Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Energie bois : le leader français s’approvisionne en Espagne




ESPAGNE / FRANCE. L’énergéticien Eon, rebaptisé Uniper pour ses activités biomasse, cherche à sécuriser ses gigantesques approvisionnements, grâce à l’importation de bois espagnols. Mais il veut aussi servir d’intermédiaire logistique pour d’autres projets d’énergie bois provençaux plus modestes.


            Partager Partager

Une moitié des approvisionnements du premier projets énergie bois français proviendra d'Espagne dans un premier temps (photo MN)
Une moitié des approvisionnements du premier projets énergie bois français proviendra d'Espagne dans un premier temps (photo MN)
ESPAGNE / FRANCE. Dans le bâtiment d’accueil des bois, pratiquement automatisé, prévu pour recevoir 400 camions de grumes par jour, Antoine Mugnier précise : « Nous achetons plus des kilowattheures que des tonnes de bois ».
 
Le responsable des approvisionnements biomasse d’Uniper, la société spécialisée de l’énergéticien Eon, veille particulièrement sur son « carburant », des bois propres et secs. Les tests du groupe IV de la centrale thermique de Gardanne, entre Aix et Marseille, entamés début 2016, se terminent. « L’exploitation débutera au second semestre 2016 » promettait cet hiver Jean-Michel Trotignon, le directeur de cette unité provençale, la plus importante en France pour le bois-énergie.
 
Les premiers milliers de tonnes de bois brésiliens ont été débités menus pour les besoins de ces tests. Reçus au Grand Port Maritime de Marseille à partir de janvier 2016, ils seront rejoints par des bois espagnols. La centrale thermique charbon d’EON-Gardanne, partiellement reconvertie à la biomasse à la suite d’un appel à projets de l’Etat fait feu de tout bois, avec de la matière première locale, étrangère, des déchets propres...
 
Ce bois aurait dû être provençal. Mais en février 2015, le préfet de Région a tranché. 83 000 tonnes de bois régional, pas plus, par an, durant les trois premières années. Moitié moins que prévu par Eon. Il s’agissait, pour l’Etat, d’éviter une remontée trop importante des prix, induite par la demande tout d’un coup décuplée.

400 000 tonnes de bois espagnols durant les trois prochaines années

Si les essais sont concluants, l'exploitation du groupe IV de la centrale EON-UNIPER de Gardanne, débutera avant la fin 2016 (photo MN)
Si les essais sont concluants, l'exploitation du groupe IV de la centrale EON-UNIPER de Gardanne, débutera avant la fin 2016 (photo MN)
« Notre ambition n’a pas changé » insiste toutefois Antoine Mugnier. « Nous voulons, d’ici 2026, consommer 450 000 tonnes de bois locaux par an ». Mais pour l’heure, ces bois viendront d’abord d’Espagne (environ 400 000 t/an), où Uniper a passé contrat avec un énergéticien majeur, Econova (Barcelone), qui joue ici également le rôle de courtier, en négociant les bois qu’Uniper consommera dans son unité française. Puis ils proviendront d’Italie (environ 50 000t) et d’Amérique du Sud.
 
L’énergéticien a cherché, ces derniers mois, à gommer une détestable image de prédateur xylophage. Le prix d’achat du KWh avantageux et garanti sur vingt ans par l’Etat en a fait la cible des écologistes, de toutes sortes de fonctionnaires, et de bien des maires ruraux… « Les projets d’énergie bois doivent être des projets de développement territoriaux », c’est-à-dire locaux, assénait en 2014 le président des Communes Forestières de Provence, Michel Grambert.
 
La concurrence d’un acteur majeur, capable d’imposer le prix, a apeuré ses concurrents.
 
Or, voilà qu’Uniper propose de devenir la plate-forme de transformation et de revente de plaquettes bois aux chaufferies plus modestes, qui ne peuvent vérifier la bonne qualité du produit final.  En écartant les bois trop humides, la société optimiserait les approvisionnements des projets ruraux, et, espère ainsi apaiser la situation tout en se créant une source de revenus. « Nous serions l’intermédiaire logistique des projets de petite échelle, afin de résoudre leurs problèmes d’approvisionnement. Qu’ils n’hésitent pas à venir nous voir ! » soulignait Jean-Michel Trotignon voici quelques mois.


Lundi 20 Juin 2016

Lu 3015 fois











RÉFLEXION

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss