Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Erdogan veut libérer l'Est de l'Euphrate en s'attaquant aux Kurdes présents en Syrie


Considéré comme terroristes par Ankara mais soutenu sur le terrain par les États-Unis engagés avec eux dans la bataille contre l’État islamique, l'YPG doit s'attendre à une prochaine offensive de la Turquie contre ses forces armées implantées au Nord-Est de la Syrie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan entend éviter la création d'un État kurde à sa frontière.


            Partager Partager

Ankara veut éloigner les soldats de l'YPG de sa frontière avec la Syrie (photo : YPG)
Ankara veut éloigner les soldats de l'YPG de sa frontière avec la Syrie (photo : YPG)
TURQUIE. Il avait déjà lancé un avertissement fin octobre 2018, Recep Tayyip Erdogan va bel et bien engager une offensive contre la milice kurde YPG installée au Nord-Est de la Syrie. Mercredi 13 décembre 2018 au soir, lors d'une réunion sur le thème de l'industrie de la Défense, le président turc a précisé "notre opération pour sauver l'Est de l'Euphrate de l'organisation terroriste va commencer dans les prochains jours."

Cette attaque serait la troisième menée par la Turquie sur le sol syrien après celles d'août 2016 et de début 2018 à Afrin. Sans compter de petits accrochages en octobre 2018 pendant une dizaine de jours. L'objectif est d'éloigner, au plus loin de sa frontière commune avec la Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG) qu'Ankara considère comme groupe terroriste au même plan que le groupe Etat islamique (EI). Recep Tayyip Erdogan veut ainsi empêcher la création d'un État kurde. "Le Nord de la Syrie est notre frontière Sud. Ils travaillent pour former un corridor du terrorisme (...) Ils sont les branches du PKK (ndlr : Parti des travailleurs du Kurdistan classé comme terroriste par la Turquie, l'Union européenne et les États-Unis), toutes les preuves sont là", insiste le président turc.

La Turquie va affronter des alliés des États-Unis

Reste que les YPG bénéficient du soutien des États-Unis, car ils sont engagés dans le combat contre Daech avec eux. "Notre objectif, ce ne sont pas les soldats américains mais les membres de l'organisation terroriste active dans la région", insiste le président turc. S'attirant pour réponse du capitaine Sean Robertson, porte-parole du Pentagone, "une action militaire unilatérale dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante (...) Nous considérerions une telle action comme inacceptable."

Selon l'agence de presse officielle Anadolu, le président Erdogan reproche à Washington son rapprochement incessant avec l'YPG, "au point de placer (son) drapeau à côté du chiffon de ces derniers et au point de mettre en place des patrouilles conjointes et de les former."

Les États-Unis commencent à installer des postes d'observation dans la région pour, selon eux, éviter tout conflit entre les forces turques et celles de l'YPG. Ce que critique Recep Tayyip Erdogan : "il est évident que l'objectif des radars et des postes d'observation installés par les États-Unis n'est pas de protéger notre pays des terroristes, mais de protéger les terroristes de la Turquie."

Pour le président turc, cité par Anadolu, "Daech ne représente plus aucune menace en Syrie. A nos yeux, c'est une fable. Il est question d'une zone de 150 km² ou Daech serait encore actif. Si c'est ça tout le problème, nous sommes prêts à les neutraliser."


Jeudi 13 Décembre 2018

Lu 1110 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Arabie saoudite/Russie : Après le Pacte du Quincy, le Pacte de Moscou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss