Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Emmanuel Macron en "visite d'amitié" à Alger et Oran pour renouer les liens de la France avec l'Algérie


Rédigé par , le Mercredi 24 Août 2022 - Lu 913 fois


Emmanuel Macron se rendra également à Oran (photo: F.Dubessy)
Emmanuel Macron se rendra également à Oran (photo: F.Dubessy)
ALGÉRIE / FRANCE. Emmanuel Macron se rendra en Algérie du 25 au 27 août 2022 pour une visite qualifiée d'amitié. Il ne s'agit donc pas d'une visite d'État. La différence est de taille et importante. Elle montre que ces trois jours en terre algérienne ne sont qu'"une première étape", comme le précise l'Élysée, dans le renforcement des relations entre les deux pays, fort chahutées ces dernières années.

Ce voyage a été annoncé après un entretien téléphonique, samedi 20 août 2022, d'Emmanuel Macron et de son homologue algérien, Abdelmadjid Tebboune. Un communiqué de la présidence française précisait à l'issue de cet appel, que la conversation avait "notamment porté sur la préparation de ce déplacement qui contribuera à approfondir la relation bilatérale tournée vers l’avenir au bénéfice des populations des deux pays, à renforcer la coopération franco-algérienne face aux enjeux régionaux et à poursuivre le travail d’apaisement des mémoires".

C'est la seconde fois qu'Emmanuel Macron, réélu en avril 2022, viendra officiellement en Algérie. Sa précédente visite date de décembre 2017 lors de son premier mandat. Il rencontrera, par contre, pour la première fois Abdelmadjid Tebboune arrivé au pouvoir en décembre 2019. Candidat, le futur président français avait déclaré à Alger en février 2017 que la colonisation française était un crime contre l'humanité et un acte de barbarie. Mais, dès son retour en France, le futur président avait changé de message face aux rapatriés à Toulon en n'hésitant pas à leur lancer un très gaullien "je vous ai compris" qui était mal passé des deux côtés de la Méditerranée.

Une brouille sans cesse ravivée

Durant la campagne électorale algérienne, puis au moment des résultats, plusieurs déclarations montraient la forte tension existante entre les deux hommes. La France avait notamment fait le service minimum, Emmanuel Macron se contentant d'indiquer avoir "pris note de l'annonce officielle que M.Tebboune a remporté l'élection présidentielle dès le premier tour". Il avait ajouté "souhaité simplement que (les) aspirations exprimées par la peuple algérien trouvent une réponse dans le dialogue qui doit s'ouvrir entre les autorités et la population". Le tout nouveau président algérien avait alors indiqué en parlant de son homologue, "je ne le reconnais pas. Moi, j'ai été élu par le peuple algérien et je ne reconnais que le peuple algérien".

Remis en janvier 2021, un rapport commandé par le chef de l'État français à Benjamin Stora et consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie n'a pas apaisé la relation. Plus qu'une reconnaissance, l'Algérie a indiqué souhaité des excuses.

En avril 2021, la visite prévue en Algérie du Premier ministre Jean Castex avait été annulée à la dernière minute, officiellement pour raisons sanitaires dues à la pandémie de Covid-19. Repensée pourtant sur une seule journée et avec une délégation réduite (4 ministres contre une dizaine prévus), elle devait permettre d'étudier plusieurs dossiers économiques, sécuritaires et culturels. La signature d'accords de coopération était également annoncée. C'est ce format allégé qui aurait été jugé "pas à la hauteur" par Alger, selon une source française.

Une délégation française de 90 personnes

En septembre 2021, Emmanuel Macron provoquait le retour pendant trois mois de l'ambassadeur d'Algérie en France après avoir qualifié la gouvernance algérienne de système politico-militaire entretenant une rente mémorielle.

La question des visas reste aussi un dossier épineux entre les deux pays. En septembre 2021, Paris avait décidé de n'accorder plus que la moitié de ces sésames en représailles au refus d'Alger de délivrer des laissez-passer consulaires aux Algériens touchés par une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). A l'époque, entre janvier et juillet 2021, vingt-deux expulsions de ressortissants algériens sur les 7 731 ordonnées avaient été comptabilisées, car seulement 0,2% de laissez-passer consulaires avait été accordés par les autorités algériennes.

Soixante ans après les Accords d'Evian (mars 1962) mettant fin à la guerre d'Algérie, Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune auront un tête-à-tête jeudi 25 août 2022, après une cérémonie d'hommage au monument des Martyrs situé dans la capitale.

Le président français sera accompagné d'une délégation de quatre-vingt-dix personnes avec plusieurs chefs d'entreprises dont le business angel Xavier Niel, actionnaire principal d'Iliad (Free), et Catherine MacGregor, directrice générale d'Engie, mais aussi des représentants de Pme. L'Agence française de développement (AFD), la Banque publique d'investissement (BpiFrance) et le CNRS seront également représentés.

Le gaz algérien au menu des discussions

Plusieurs ministres feront partie du voyage: Bruno Le Maire (Economie et Finances), Gérald Darmanin (Intérieur), Catherine Colonna (Europe et Affaires étrangères), Rima Abdul Malak (Culture) ainsi que Patricia Miralles, secrétaire d'État auprès des ministres des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire.

L'historien Benjamin Stora accompagnera le président, comme le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, dont les parents sont nés en Algérie.

Ces différents profils montrent l'étendue des thématiques qui seront discutées au cours de cette visite de deux jours: économie, visas, mémoire, diplomatie, coopération militaire, mais aussi l'énergie.

Dans une période où la guerre en Ukraine laisse craindre des problèmes d'approvisionnement en Europe, le gaz algérien se trouve fort courtisé. L'Italie a été la plus prompte sur ce dossier. Sa compagnie nationale Eni et son homologue algérienne Sonatrach ont signé, en avril 2022, un nouvel accord gazier pour augmenter la livraison d'hydrocarbures. Luigi Di Mario, ministre italien des Affaires étrangères avait fait le déplacement à Alger dès la première semaine de l'invasion de l'Ukraine alors que son pays importe 95% du gaz qu'il consomme dont 40% en provenance de Russie (l'Algérie étant son deuxième fournisseur).

Paris voudra sans doute s'assurer de pouvoir également bénéficier de cette manne. Au début du conflit, la Sonatrach avait indiqué être prête à augmenter ses livraisons en gaz à l'Europe.

Début juillet 2022, Sonatrach et Engie prolongeaient leur accord d'achat et de vente de gaz naturel et l'étendaient au GNL. A la fin du même mois, l'Algérienne signait un contrat de type "partage production avec les compagnies TotalEnergies (France), Eni (Italie) et Occidental Petroleum (États-Unis) pour forer dans le secteur de Berkine (300 km au Sud-Est de Hassi Messaoud) au Sahara occidental, près de la frontière tunisienne.

France et Algérie, des partenaires économiques de premier plan

La France est un partenaire commercial de haut rang pour l'Algérie avec 6,9 mrds€ d'échanges.

En 2020, la France était le deuxième fournisseur de l'Algérie avec des exportations de 3,6 mrds$ et une part de marché de 10,6%. Elle se situait derrière la Chine (5,7 mrds$ et une part de marché de 16,8%). L'Italie arrive à la troisième place (2,4 mrds$ et 7,05%). 

La France est également le second client de l'Algérie et représente 13,3% des exportations algériennes. Elle est désormais devancées par l'Italie (14,7%) et se trouve devant l'Espagne (10%) et la Chine (5%).

Selon des chiffres de l'Insee, publiés dans son enquête OFATS,  en 2018 environ 220 entreprises françaises (filiales avec une participation française au capital supérieure de 50%) étaient implantées en Algérie. "Ce chiffre peut très facilement être doublé, en y incluant les bureaux de représentation, succursales et participations françaises de moins de 50 % dans une filiale, ainsi que les entreprises détenues et ou dirigées par des Entrepreneurs Français de l’Étranger)", précise l'Ambassade de France en Algérie.




   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info