Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Fermeture forcée de trois champs pétroliers libyens



            Partager Partager

La fermeture de valves par des milices nuit à la production de pétrole libyenne (photo : Noc)
La fermeture de valves par des milices nuit à la production de pétrole libyenne (photo : Noc)
LIBYE. Mercredi 30 août 2017, la NOC - Compagnie libyenne du pétrole - a confirmé la fermeture du champ pétrolier de Sharara. Après celui d'El Feel (contrôlé par l'Italien ENI et la NOC) et de Hamada, il s'agit de la troisième unité qui doit cesser sa production faute de pouvoir la livrer.

Pour protester contre un manque d'approvisionnement de leurs villes et une marginalisation de leur région, plusieurs milices ont décidé de fermer les oléoducs reliant les unités de production aux terminaux d'exportation dans les ports. Cet acte condamne le flux pétroliers mais menace aussi la sécurité de l'ensemble. Outre les dégâts signalés sur les vannes lors de leur fermeture - elles pourraient présenter des risques d'explosion - les autorités libyennes craignent que pour déloger les occupants, l'usage de la force - et notamment de l'aviation - endommage les pipelines.

"La milice Brigade des patrouilles de Rayayina a fermé illégalement le pipeline de pétrole brut (ligne 30) du champ pétrolifère de Sharara à Zawiya à la valve Rayayina le 19 août 2017, réduisant la production d'environ 283 000 barils par jour. La milice a également clôturé illégalement la ligne 18 de Hamada à Zawiya le 25 août, en fermant 8 000 barils par jour, et a pénétré dans la salle de contrôle au champ El-Feel le 26 août 2017, en fermant 70 000 barils par jour de production", précise la NOC qui a déposé plainte auprès du Procureur général contre deux dirigeants de milice : Ashraf el-Qaraj et Ali Belaezi.

Perte de 160 M$ par jour

La fermeture du site de Sharara va fortement nuire à l'économie libyenne puisque, géré par la Noc, Repsol, Total, OMV et Statoil, il dispose d'une capacité de production de 330 000 jours.

En tout, selon le communiqué de la NOC, ce sont plus de 360 000 barils par jour de production de pétrole brut qui ne sont plus extraits en Libye pour une perte de 160 M$ par jour (135 M€). "Ces gangsters ne font pas que nuire au pays, mais à leur propre peuple", s'indigne Mustafa Sanalla. Le président de la compagnie nationale adresse une supplique très claire : "je demande aux dirigeants tribaux de supprimer ce cancer une fois pour toute. Ils doivent retirer la protection tribale à ces gangsters jusqu'à ce qu'ils cessent le blocage sans condition."

Cette situation intervient alors que la Libye tente de revenir à une production d'avant révolution. En juillet 2017, le pays a produit plus d'1 million de barils par jour contre 1,6 million avant les événements de 2011 qui ont chassés Mouammar Kadhafi du pouvoir. "Notre production s'est redressée, pas assez pour équilibrer le budget, mais assez pour nous donner l'espoir que notre position financière puisse se stabiliser... Mais maintenant, nous revenons en arrière. Tout le monde dans le pays souffrira à cause de cet acte criminel. Trop, c'est trop. Les communautés locales doivent comprendre que les gangsters comme ceux-ci n'apportent aucun bien à personne. Nous devons travailler ensemble pour construire une société stable où les intérêts de tous sont respectés, sinon l'avenir sera très morne pour nous tous", souligne Mustafa Sanalla.


Mercredi 30 Août 2017

Lu 2104 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE