Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Emmanuel Macron craint une invasion du Nord de la Syrie par la Turquie




Le premier ministre turc réfute toute volonté d'invasion du Nord de la Syrie (photo : Gouvernement turc)
Le premier ministre turc réfute toute volonté d'invasion du Nord de la Syrie (photo : Gouvernement turc)
SYRIE. Alors que l'offensive turque contre les forces kurdes se poursuit dans l'enclave d'Afrine, au nord-ouest de la Syrie, Emmanuel Macron craint une escalade. "S'il s'avérait que cette opération devait prendre un autre tour qu'une action pour lutter contre un potentiel terroriste menaçant la frontière turque et que c'était une une opération d'invasion, à ce moment, cette opération nous poserait un problème réel", indiquait, mercredi 31 janvier 2018, le président français dans un entretien accordé au journal français le Figaro.

La réaction ne s'est pas faite attendre. "Le monde entier sait et doit savoir que la Turquie n'agit absolument pas dans une logique d'invasion", insiste Binaldi Yildirim, premier ministre turc. Emmanuel Macron précise qu'il devrait prochainement rencontrer Recep Tayyip Erdogan, le président turc. "On ne peut pas avoir une sécurité bâtie sur le terrain sans respect de la souveraineté syrienne contre un ennemi qui n'est plus Daech", lance le président français précisant qu'il "souhaite travailler avec les Jordaniens qui accueillent beaucoup de réfugiés et, autour des Jordaniens, que l'on puisse construire une véritable solution inclusive avec les Saoudiens, les Américains et les Egyptiens." Il dit souhaiter "convaincre les Turcs et les Russes qu'on peut construire cette solution vraiment inclusive, et alors l'opposition syrienne viendra (aux négociations) et les Russes doivent y amener le régime (de Bachar el-Assad)." Une large frange de l'opposition syrienne avait boycotté le Congrès du dialogue national syrien organisé par la Russie à Sotchi en début de semaine.

Erdogan veut combattre jusqu'à l'"élimination de la menace terroriste"

L'agence officielle syrienne Sana parle elle d'"agression du régime turc". Elle cite notamment des sources médicales de l'hôpital d'Afrine qui "exhortent la communauté internationale à y mettre fin" et craignent "une catastrophe humanitaire" avec l'épuisement des médicaments dans un lieu qui a reçu des dizaines de victimes du conflit.

Après treize jours de combats avec des forces au sol appuyées par l'artillerie et l'aviation turques, l'opération baptisée "Rameau d'olivier" vise les YPG (Yekînen Parastina Gel - Unités de protection du peuple). Qualifiés de "terroristes" par Ankara, ils sont l'émanation syrienne du PKK, le Parti des travailleurs kurdes, également considéré comme terroriste par la Turquie.
Recep Tayyip Erdogan assure qu'il continuera d'engager ses forces en Syrie jusqu'à l'"élimination de la menace terroriste."

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), depuis le début de l'offensive turque, soixante-sept citoyens syriens kurdes, arabes ou arméniens - dont vingt enfants et douze femmes - ont trouvé la mort dans la région d'Afrine. 185 autres ont été blessées. 




Jeudi 1 Février 2018



Lu 1824 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
 
PlanBleu         Région PACA
 
Euromediterranee
Femise          APIM