Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Edulcoran



            Partager Partager

Après les tyrans, les barbus ? 

En quelques jours, l’enthousiasme des occidentaux pour les printemps arabes s’est singulièrement refroidi. 

Passe encore que les rebelles libyens lavent leur lynchage en famille... mais que Moustapha Abdeljalil, le président du Conseil national de transition, déclare que la nouvelle législation du pays sera fondée sur la charia, aussitôt les sourires des démocrates se crispent.

Le malaise s’accentue quand les Tunisiens, invités aux urnes pour la première fois depuis la fuite de Ben Ali, apportent leurs suffrages en nombre à Ennahda.
Arrivé en tête du scrutin, le parti islamiste fait figure d’épouvantail pour tous les progressistes.

Au nord, on cauchemarde : après s’être si longtemps voilé la face devant le caractère totalitaire des régimes de Ben Ali et de Kadhafi, les dirigeants n'en croient pas leurs yeux... Voilà que, par une étrange ironie de l’histoire, leur attitude serait demain exclusivement réservée aux femmes tunisiennes et libyennes ? Et pourquoi pas des talibans après-demain pendant qu’on y est ?

Alors on essaie de se rassurer : « La France restera vigilante à faire respecter les valeurs de la démocratie », a assuré Alain Juppé, le 24 octobre. Une phrase qui fera sourire les fervents de l’ancien dictateur tunisien...

Conscient de l’émoi provoqué par sa déclaration, le président du CNT a tenu à donner des gages aux démocrates laïcs : « Lorsque j'ai cité comme exemple la loi régissant le mariage et le divorce, j'ai juste voulu donner un exemple (de lois allant à l'encontre de la charia) car la loi (actuelle) n'autorise la polygamie que dans certaines conditions. Or la charia, à l'appui d'un verset du Coran, autorise la polygamie ». En d’autres termes, oui à la charia, mais de manière douce...

A Tunis, c’est même profil bas et poil ras chez le leader d’Ennahda, Rached Ghannouchi : ses proches affirment que les partisans d'un islam plus orthodoxe jugent leur chef de file comme étant trop libéral. Et l’intéressé brandit l’exemple de la Turquie, dirigée par l’AKP, parti des islamistes modérés.

Malgré ces garanties, faut-il s’inquiéter ? Les orientalistes se perdent en conjecture. A partir de quelle longueur le poil d’un barbu devient-il dangereux pour la démocratie ? 10 cm ? 20 cm ? 30 cm ? Faux débat. En fait, selon les scientifiques, le vrai danger n’est pas dans la taille de la barbe, mais dans l’absence d’édulcoran...

Jeudi 27 Octobre 2011

Lu 1051 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 11 Septembre 2012 - 17:53 La piste aux (inaccessibles) étoiles

Jeudi 12 Juillet 2012 - 14:16 Cinecittà dans le décor ?


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.