Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Fitch rétrograde à B la note de la dette turque avec perspective négative


Rédigé par , le Lundi 11 Juillet 2022 - Lu 1065 fois


Fitch demeure sceptique sur l'économie de la Turquie (photo: F.Dubessy)
Fitch demeure sceptique sur l'économie de la Turquie (photo: F.Dubessy)
TURQUIE. Fitch Ratings a décidé, vendredi 8 juillet 2022, de baisser de B+ à B la note de la dette souveraine en devises étrangères à long terme (IDR) de la Turquie. L'agence britannique, filiale à 100% de l'Américain Hearst Corporation, justifie cette dégradation par "une inflation croissante et des préoccupations générales concernant l'économie, le déficit croissant de la balance courante à cause de politiques de plus en plus interventionnistes et imprévisibles". Elle l'accompagne d'une perspective négative.

Dans ce pays, l'inflation ne cesse de battre des records et, en raison du conflit en Ukraine, le prix des matières premières et de l'énergie grimpent. Elle s'est établie à 78,62% en juin 2022, son plus haut niveau depuis vingt-quatre ans. La crise monétaire bat son plein avec une livre en déclin continu qui a perdu 44% de sa valeur par rapport au dollar en 2021 et encore 23% depuis le début de l'année 2022.  

Au 1er juillet 2022, les réserves nettes de change de la banque centrale sont restées proches de leur plus bas niveau en vingt ans, à 7,51 mrds$. "Nous estimons que la position nette d'actifs en devises de la banque centrale est devenue légèrement négative en juin et est tombée à moins 64 mds$ si l'on exclut les swaps de devises, soit un niveau similaire à celui de décembre 2021. Nous prévoyons une baisse des réserves internationales à 94 mrds$ d'ici fin 2022 et à 88 mrds$ en 2023, ce qui ramène la couverture des paiements extérieurs courants par les réserves à 2,7 mois, soit moins que la médiane des prévisions "B", qui est de 3,8 mois", commentent les analystes britanniques.

Une inflation moyenne de 71,4% en 2022

"L'accent mis par le gouvernement sur le maintien d'une croissance élevée alimente la demande de devises, les pressions de dépréciation de la livre, la baisse des réserves internationales et la spirale de l'inflation, et décourage les entrées de capitaux pour financer l'augmentation du déficit des comptes courants", indique l'agence. Ce dernier devrait atteindre les 5,1% du Produit intérieur brut (PIB) en 2022.

Selon Fitch, "la dette extérieure arrivant à échéance au cours des douze prochains mois (fin avril) s'élève à 182 mrds$. L'accès au financement extérieur pour l'État et le secteur privé a fait preuve de résilience, mais reste vulnérable aux changements de sentiment des investisseurs, notamment en raison du resserrement des conditions de financement mondiales et de l'augmentation des coûts de financement de la Turquie. L'émission par la Turquie d'un total de 5 mrds$ au début de 2022 et les réserves de liquidités en devises étrangères réduisent les risques de financement à court terme pour l'État".

L'agence s'attend à ce que la consommation ralentisse en raison de la hausse de l'inflation, de la faiblesse du taux de change et de la diminution de la confiance intérieure. Elle envisage une inflation annuelle moyenne de 71,4% en 2022, la plus importante parmi les pays souverains qu'elle note. Elle devrait cependant ralentir à 57% en 2023 par l'effet de politiques opportunistes en vue des prochaines élections législatives et présidentielle (le chef de l'État Recep Tayyip Erdogan est de nouveau candidat) prévues au plus tard en juin 2023.

Déjà une baisse en février 2022

"Nous pensons que le dosage global des politiques restera excessivement accommodant au moins jusqu'aux élections de 2023", précise Fitch. L'agence de notation craint que "les politiques macroprudentielles sélectives visant à réduire le rythme de la croissance rapide du crédit et les mesures plus strictes de gestion des flux de capitaux ne réduisent pas les risques pour la stabilité macroéconomique et financière (...)  Il existe un risque qu'en cas de perte de confiance des déposants ou de détérioration de l'accès jusqu'à présent résilient des banques et des entreprises au financement extérieur, les réserves internationales officielles soient mises sous pression, étant donné qu'une part importante des actifs en devises des banques est détenue par la banque centrale".

En février 2022, Fitch avait déjà rétrogradé la note de BB- (obtenue en février 2021) à B+ avec une perspective négative en citant "les vulnérabilités en termes d'inflation élevée, de faible liquidité extérieure et de faible crédibilité politique". L'agence prévoyait une nouvelle dégradation dans les douze mois. Il n'en a donc fallu que cinq pour baisser à B.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info