéroportuaires (aérodromes et pistes d’atterrissage).

L’Algérie possède désormais 51 ports (11 ports de commerce, 2 ports pétroliers, 41 ports de pêche et un port de plaisance). Le nombre d’aéroports est passé de 27 à 32.

Poursuivant sur sa lancée, le gouvernement entend achever ses projets de rocade des hauts-plateaux, de 3e et 4e rocades d’Alger et de section algérienne de la route transsaharienne devant relier Alger à Lagos au Nigéria.

Le gouvernement compte également sur le développement d’un réseau de transport intermodal (routes/rail/aéroports/ports) pour amplifier les échanges commerciaux internes et externes.

Certains observateurs font néanmoins remarquer que cet effort gigantesque répond à une logique purement commerciale (échange de marchandises) qui s’est réalisée au détriment de la logique productive puisque la part de l’industrie dans le PIB se situe désormais à 5% .
 


A. Belkessam, à ALGER


Samedi 15 Septembre 2012



Lu 2050 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

« Dans le contexte actuel, les Méditerranéens font désordre »


avis d'expert

Vincent Giovannoni. Anthropologue, commissaire d'exposition au MuCEM.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF