Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Finances & Conseil Méditerranée veut déjouer les chausse-trapes de l’implantation en Tunisie


Les membres du PRIDES Finances & Conseil Méditerranée organisaient des rencontres d’affaires sur le thème de l’installation des Pme en Tunisie ou en Paca, les 16 et 17 juin 2010, à Gammarth, près de Tunis. L’objectif : permettre aux banquiers, notaires, avocats et experts-comptables des deux rives de la Méditerranée d’échanger sur les spécificités de leurs marchés pour faciliter l’implantation d’entreprises sur ces deux territoires.


            Partager Partager

François-Xavier de Formel, président de FCM, entouré de représentants tunisiens des professions du chiffre et du droit  (photo C. Apothéloz)
François-Xavier de Formel, président de FCM, entouré de représentants tunisiens des professions du chiffre et du droit (photo C. Apothéloz)
FRANCE / TUNISIE. Rapprocher les deux rives de la Méditerranée et aider les chefs d’entreprises voulant travailler de l’autre côté de Mare Nostrum. Finances & Conseil Méditerranée (FCM) a mis son réseau d’experts (banquiers, notaires, avocats et experts comptables) au service de cet objectif en organisant un séminaire et une rencontre d’affaires sur le thème de l’installation des Pme en Tunisie ou en Paca, les 16 et 17 juin 2010, à Gammarth, près de Tunis.

Le marché tunisien, s’il est petit par rapport à ses voisins maghrébins avec 10,5 millions d’habitants seulement, est un marché attractif pour les entreprises : l’économie tunisienne a progressé de 3,1% en 2009 et 4% de croissance sont attendus en 2010, a rappelé Jaleb Tebib, directeur de la promotion générale de la FIPA, l’agence de promotion de l’investissement extérieur.

3 055 entreprises sont détenues en totalité ou pour partie par des capitaux étrangers (dont 1250 à participation française) et 60% des investissements directs étrangers (IDE) sont dirigés vers des extensions, preuve de la productivité du site tunisien, a souligné Jaleb Tebib.

L’investisseur est en outre à peu près sûr de trouver sur place les compétences dont il a besoin : 65 000 jeunes diplomés sortent chaque année des universités tunisiennes, le pays consacrant un tiers de son budget à l’éducation. Le coût de la main d’œuvre est en outre cinq fois inférieur à celui de l’Europe : un ingénieur, par exemple, est rémunéré 1000 € par mois contre 5000 € en moyenne en Europe.

L'avocat tunisien Faouzi Mili est conseil en droit des sociétés ('Photo C. Apothéloz)
L'avocat tunisien Faouzi Mili est conseil en droit des sociétés ('Photo C. Apothéloz)
Aller créer une entreprise en Tunisie pour un français ou en France pour un tunisien n’est toutefois pas une promenade de santé. Déjouer les chausses trappes de l’installation dans ces pays était l’un des thèmes développés par les experts des deux rives de la Méditerranée du réseau de FCM.

« L’activité déclarée doit être choisie avec soin dans la liste du code des investissements et, contrairement à ce qui se passe en France, il faut s’y tenir scrupuleusement car il y a des contrôles de l’API (ndlr : Agence de Promotion de l'Investissement) et en cas de non-conformité il peut y avoir un rappel des impôts et des pénalités », prévient par exemple Fouazi Mili, avocat tunisien, conseil en droit des sociétés.

« Quand on s’installe, il faut choisir le lieu avec soin et s’assurer de sa destination, agricole ou industrielle quand on est hors des villes », poursuit Fouaz Mili. « Il faut signer un bail d’au moins deux ans pour avoir le droit d’être maintenu dans les lieux », note-t-il encore.

« Il est quelque fois préférable de ne pas prendre les primes du gouvernement car, si on arrête une activité avant les dix ans prévus, il faut rembourser les primes et payer les impôts dont on a été exonérés d’un coup ! », conseille également l’avocat tunisien qui est capable de détailler toutes les procédures et d’éviter de sérieuses déconvenues.

La chef d'entreprise Douja Garbi, entourée de Noureddine Ben Arbia, expert comptable tunisien et de Jean-Claude Capuono, commissaire aux comptes (Photo C. Apothéloz)
La chef d'entreprise Douja Garbi, entourée de Noureddine Ben Arbia, expert comptable tunisien et de Jean-Claude Capuono, commissaire aux comptes (Photo C. Apothéloz)
« Les investisseurs ne sont pas assez informés et encadrés », prévient de son côté Noureddine Ben Arbia, expert comptable à Tunis. Pour lui, « une installation réussie est celle qui garantit la transmission et le rapatriement des dividendes et des capitaux ». Pour cela, il faut respecter les procédures. Prêchant pour leur paroisse, les experts de FCM conseillent donc d’avoir toujours recours à des professionnels locaux triés sur le volet.

La Tunisie qui mise sur les IDE et la création d’entreprises pour éponger son taux de chômage, a mis en place une panoplie d’aides comme l’exonération de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur le revenus pendant 10 ans (-10% à partir de la 11ème année) et des avantages supplémentaires pour des implantations dans des zones de développement régional qui peuvent aller jusqu’au quart de l’investissement. La difficulté est de s’y retrouver.

Mais c’est également vrai en France pour les Tunisiens. Douja Garbi, patronne de l’entreprise de décoration, Groupe DG, a voulu s’implanter en France. Mais elle a reculé devant la difficulté de la tâche et la lourdeur des charges sociales. « j’ai aidé plusieurs investisseurs européens à s’installer en Tunisie. Je voudrais prendre pied en France mais je ne sais pas comment accéder aux informations nécessaires surtout au plan fiscal… », avoue l’entrepreneuse tunisienne, seule chef d’entreprise assistant au colloque.

"La prochaine fois, nous inviterons des patrons car ce type de manifestation devraient les interesser », en conclue Valérie Melin, déléguée générale de FCM.

Lire aussi : François-Xavier de Fornel : \"créer un réseau de professionnels en Méditerranée\"       

La banque, le chiffre et le conseil jouent la carte du réseau Paca/Algérie



Aliette de Broqua, à GAMMARTH
Lundi 21 Juin 2010

Lu 5106 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.