Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Développer la coopération autour de la gestion intégrée des zones côtières


   


Les actions menées dans le cadre du Programme d’Aménagement Côtier (PAC), qui s’achève dans le Var, ont permis de livrer des outils, aujourd’hui mis à disposition de la communauté des acteurs varois et méditerranéens concernés par la gestion des zones côtières.



Le Programme d'Aménagement Côtier s'intéresse notamment à la plaisance (photo : F.Dubessy)
Le Programme d'Aménagement Côtier s'intéresse notamment à la plaisance (photo : F.Dubessy)
L’heure du bilan a sonné pour le Programme d’Aménagement Côtier (PAC) lancé en 2015 dans le département du Var avec le concours du PAM (Plan d’action pour la Méditerranée). « L’objectif, rappelle Antoine Lafitte, chargé d’études au Plan Bleu, était d’apporter un soutien aux autorités locales pour la mise en œuvre sur ce territoire du protocole méditerranéen de Gestion intégrée des zones côtières (GIZC). De multiples actions avaient déjà été engagées par différents acteurs, le PAC a permis d’y apporter des synergies positives.»

D’une durée de trente mois, le PAC, s’est concrétisé par la mise en place de trois groupes de travail thématiques : plaisance, archipels d’excellence, érosion et submersion. Outre une cartographie détaillée des zones à risques du littoral varois face aux impacts du changement climatique, plusieurs projets ont été initiés.

Une plateforme MOCOMED (MOving COast in the MEDiterranean) a été mise en ligne (www.moving-coast-med.fr). Espace dédié aux risques d'érosion côtière et de submersion marine, elle propose des documents pédagogiques au grand public mais se veut aussi un outil d’aide à la décision pour les élus et techniciens.

Une étude spécifique a porté sur les zones de stockage terrestres de bateaux, nombreuses dans le Var. Conduite par le Conservatoire du littoral en partenariat avec la Communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez, elle a permis d’élaborer une méthodologie de recensement et de suivi de ces aires pour la mettre à disposition des autorités locales en charge des SCOTs (Schémas de cohérence territoriale).

Tirer parti de l’expérience varoise

« La réplicabilité des actions est au cœur de la démarche des PAC », insiste Antoine Lafitte. Le projet transfrontalier Maregot le confirme. Franco-italien, il associe le Var, la Corse, la Toscane, la Ligurie et la Sardaigne et vise à favoriser la co-construction d’une stratégie transfrontalière pour la surveillance et la gestion des phénomènes d’érosion et de submersion. De 2017 à 2019, vont être lancées des études et mises en œuvre des expérimentations qui devraient déboucher sur un plan d’intervention partagé.

Un autre projet international concernant  l’ouest de la Méditerranée (France, Italie, Espagne et Malte) est sur les rails. SIMWESTMED porte sur la planification des espaces maritimes avec pour ambition d’éviter les déséquilibres territoriaux en matière de protection environnementale grâce à une homogénéisation des données. Le Var devrait accueillir l’un des projets pilote de SIMWESTMED, l’occasion de valoriser les résultats obtenus dans le cadre du PAC Var.

L’expérience française dans la déclinaison du PAC devrait également bénéficier à d’autres territoires qui vont accueillir un programme d’aménagement côtier pour une meilleure gestion intégrée des zones côtières. La Bosnie-Herzégovine, qui n’a pas encore signé le protocole GIZC, se trouve sur les rangs.   


Mercredi 18 Octobre 2017




Lu 1609 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >










RÉflexions

Réflexion

« Dans le contexte actuel, les Méditerranéens font désordre »


avis d'expert

Vincent Giovannoni. Anthropologue, commissaire d'exposition au MuCEM.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA