Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Didier Rabaud: « Les technologies doivent être comprises et admises pour être intégrées »

Article réalisé en partenariat avec le cluster Paca Logistique


Rédigé par , le Jeudi 30 Mai 2013 - Lu 1280 fois

Didier Rabaud est directeur opérationnel d’Euroshaktiware, société spécialisée dans la gestion et l’analyse des flux de véhicules. Euroshaktiware commercialise depuis six mois un produit spécifique à la logistique, basé sur l'intégration de plusieurs technologies dont la lecture de plaques minéralogiques. Didier Rabaud préside également le comité stratégique du Pôle de compétitivité d’optique photonique (POPSud).


Didier Rabaud, directeur opérationnel d’Euroshaktiware. (Photo D.R)
Didier Rabaud, directeur opérationnel d’Euroshaktiware. (Photo D.R)
Quelles technologies pour quelle entreprise ? En préambule, il faut veiller à ce que l’implantation des nouvelles technologies soient acceptées par les différents acteurs du processus logistique. Le but n'est pas de remplacer l'humain mais d'améliorer la qualité du service rendu et pour cela il faut inverser les rôles. Faire traiter la partie fastidieuse et répétitive par les technologies et demander à l'opérateur d'assurer la levée de doute qui permettra au système de répondre à 100% aux besoins.

Les solutions technologiques sont nombreuses et le choix dépend des usages:

- Pour la mobilité qui permet à un opérateur de se déplacer sur site, on utilisera les technologies portées par les usages grand public (smartphone, tablette, Wifi, bluetooth). Le choix de la technologie dépendra du débit et de l'autonomie souhaités.

- Pour la localisation, l'utilisation du GPS assure le suivi des flottes de véhicules avec pour limite la nécessité d'équiper la flotte donc de la maîtriser et la possibilité de l’existence de zones d’ombres.

- Pour la traçabilité, la vidéo, technologie fortement déployée ces dernières années, permet de dresser un historique et de télé-surveiller mais pas d'automatiser le process. Plus récente, l'association de la vidéo avec du traitement d'image ou de la télémétrie laser avec de la reconstruction 3D permettent de faire des mesures précises des objets et ce de façon non intrusive. Cette technologie ne nécessite pas d’équipement sur les objets contrôlés contrairement au GPS ou à la RFID.

Le « Big data », prochain défi technologique

La lecture des plaques minéralogiques constitue une autre illustration de ces mesures non intrusives. Elle permet une traçabilité et une automatisation des flux de véhicules dès l'arrivée sur le site. Le produit développé par Euroshaktiware est basé sur cette approche. Il automatise le contrôle à l'entrée du site et rétablit le lien direct entre le chauffeur et l'exploitant. Le chauffeur peut communiquer avec une borne interactive. Il valide entre autres le respect des consignes de sécurité.

Enfin, toutes ces technologies ont pour dénominateur commun de fournir de plus en plus d'informations. Or « trop d'informations tue l'information ». Le concept récent du « Big data » devra permettre de relever ce paradoxe et d'extraire l'information utile au gestionnaire pour maitriser et améliorer son process. Définir une information utile, la hiérarchiser, la traiter permettra de créer des alertes et d’anticiper. C’est le prochain défi technologique. Il ne pourra être relevé sans l'implication complète des spécialistes de la chaine logistique.


Article réalisé en partenariat avec le cluster Paca Logistique
 

Voir le dossier
















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info