Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






E.ON lance les travaux de sa centrale biomasse de Gardanne



            Partager Partager

FRANCE. Après de longs mois d’atermoiement, E.ON France, la filiale française du groupe énergétique allemand, a annoncé son intention de faire construire la plus grande centrale à bois de France à Gardanne.
 

Ce projet d'une reconversion d'une tranche de centrale à charbon en centrale à bois de 150 mégawatts, lancé par E.ON voici deux ans, représente un investissement de « plus de 230 M€ », indique le groupe dans un communiqué.
 

E.ON France a indiqué qu'il s'agissait bien désormais d'un « projet certain ». Les travaux, qui emploieront 200 personnes en moyenne, doivent débuter durant l'été 2013 et s'achever d'ici mi-2014, en vue d'un démarrage d'exploitation début 2015, selon la filiale.
 

La nouvelle unité biomasse sera issue de la conversion d’une tranche de production fonctionnant actuellement au charbon (Tranche Provence 4) située sur les communes de Gardanne et de Meyreuil près de Marseille. « Elle permettra de pérenniser l’activité industrielle sur la centrale de Gardanne pour une nouvelle période de 20 ans, tout en participant à la structuration et au développement de la filière régionale bois-énergie », ajoute le communiqué.
 

Le groupe allemand précise être « entré dans sa phase de mise en œuvre après la signature des contrats de réalisation de travaux avec le groupe sud-coréen Doosan pour la partie chaudière et turbine et avec le groupe français RBL-REI pour la plateforme de stockage et d'approvisionnement. »
 

Les deux contrats ont été respectivement signés le 25 avril et le 2 mai 2013, indique le communiqué du groupe, sans dévoiler de montants.
 

Doosan a choisi pour cette opération de s’associer au groupe français ADF acteur historique du bassin de Fos-sur-Mer qui aura en charge l’ingénierie de construction et l’essentiel des travaux sur le site.


200 personnes sur le chantier

La nouvelle centrale s'implantera sur une tranche de la centrale à charbon existante (photo WA)
La nouvelle centrale s'implantera sur une tranche de la centrale à charbon existante (photo WA)

Le chantier aura un impact économique régional fort : il emploiera 200 personnes en moyenne pendant dix-huit mois et jusqu’à 350 personnes en période de pointe, dont une grande partie provenant d’acteurs industriels locaux comme ADF.
 

Le volet financement reste néanmoins à boucler : E.ON, fragilisé économiquement par la sortie allemande du nucléaire et la surcapacité électrique en Europe, précise vouloir réaliser l'investissement « dans le cadre d'un partenariat avec des investisseurs. »
 

« Les discussions avec des investisseurs institutionnels progressent et des étapes significatives ont été franchies avec CDC Infrastructure », la filiale d'investissement dans les transports, télécoms, énergie et environnement de la Caisse des Dépôts, qui « pourrait prendre une participation significative dans le projet. »

Cette reconversion, qui se fait dans le cadre de la fermeture par E.ON de plusieurs tranches de centrales à charbon, avait fait l'objet d'incertitudes en raison notamment d'un conflit social, mais aussi d'oppositions locales, qui jugeait le projet démesuré par rapport à l'approvisionnement en bois disponible en Provence.

La centrale brûlera environ 90% de bois, soit 850 000 tonnes de biomasses par an, et 10% de charbon. La production en base sera de plus de 7 500 heures par an jusqu’en 2034, ce qui correspond à la consommation annuelle électrique de 440 000 ménages (hors chauffage). Cet investissement contribuera à améliorer le bilan CO2 régional de 600 000 tonnes par an.

Selon E.ON, 60% de l'approvisionnement proviendra de « la ressource régionale » et à 40% de bois importé. En 2025, la part locale passera néanmoins à 100%, selon le groupe.

E.ON, qui a donné récemment son feu vert à sa filiale française, avait eu l'autorisation préfectorale fin 2012. Selon l'entreprise, le projet conduira à « améliorer le bilan CO2 régional de 600 000 tonnes par an. »

D'un parc à 98% charbon en 2008, E.ON France vise un « bouquet » comprenant 52% de charbon, 36% de gaz, 7,5% de biomasse, 4% d’éolien et 0,5% de solaire en 2015.

Rappelons que la biomasse permet la production d’électricité à partir de la combustion de différentes catégories de bois (plaquettes de l’exploitation forestière, résidus verts, bois de récupération). Cette énergie renouvelable réduit les émissions de CO2 de 55 à 98% par rapport aux énergies fossiles.



Vendredi 17 Mai 2013

Lu 4365 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Juin 2019 - 10:34 Le Maroc relance l'appel d'offres Noor Midelt II



1.Posté par Politico-sceptique le 19/05/2013 12:09
Je suppose que l'on devrait se réjouir d'une telle installation qui devrait réduire les émissions de CO2 en Région PACA . Cependant comme nos politiques privilégient toujours plus les acteurs économiques plutôt que les enjeux environnementaux il est à craindre que ces 40% de bois importé (!) proviennent de forêts qui seront déboisées, avec toutes les conséquences néfastes de la déforestation. (On fait semblant de croire que en "2025, la part locale passera néanmoins à 100%").
Je vous invite à consulter le site carbone 4 (http://www.carbone4.com/fr/l_actu_de_carbone_4/de-quel-bois-je-me-chauffe%C2%A0) pour en savoir plus et aussi à voir l'édifiant documentaire diffusé sur Arte : "La fausse promesse d'une énergie propre" (visible également sur Arte+7 jusqu'au au 21.05.2013).

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par barras le 22/05/2013 12:28
L' étude d'impact élude les impacts indirects (déboisement en forêt méditerranéenne, CO2 émis par le transport routier de biomasse); l'Autorité environnementale les ignore également dans son avis.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.