Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



"En Méditerranée, il existe un potentiel exceptionnel en matière d'énergie"


Directrice générale de l'Observatoire Méditerranéen de l’Énergie, Houda Ben Jannet Allal en marge de son intervention lors de la Semaine méditerranéenne des leaders économiques (Meda Week - Barcelone du 25 au 27 novembre 2015) confie à econostrum.info sa frustration sur le Plan solaire méditerranéen mais aussi ses espoirs pour l'avenir de l'énergie en Méditerranée.


            Partager Partager

Houda Allal regrette l'échec du Plan solaire méditerranéen (photo F.Dubessy)
Houda Allal regrette l'échec du Plan solaire méditerranéen (photo F.Dubessy)
MÉDITERRANÉE.

econostrum.info : Quelles sont les missions de l'Observatoire méditerranéen de l'énergie ?

Houda Ben Jannet Allal : L'OME regroupe les compagnies énergétiques en Méditerranée. Il a été créé dans un premier temps en 1988 à Sophia Antipolis (NDLR : près de Nice) comme un centre conjoint entre le Plan Bleu et l'École des Mines de Paris. Il s'est transformé en association à but non lucratif en 1991. Et, depuis 2008, le siège se trouve à Paris.
Notre objectif est de promouvoir la coopération dans le domaine de l'énergie, toutes énergies confondues. Nous sommes un peu nés comme un centre de recherche et donc une bonne partie de nos travaux se trouve menée avec d'autres organismes, associations ou agences.

L'OME se repose sur trois piliers. C'est d'abord un lieu de rencontres et d'échanges entre les entreprises énergétiques de Méditerranée. Mais aussi un think tank, un peu l'équivalent de l'AIE (NDLR : Agence internationale de l'Énergie) pour la Méditerranée. Nous analysons la situation de l'énergie en Méditerranée et ses perspectives en produisant tous les deux ans le Mediterranean Energy perspectives (MEP 2015). Le prochain rapport sortira le 9 décembre 2015 à Paris.
La formation constitue notre troisième pilier, relativement plus récent. Nous avons lancé un programme de formation qui se différencie des autres car, il regroupe les experts d'euroméditerranée qui donnent des cours avec les entreprises et les universitaires. Cela permet aussi de créer des liens entre les membres de chaque promotion, une vingtaine de participants avec un équilibre régional.

Qui vous finance ?

H.A. : 70% du budget de l'OME provient des entreprises énergétiques sous forme de cotisations à l'association et l'autre partie de nos études. Nous travaillons beaucoup, par exemple, avec la Commission européenne, Medener, l'Ademe... Notre budget annuel est d'à-peu-près 2 M€.

Frustration sur le Plan solaire méditerranéen

Lire l'ensemble de notre dossier spécial  MedaWeek2015

Lors de la Semaine méditerranéenne des leaders économiques à Barcelone, vous avez dressé un bilan sévère du Plan solaire méditerranéen. Qu'est-ce qui n'a pas marché selon vous ?

H.A. : Aujourd'hui encore, la coopération dans la région Méditerranée est essentielle. J'ai un regard peut-être un peu plus sévère, car je suis ces problèmes avec l'OME depuis 1995. À cette date, l'OME avait demandé à la Commission européenne d'intégrer l'énergie comme une dimension importante dans le Processus de Barcelone. cela a été fait. Mais, même si bien entendu des progrès ont été réalisés et si le tableau n'est pas entièrement noir, les résultats n'ont pas été à la hauteur des attentes. Il existe donc une frustration par rapport au Processus de Barcelone. Est arrivée l'Union pour la Méditerranée, une excellente chose, avec un premier focus sur le Plan solaire méditerranéen. Avec ces perfections et ses imperfections, ce projet constituait un bond en avant . Plus de deux ans de travaux, pour arriver à aucun aboutissement... Alors que tous les acteurs de chaque pays se trouvaient autour de la table et demandaient une accélération du processus !  Nouvelle frustration donc car, ce Plan solaire méditerranéen semble tombé aux oubliettes.

"Un pays ne peut pas se transformer en pays à énergie renouvelable à 100%"

Que préconisez-vous comme solutions ?

H.A. : Nous n'allons pas malgré tout nous arrêter là ! Quand nous regardons les perspectives énergétiques en Méditerranée et notamment leur croissance, nous nous reposons sur trois fondamentaux : l'efficacité énergétique, le rôle persistant des hydrocarbures - qu'on le veuille ou non, il faudra faire avec car un pays ne peut pas se transformer en pays à énergie renouvelable à 100% comme cela même si nous le préparons - et les renouvelables. Donc, il existe un potentiel exceptionnel dans la Méditerranée avec une demande interne en croissance, des pays producteurs de gaz, qui, comme l'Égypte ou l'Algérie, deviennent importateurs.

Promouvoir le renouvelable et l'efficacité énergétique leur permet de continuer à faire en sorte de disposer d'un bon volume d'exportations et donc de continuer à nourrir leur économie à travers ces exportations. Et, j'espère, prendre quand même les décisions qui s'imposent pour que la transition énergétique voulue par tous s'effectue aussi de manière sobre et que nous n'arrivions plus à des crises comme actuellement. C'est une opportunité. Nous ne demandons pas uniquement de donner de l'énergie aux populations mais d'améliorer le niveau de vie des habitants. Toute cette effervescence donne à l'énergie un rôle important mais aussi crée des emplois. C'est un nouveau secteur. Regardez, le solaire se trouve partout, il n'existe pas de problème de conflit au niveau des ressources, les technologies sont connues.

Si après vingt ans nous sommes frustrés, après deux ans, encore frustrés, j'espère que l'an prochain nous serons très contents.   

Propos recueillis par Frédéric Dubessy, à BARCELONE

Mardi 8 Décembre 2015

Lu 5741 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss