Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Ecrans noirs sur les programmes de la télé grecque


La fermeture sans préavis des chaînes publiques de télévision en Grèce par le gouvernement passe très mal. Une nouvelle fois, les manifestants se sont pressés nombreux pour dire leur refus de cette décision.


            Partager Partager

Ecran noir sur les chaînes de TV publiques en Grèce (logo ERT)
Ecran noir sur les chaînes de TV publiques en Grèce (logo ERT)
GRÈCE. Pour la seconde nuit, des centaines de Grecs sont restés massés devant le bâtiment d'ERT (la télévision publique grecque) aux allures staliniennes mercredi 12 juin 2013.

Le panneau « A bas la dictature » couvre toujours le bâtiment grisâtre. « Nous étions les premiers à émettre », se souvient Prokopis, présentateur, « nous savions que la restructuration était en discussion, mais jamais nous n'aurions imaginé cela ».

Cela, ce sont les forces de police emportant dans la nuit l’émetteur de la télévision sous bonne garde, c’est la police encerclant les nombreux bureaux régionaux de la télévision un peu partout dans le pays créant autant de manifestations de soutien à Patras, en Crète, à Thessalonique, en Thrace, et c’est surtout l’écran noir qui tombe d’un seul coup devant soi. « Je n‘y croyais pas », dit Anna 70 ans, « personne dans aucun pays n’a jamais fait ça. »

Pour Dimitris Trimis, journaliste et président de la ESYEA, syndicat des journalistes qui multiplie les réunions pour organiser la riposte, « ce qui se passe n’est rien de moins qu’un coup d’État. Il nous a tous pris au dépourvu ».

De fait mardi 11 juin 2013 au soir, les Grecs étaient comme hébétés, sonnés. Dans la rue, les uns demandaient aux autres, « t’as vu ça? », ils n’y croyaient pas, 72 heures plus tard, ils n’ont toujours pas réalisé. Même le quartier d’Exarchia, traditionnellement très hostile aux journalistes est solidaire.

Dimitris, anarchiste, la trentaine, a fait le déplacement jusqu’au siège de l’ERT. Il y est resté avec les milliers de Grecs jusqu'à quatre heures du matin. Mi-figue mi-raisin, il note, « le gouvernement pensait que le danger de la contestation venait de la place Syndagma, mais finalement c’est peut-être la télévision nationale qui le fera tomber. »

La résistance s'organise

Mais la résistance s’organise petit à petit et la télévision belge qui a remplacé son logo par celui de ERT, a mis du baume au cœur des salariés. ARTE journal a même diffusé un bulletin d'info traduit en grec. le mercredi à 19h45.

LMais la résistance s’organise petit à petit et la télévision belge qui a remplacé son logo par celui de ERT, a mis du baume au cœur des salariés. ARTE journal a même diffusé un bulletin d'info traduit en grec, le mercredi à 19h45.

Les journalistes de ERT n’ont pas quitté leur poste. Mercredi 12 juin 2013 après midi, ils étaient toujours là à travailler, à retransmettre les infos, faire des émissions de radio, même l’orchestre de la radio était là pour une répétition.

La télévision du parti communiste a offert sa fréquence pour la retransmission et la radio de gauche RED a fait de même pour la radio d’État qui a aussi cessé d’émettre. Les relais web des sites alternatifs ont fait le reste.

L’opposition de gauche et les syndicats ont appelé à manifester, avant la grève générale de jeudi 13 juin 2013, et l’appel mercredi soir était entendu même par Thanos un trentenaire qui a toujours râlé contre la taxe spécifique de ERT rajoutée aux factures d’électricité, car justement il ne regarde pas ERT, « elle est trop ennuyeuse » dit il aussi. Il ne comprenait pas pourquoi il était obligé de payer cette taxe, mais là « le gouvernement est allé trop loin ». « Beaucoup trop loin » renchérit son voisin, Chronis Polycronidis, réalisateur, « avec l’eau, on jette le bébé », tonne t il « ERT était la seule chaine qui retransmettait des programmes musicaux de qualité et des documentaires uniques ».

Les journalistes de ERT n’ont pas quitté leur poste. Mercredi 12 juin 2013 après midi, ils étaient toujours là a travailler, a retransmettre les infos, faire des émissions de radio, même l’orchestre de la radio était là pour une répétition.

La télévision du parti communiste a offert sa fréquence pour la retransmission et la radio de gauche RED a fait de même pour la radio d’Etat qui a aussi cessé d’émettre. Les relais web des sites alternatifs ont fait le reste.

L’opposition de gauche et les syndicats ont appelé à manifester, avant la grève générale de jeudi 13 juin 2013, et l’appel mercredi soir était entendu même par Thanos un trentenaire qui a toujours râlé contre la taxe spécifique de ERT rajoutée aux factures d’électricité, car justement il ne regarde pas ERT, «elle est trop ennuyeuse» dit il aussi. Il ne comprenais pas pourquoi il était obligé de payer cette taxe, mais là «le gouvernement est allé trop loin.» «Beaucoup trop loin»  renchérit son voisin, Chronis Polycronidis, réalisateur, «avec l’eau, on jette le bébé», tonne t il «ERT était la seule chaine qui retransmettait des programmes musicaux de qualité et des documentaires uniques.»


Jeudi 13 Juin 2013

Lu 770 fois





1.Posté par François Henriot le 14/06/2013 09:30
En Grèce, la presse est libre (+ ou -, bien sûr) et il existe d'autres médias que la TV officielle momentanément hors circuit. C'est une affaire spectaculaire, mais de politique locale. En revanche, la démocratie commence à être en danger en Turquie, et n'existe plus en Iran. Mais les médias français s'en f...

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE