Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Faire naître le Maghreb économique pas à pas !

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil



            Partager Partager

Publicité
Publicité

Faire naître le Maghreb économique pas à pas !
Aujourd’hui, dans les cinq pays de l’UMA, l’étroitesse des marchés domestiques rend difficile pour les entreprises tant leur montée en gamme que leur diversification, tandis que la concentration des exportations sur des spécialisations similaires et sur quelques marchés de débouchés essentiellement européens limite les opportunités de développement. Dans de telles conditions, il est particulièrement regrettable que l’opinion générale se soit installée qu’un Maghreb économique serait bâti sur des économies régionales peu complémentaires et n’aurait de véritable intérêt qu’à attirer les investissements étrangers, à condition que soient levées très rapidement les barrières fiscales, douanières et tarifaires, ce qui parait peu réaliste. Il convient donc de souligner quelles complémentarités pourrait faire naitre un Maghreb économique et comment il pourrait le faire pas à pas.

Un jour, des économistes ont calculé « le coût du non-Maghreb » et l’ont estimé à 2% de croissance par an pour chacun des pays membres de l’UMA. Depuis, ce chiffre a été repris un peu partout, bien qu’il paraisse hautement fantaisiste ! Pourquoi 2% ? Personne ne l’a jamais vraiment su et nous pouvons même nous demander si cette mesure a un sens. Quel est ce Maghreb susceptible de générer 2% de croissance ? Est-ce un marché unique ? Totalement ou bien partiellement intégré ? Correspond-il à une zone monétaire en plus ? Sur quelles projections se fonde-t-on ?

Les économistes, en l’occurrence, semblent avoir raisonné assez simplement : moins de 2% aurait paru peu intéressant ; plus de 2% aurait semblé élevé et il aurait fallu un peu plus justifier en détail l’assertion. Pourtant, 2% peuvent paraitre assez faibles et que ce chiffre ait été repris un peu partout témoigne peut-être surtout qu’au fond on n’attend pas grand-chose d’un marché maghrébin intégré, s’il se réalisait !

Complémentaires ou concurrentes ?

Nous savons que les échanges économiques entre les pays membres de l’UMA sont très faibles – les plus faibles de tous les flux d’échanges au sein des zones d’accords régionaux existantes. Une opinion s’est donc développée et paraît aujourd’hui largement partagée : si les échanges sont si faibles, c’est que les économies maghrébines sont peu complémentaires et se concurrencent plutôt : hydrocarbures algérien et libyen, textile et tourisme marocain et tunisien. Dans ces conditions, un Maghreb économique serait surtout profitable aux IDE. Il permettrait aux grandes entreprises étrangères de couvrir un marché de plus de 75 millions d’habitants en réalisant des économies d’échelle et sans avoir à gérer des démarches d’implantation distincte dans chacun des cinq pays.

Dans ces conditions, réaliser un Maghreb économique reposerait sur deux piliers : abattre ou harmoniser les conditions tarifaires, fiscales et douanières d’une part ; développer de grandes infrastructures d’autre part. Cette vision est devenue la plus commune sans doute. Elle est cependant assez problématique car elle revient à dire que, pour que cela marche, il faudrait d’emblée réaliser ce qu’il y a de plus difficile ! Elle revient également à promouvoir des investissements d’infrastructure pour développer le commerce, ce qui en général n’aboutit qu’à d’énormes gâchis – les investissements utiles suivent le commerce mais le contraire est rarement vrai.

Autre perspective discutable : cette approche semble considérer que le développement d’infrastructures de transport favorise le développement de l’ensemble d’un territoire. Pourtant, le contraire est plus souvent constaté : au début du XX° siècle, le développement du chemin de fer a fait de Chicago une capitale régionale incontournable, à l’encontre de ce que les observateurs attendaient. Dans le cas du Maghreb, il est probable que le développement de réseaux de transport transnationaux conséquents, si les autorités commençaient uniquement par lui, aboutirait vite à de fortes concentrations des activités sur un ou deux points : une capitale régionale (Tunis ?) et le port le plus accueillant (TangerMed).

Les infrastructures ne créeront pas un Maghreb économique

Bien sûr, un Maghreb économique est inenvisageable sans le développement d’infrastructures logistiques et de transport. Mais celles-ci ne le créeront néanmoins pas seules. Il faudra bien partir de complémentarités existantes et les développer.
Il faut à cet égard souligner que le terme « complémentarités » recouvre en l’occurrence des aspects nettement distincts. Par complémentarités, il faut en effet entendre synergies, filières, productivité, approvisionnement et expertises.

Les synergies se fondent sur le mixage de deux ressources et industries complémentaires. Dans le cas qui nous occupe, nous pouvons particulièrement penser aux phosphates marocains et aux hydrocarbures algériens associés dans une industrie performante des engrais.

Les filières s’entendent de compléments de gamme qui permettent d’élaborer une offre plus large sur un marché lui-même élargi. Le tourisme ou les matériels électriques pourraient ici représenter de telles filières.

La mise en concurrence d’industries et de services comparables peut provoquer la faillite des acteurs les moins compétitifs mais produit une hausse de la productivité globale à l’échelle régionale et pousse, à cette même échelle, les entreprises à devenir plus complémentaires que directement concurrentes. Au sein d’une zone économique, la productivité est donc également un facteur de complémentarité et de diversification – qui ne joue qu’à moyen terme néanmoins et qu’on préfère le plus souvent n’introduire que progressivement pour limiter ses impacts concurrentiels immédiats. Le textile mais aussi les banques représentent des secteurs pour lesquels de tels phénomènes pourraient jouer, particulièrement entre le Maroc et la Tunisie.

Les approvisionnements relèvent de la complémentarité si, à l’échelle régionale, apparaissent des entreprises plus larges et puissantes, assises sur plusieurs marchés et mieux armées pour peser sur leurs propres coûts d’approvisionnement, ce dont bénéficient les consommateurs au final.

La complémentarité régionale joue enfin quand une expertise dont bénéficie un pays peut, par élargissement du marché, bénéficier à d’autres qui en manquent. Les nouvelles technologies (y compris environnementales) et les services experts et culturels peuvent être cités en exemples.

Harmonisation par secteur

Ce simple et très sommaire tour d’horizon souligne qu’au sein d’un Maghreb économique, les complémentarités pourraient sans doute être beaucoup plus fortes qu’on ne pense, surtout si nous considérons que le Maghreb offre une homogénéité culturelle (de langues notamment) et économique (similarité des structures commerciales) dont très peu d’accords régionaux ont pu bénéficier – il suffit de penser à l’UE ! Par ailleurs, ces complémentarités endogènes pourraient encore être renforcées par l’apport d’investissements étrangers.

Tout cela invite à adopter une approche micro-économique d’intégration régionale, qui ne va pas du tout à l’encontre de projets plus globaux, comme le financement d’infrastructures communes, au contraire et qui ne peut que profiter d’institutions régionales, comme la récente Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE).

En revanche, cette approche invite à envisager non pas un grand Big Bang tarifaire et fiscal entre tous les pays mais une harmonisation par secteurs et par étapes – l’UE ou l’ASEAN, après tout, ne se sont pas bâties autrement. Pourtant, quand on parle d’un Maghreb économique, on se fixe volontiers une perspective d’élargissement global et quasi immédiat, pour réaliser immédiatement à quel point il paraît inaccessible.

Au total, selon cette approche, la première démarche consisterait en un travail commun – que la BMICE pourrait parfaitement piloter – de cartographie des entreprises de croissance susceptibles d’avoir un potentiel maghrébin. Repérer, en d’autres termes, 250 entreprises clés d’un Maghreb économique, dès demain. La prise de conscience d’un tel potentiel d’acteurs complémentaires, aux cinq sens que nous avons distingué ci-dessus, soulignant tout ce qui pourrait être réalisé, ferait sans doute plus avancer les esprits que bien de grandes conférences.

Mercredi 10 Février 2016




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 25 Janvier 2016 - 09:42 Les IDE en Algérie ou l’arlésienne




1.Posté par Saad Belghazi le 18/02/2016 13:14
Cher Monsieur Almeras,
merci pour votre intéressante réflexion. Permettez-moi de vous faire part de mon point de vue sur la question.
La question que vous posez est essentielle: vous vous interrogez sur le chemin pour réaliser le Maghreb économique.
Vous regrettez de manière très pertinente l'idée courante que les similitudes entre les économies maghrébines seraient un obstacle à leur intégration.
Vous donnez à mon avis une trop grandes importance aux conditions tarifaires et fiscales,
Le grand deal tarifaire a été réalisé lors des années 1990, peu après la proclamation politique de l'UMA. Il n'y a pas eu de big bang.commercial à cause d'un manque de progressivité principalement et de préparation politique et économique. Les professionnels confrontés à de nouveaux arrivants étaient peu ou prou préparés, notamment grâce aux rencontre entre leurs représentants des cinq pays. Cependant, les acteurs monétaires et financiers étaient restés sous l'emprise de leur administrations et moins enclins à soutenir le développement des échanges et la mise en confiance des opérateurs commerciaux.
A mon avis, le problème posé par les prix réglementés et les subventions est beaucoup plus grave et exercent un effet plus dissuasif sur la volonté d'ouvrir les frontières aux échanges. Cet effet est d'autant plus fort que les États n'ont pas développé de solutions alternatives suffisantes, sous forme de politiques d'encouragement de l'emploi et de redistribution sociale.

Le pas à pas que vous proposez pour connaître le coût du non Maghreb devrait d'abord être correctement spatialisés pour identifier les opportunités perdues en termes d'échanges de marchandises, de réalisation de voyages touristiques ou d'affaires, d'investissement, de recrutement de profils de compétences difficiles à trouver sur des marchés du travail étriqués, de réduction du temps d'approvisionnement, d'augmentation de l'échelle des ventes.
Un marché plus large accélère le rythme d'adoption des innovations et la vitesse d'absorption des coûts de restructuration.
Cependant, malgré ce rendez-vous manqué, je crois plutôt Non vraiment, la réalisation d'un Maghreb économique ne peut provenir que de celle d'un Maghreb politique tel que la présence coloniale l'avait réalisé.

Le Maghreb a besoin de ses régions ( je parle des ensembles infra-étatiques). Celles-ci sont plus à même de comprendre l'intérêt du commerce transfrontalier, et d'un commerce licite sécurisant les consommateurs et assurant des recettes fiscales.
Les régions du Maghreb seront-elles capables de rationaliser les élites qui contrôlent les États centraux et de conduire à un apaisement des conflits larvés et des rivalités qui empoisonnent l'intégration économique des États?
Le Maroc a fait le pari d'une régionalisation avancée. Il a proposé une autonomie, non seulement au Sahara Occidental dont plusieurs forces hostiles à l'intégration du Maghreb conteste la marocanité, mais à ses autres régions. Une telle approche n'est pas encore suivie par les autres pays de l'UMA, hors Libye. Ne pensez-vous pas plutôt que le Maghreb économique naîtra plutôt de la confiance que les États centraux actuels devront se résoudre à accorder à leurs régions et à leurs citoyens?

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info






RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss