Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Fronde de plusieurs maires italiens contre la loi anti-immigration



            Partager Partager

Palerme s'oppose au décret-loi anti-immigration (photo : F.Dubessy)
Palerme s'oppose au décret-loi anti-immigration (photo : F.Dubessy)
ITALIE. Il ne passe pas... Le décret-loi anti-immigration, promulgué en novembre 2018 par le gouvernement italien et inspiré par Matteo Salvini (chef du parti d'extrême droite La Ligue), ministre de l'Intérieur, rencontre une fronde de la part de certains maires du pays.

Leoluca Orlando, maire de Palerme (Sicile), dénonce "un texte inhumain, car il viole les droits de l'Homme, et criminogène, car il transforme en illégaux des personnes qui se trouvent légitimement sur notre territoire."
Et il n'est pas le seul à s'en plaindre. Les édiles de Naples, de Florence, de Parme, entre autres, rejoignent le combat. Tandis que ceux de Vérone, Venise et Gênes apportent leur soutien au ministre de l'Intérieur.

Au centre des oppositions figure une disposition interdisant l'obtention d'un droit de résidence aux personnes titulaires d'un permis de séjour. Pourtant ce droit de résidence permet aux maires de délivrer une carte d'identité et d'inscrire les détenteurs au service sanitaire social (obligatoire pour accéder à certaines prestations de santé). Jeudi 3 janvier 2019, le maire de Palerme a décidé de ne pas appliquer la partie du texte relevant des compétences des communes. "Il ne s'agit pas de désobéissance civile, ni d'objection de conscience, mais de la simple application des droits constitutionnels à tous ceux qui vivent dans notre pays", insiste-t-il.

De son côté, Luigi de Magistris, maire de Naples, va laisser accoster le Sea-Watch 3 - et ses migrants à bord secourus en mer fin décembre 2018 - dans le port de sa ville alors que le gouvernement italien s'oppose à tout accueil de navires humanitaires. Au point même de vouloir faire saisir l'Aquarius de l'association SOS Méditerranée, à quai à Marseille faute de pavillon, pour "traitement illégal de déchets et plus précisément de tri illicite de vingt-quatre tonnes de déchets toxiques".

Ce blocage des maires, qui refusent non seulement d'appliquer cette loi mais comptent l'attaquer sur son inconstitutionnalité, fait réagir Matteo Salvini. "Certains maires regrettent les temps passé de l'immigration, mais pour eux aussi la belle vie c'est fini (...) ceux qui aident les migrants illégaux haïssent les Italiens", indique-t-il sur son compte Facebook. Il prédit à ceux qui refuseraient de se soumettre qu'ils devront "répondre devant la loi et l'Histoire."


Vendredi 4 Janvier 2019

Lu 1291 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE