Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Égypte, Grèce et Chypre signent un accord de transfert d'énergie électrique


Rédigé par , le Mercredi 20 Octobre 2021 - Lu 1278 fois


Nicos Anastasiades (Premier ministre de chypriote), Kyriakos Mitsotakis (Premier ministre grec) et Abdel Fattah al-Sissi (Président égyptien) s'accordent sur l'interconnexion électrique entre leurs trois pays (photo : Présidence égyptienne)
Nicos Anastasiades (Premier ministre de chypriote), Kyriakos Mitsotakis (Premier ministre grec) et Abdel Fattah al-Sissi (Président égyptien) s'accordent sur l'interconnexion électrique entre leurs trois pays (photo : Présidence égyptienne)
ÉGYPTE / GRÈCE / CHYPRE. Trois pays de la Méditerranée orientale signent un accord tripartite de transfert d'énergie électrique. L'Égypte, la Grèce et Chypre vont pouvoir bénéficier d'une interconnexion. "Au moment de diversification des sources énergétiques, l'Égypte pourrait devenir un fournisseur de courant électrique, qui sera surtout produit par le soleil et la Grèce deviendra une station de distribution vers l'Europe", commente Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec. La déclaration commune publiée à l'issue de ce sommet à Athènes stipule en effet que "cette interconnexion renforce la coopération et la sécurité énergétique non seulement entre ces trois pays, mais aussi avec l'Europe (...) Elle sera un moyen de transfert de quantités importantes d'électricité depuis et vers la Méditerranée orientale."

Ce protocole d'entente souligne également une volonté de "coopération en matière d'exploration et de transfert de gaz naturel, un catalyseur pour la stabilité dans la région", comme l'indiquent les signataires. "Il est peut-être crucial que nous nous efforcions tous de profiter de cet élan pour donner une impulsion parallèle au projet de construction d'un gazoduc offshore destiné à transporter le gaz naturel du champ chypriote "Aphrodite" vers les deux stations de liquéfaction égyptiennes de Damiette et d'Idku", indiquait Abdel Fattah al-Sissi. Pour le président égyptien, "en ouvrant la voie à la fourniture éventuelle de gaz liquéfié de l'Égypte à la Grèce, ces mesures ouvrent la porte à l'approvisionnement des pays de la Méditerranée orientale, et peut-être aussi des pays des Balkans occidentaux et de l'Europe centrale."

Protéger le gaz des convoitises d'Ankara

Les trois pays signataires participent déjà au Forum du gaz de la Méditerranée orientale (EMGF) regroupant également l'Italie, Israël, l'Autorité palestinienne, la Jordanie et, depuis mars 2021, la France (l'Union européenne et les États-Unis disposent d'un statut d'observateur permanent). Cette initiative lancée en janvier 2019, créée officiellement en septembre 2019 et transformée en organisation régionale en septembre 2020 est présidée par l'Égypte. Depuis son siège au Caire, elle a pour vocation de "veiller au respect du droit international dans la gestion des ressources gazières de chacun". Et offre, de fait, un cadre à ces États pour s'unir contre la volonté d'hégémonie de la Turquie dans ces eaux regorgeant de gaz naturel.

Voici une dizaine d'années, les découvertes offshores des champs de Tamar et Léviathan au sein de la Zone économique exclusive (ZEE) israélienne et de celui, déjà évoqué ci-dessus, Aphrodite au large des eaux chypriotes ont amorcé de nombreuses prospections. La Turquie veut sa part de ce gâteau prometteur et le fait savoir en envoyant son navire d'exploration gazière Oruç Reis jusque dans la ZEE de la Grèce, malgré les protestations non seulement d'Athènes, de Nicosie, mais aussi de l'Union européenne. Ankara a en outre paraphé, en novembre 2019, un accord avec le gouvernement d'entente nationale libyen (GNA). Dénoncé par l'EMGF et l'Union européenne, ce texte dresse une frontière maritime entre les deux pays faisant fi de la présence de certaines îles grecques du Dodécanèse dans le périmètre défini. 

"Malheureusement, Ankara ne comprend pas les messages de l'époque et ses aspirations au détriment de ses voisins sont évidemment une menace pour la paix dans la région", regrettait Kyriakos Mitsotakis, mardi 19 octobre 2021. "Il n'est pas possible pour les pays de la Méditerranée orientale de coopérer étroitement et d'être des pylônes de stabilité et de paix alors que la Turquie toute seule perturbe le droit international pour ses propres raisons", renchérissait, le même jour, Nicos Anastasiades, président de la république de Chypre.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info