Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Début des négociations entre Israël et le Liban pour définir leurs frontières communes



            Partager Partager

Les négociations se tiennent à Naqoura, siège de la Finul (photo : NNA)
Les négociations se tiennent à Naqoura, siège de la Finul (photo : NNA)
LIBAN / ISRAËL. Les premiers pourparlers depuis trente ans entre le Liban et Israël débutent mercredi 14 octobre 2020 dans la ville de Naqoura, au Sud du Liban (200 mètres d'Israël), où se situe le siège de la force de maintien de la paix des Nations unies (Finul).

Les deux pays, toujours officiellement en guerre, avaient signé le 1er octobre 2020 un accord-cadre pour définir ces frontières maritimes et terrestres sous l'égide de l'Onu. Le Liban affirmait alors, par la voix de Nabih Berry, président du Parlement, que le dossier des frontières maritimes "devra aller de pair avec celui des frontières terrestres." Mais, le président libanais, Michel Aoun, tient un autre discours. "Les négociations sont techniques et spécifiques à la démarcation des frontières maritimes", précisait-il lors de sa rencontre, mardi 13 octobre 2020, avec la délégation libanaise et Jan Kubis, coordinateur spécial des Nations unis pour le Liban, selon des propos rapportés par l'Agence nationale de l'Information (NNA), site officiel du ministère de l'Information.

En Israël, les responsables soulignent que les discussions ne concerneront que le différent sur le tracé maritime. "Nous ne parlons pas de pourparlers de paix ou de négociations sur la normalisation, mais plutôt de la tentative de résoudre un problème technico-économique qui, depuis une décennie, nous empêche de développer les ressources naturelles de la mer au profit des populations de la région", insiste ainsi, Yuval Steinitz, ministre israélien de l'Energie. La zone contestée entre les deux pays (en rouge sur la photo ci-dessous) s'étend sur 330 miles carrés, soit environ 860 km².

Du gaz pour donner un ballon d'oxygène à la dette libanaise

Israël et le Liban se disputent une zone riche en gaz naturel (carte : DR)
Israël et le Liban se disputent une zone riche en gaz naturel (carte : DR)
Les négociations se dérouleront de façon indirecte entre Israéliens et Libanais. Les représentants de l'Onu et des Etats-Unis - ces derniers en tant que médiateurs avec comme chef David Schenker, secrétaire d'Etat adjoint chargé du Proche-Orient - feront le lien entre les deux délégations. Elles ne devraient pas se parler entre elles. Selon le journal The Times of Israël, la délégation libanaise comprendra quatre membres et sera conduite par le général de brigade Bassam Yassin de l'armée de l'air. Les trois autres participants sont un colonel de marine (Mazen Basbous), le responsable libanais du pétrole (Wissam Chbat) et l'expert en matière de frontières Najib Massihi.

La délégation israélienne sera, elle - et ceci en dit long sur la volonté du pays de se concentrer sur le maritime - menée par Udi Adiri, directeur général du ministère de l'Energie, accompagné du chef de cabinet du ministre Yuval Steinitz (Mor Halutz), le conseiller international du même ministre (Aviv Ayash), le conseiller adjoint à la sécurité nationale (Reuven Azar), le directeur général adjoint du ministère des Affaires étrangères pour les Nations unies et les organisations internationales (Alon Bar), et le général de brigade Oren Setter, chef de la division stratégique de l’armée israélienne.

Elles sont d'autant plus importantes qu'un tracé de la ligne de partage entre leurs zones économiques exclusives (ZEE) permettrait de définir clairement les zones de prospections d'hydrocarbures respectives dans cette Méditerranée orientale aux gisements prometteurs de gaz naturel fort convoités. Et pas seulement par le Liban et Israël mais aussi les autres pays de la région, comme le montre le conflit actuel entre l'Union européenne et la Turquie.

Alors qu'Israël vend déjà du gaz à la Jordanie et à l'Egypte et cherche à accroître sa production, la résolution de cette épineuse question viendrait apporter un ballon d'oxygène au Liban. Le pays du Cèdre se trouve en cessation de paiement depuis mars 2020 et affronte une dette colossale (166% de son PIB au premier trimestre 2020), la troisième du monde derrière le Japon et la Grèce. La manne d'hydrocarbures pourrait venir la soulager et donner des marges de manoeuvre au futur Premier ministre.

Une second session de négociations entre le Liban et Israël est programmée pour le 28 octobre 2020.

Mercredi 14 Octobre 2020

Lu 1141 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


RÉFLEXION

Le droit au blasphème, le Coran et la jurisprudence exégétique

Sami Bibi, universitaire et chercheur auprès du réseau international Politique Economique et Pauvreté (PEP) de l'Université Laval (Québec-Canada)
Grand angle

Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.