Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

En France, 35% des prêts de la BEI soutiennent les projets des collectivités



La Banque européenne d’investissement engage ses fonds sur les projets de collectivités. Dès lors qu’ils collent à ses priorités d’action : infrastructures, développement durable, innovation et PME.



Ce bus à haut niveau de service parcourera les rues messines à l'horizon 2013. (photo : BEI)
Ce bus à haut niveau de service parcourera les rues messines à l'horizon 2013. (photo : BEI)
FRANCE. Près de 5 mrds€. C’est ce que la Banque européenne d’investissement (BEI) a investi en France en 2011. Les prêts accordés dans l’Hexagone par le bras financier de l’Union européenne représentaient 9,2% des sommes prêtées dans l’UE-27 (53,6 mrds€). Et 35% de l’activité complétait les fonds investis par les collectivités locales. Le cap demeure en 2012. Tout récemment, la BEI octroyait un prêt à l’agglomération Metz Métropole pour financer l’aménagement de 18 km de lignes de bus en site propre, l’acquisition d’une flotte de 27 bus et la construction de trois parcs-relais. Coût total du projet : 220M€ dont 50 prêtés par la BEI.

En région Centre, début juillet 2012, la banque s’associe au conseil régional pour doter un fonds de 300 M€ pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, sous forme de prêts bonifiés. Artisans, PME ou collectivités peuvent en bénéficier dès lors que leur projet de rénovation contribue à la réduction de la consommation énergétique des bâtiments. Un partenariat se noue localement avec trois banques chargées d’instruire les projets.

Des prêts plus longs

À côté de ces interventions directement auprès des collectivités, la BEI soutient différents projets routiers, portuaires ou ferroviaires, à l’image du contournement Nîmes-Montpellier. Un partenariat public privé (PPP) finance ce projet entre Réseau ferré de France  (RFF) et le consortium OC’VIA (Bouygues Construction, Colas, SPIE Batignolles, Alstom, Meridiam infrastructure et FIDEPPP ). Il s’agira de la première ligne française à grande vitesse, fret et voyageurs. La création de 80 km de lignes nouvelles et de deux gares nécessite un investissement de 2,28 mrds€. La BEI y participe à hauteur de 307M€ : elle contribue à assurer le refinancement à long terme du titulaire du contrat de partenariat garanti par RFF en période d’exploitation. La tranche de financement de la banque représente 30% de la dette totale durant cette période d’exploitation.
 
Mais au-delà des projets, ce que la BEI met en avant ces derniers mois, reste la durée de ses prêts : « En 2011, les banques avaient des difficultés à prêter au-delà de 10 ou 15 ans. Or l'essentiel de nos prêts est au-delà de ces maturités ! », soutient le vice-président de la banque, Philippe de Fontaine Vive. En période d’incertitude économique, les investisseurs montrent une aversion plus marquée pour les engagements de long terme. « Notre objectif est de financer des projets qui soutiennent durablement et efficacement l'économie réelle de la France ». L’ensemble des prêts accordés en France par la Banque depuis sa création approche les 80 mrds€.

english version

Article réalisé en partenariat avec la BEI


Lire aussi : Logismed sur les rails
La BEI prête 40 M€ à la métropole lilloise pour son réseau d'assainissement
La BEI accorde 300 M€ à la rénovation urbaine du Grand Lyon
Le développement urbain comme brique de la démocratie

 


Jeudi 19 Juillet 2012




Lu 1372 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >












Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA