Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

"DarESS sera le fer de lance de l'ESS en Tunisie"

Entretien exclusif avec Sonia Benyahia, directrice ProgRESS Tunisie, et Rodérick Égal, président d'iesMed


Sonia Benyahia, directrice de ProgRESS Tunisie, un programme de préfiguration, matrice d'un futur centre national de ressources de l’Économie sociale et solidaire, et Rodérick Égal, président d'iesMed, plate-forme méditerranéenne d'accompagnement à l'ESS, dressent, en exclusivité pour econostrum.info, le panorama de l'ESS en Tunisie. Ils dévoilent leurs projets dans ce pays, alors qu'ils se préparent à inaugurer, vendredi 19 mars 2021 à Tunis, DarESS, la maison de l'ESS. English version



Selon Sonia Benyahia, "l'ESS a une vraie carte à jouer en Tunisie" (photos : ProgRESS/ photomontage : econostrum.info)
Selon Sonia Benyahia, "l'ESS a une vraie carte à jouer en Tunisie" (photos : ProgRESS/ photomontage : econostrum.info)
econostrum.info : Où en est l'ESS aujourd'hui en Tunisie ?

Sonia Benyahia : L'ESS tunisienne est en pleine évolution. En juin 2020, un texte de loi définissant son périmètre a été voté par l'Assemblée des Représentants du Peuple (ndlr : ARP équivalent de l'Assemblée nationale) et promulgué le 30 août. Le premier sur ce sujet à l'être en Afrique du Nord. Mais, les décrets d'application restent à venir.
L'ESS apparaît dans les discours des politiques depuis la révolution grâce à l'impulsion d'une société civile vivace et plus ou moins organisée. Nous dénombrons aujourd’hui une dizaine d'acteurs significatifs qui boostent l'émergence de l'écosystème. Beaucoup de Tunisiens ont déjà cette fibre, sans la formaliser en ESS.

Pourquoi avoir choisi la Tunisie pour développer votre programme ProgRESS ?

Rodérick Egal : Pour des raisons tout à fait logiques. Ici se poursuit la seule initiative démocratique du monde arabe et les valeurs de démocratie sont essentielles pour l'ESS. Choisir comme laboratoire la Tunisie se veut une façon d'être utile là où il existe le moins de barrières pour faire avancer la cause. Même s'il a fallu beaucoup prêcher dans le désert.
Nous partons de pas grand-chose, donc il est plus facile de créer des choses ambitieuses. Notre démarche a débuté en mai 2013 avec l'organisation à Tunis de Medess, le premier, et le seul jusqu'à aujourd'hui, évènement rassemblant les acteurs méditerranéens de l'ESS.
 
S.B. : Nous voulons une nouvelle Tunisie et pas d'une "Tunisie qui tue ses enfants". Avec la pandémie, les problèmes économiques, le système actuel est en train de mourir, s'il n'est pas déjà mort. Pour que le pays devienne prospère, il faut un minimum de dignité, de santé, d'éducation... L'ESS y contribue. Cette forme d'organisation économique et sociale a une vraie carte à jouer ici. Il faut montrer qu'elle est efficace et que la jeunesse l'assimile à l'Esspoir, avec deux s.
 
R.E. : C'est en Tunisie où l'ESS peut le plus faire levier en Afrique du Nord. Le Maroc est une puissance régionale en la matière, il existe une tradition historique, un marché plus mûr, plus structuré.
Mais, il est plus facile de faire naître un "Printemps de l'engagement solidaire" dans un pays comme la Tunisie. Ici, nous avions une perspective politique, une volonté de faire bouger les lignes, les mentalités et accélérer le prosélytisme sur la région Méditerranée.
L'ESS n'a pas de rivages, disait autrefois un ténor du monde coopératif français. Tous les peuples, toutes les nations, tous les états méditerranéens peuvent et doivent coopérer pour la développer, toujours et partout.

"L'UE finance à 80% le budget de ProgRESS"

Les premiers jalons de l'ESS ont été posés lors d'un colloque à Tunis en 2013 (photo : F.Dubessy)
Les premiers jalons de l'ESS ont été posés lors d'un colloque à Tunis en 2013 (photo : F.Dubessy)
Qui a porté ce programme sur les fonts baptismaux et pour quels objectifs ?

R.E. : ProgRESS est le fruit de la volonté partagée du gouvernement tunisien, de la délégation de l'Union européenne et d'iesMed, coopérative méditerranéenne de dynamisation de l'économie et de l'innovation sociale basée à Barcelone. On parle de 2017-2018, mais le programme a pu se mettre en place que beaucoup plus tard. Il est piloté par un comité multi-acteurs regroupant les secteurs publics et privés, la société civile et les universités.
 
S.B. : L'Union européenne finance à 80% son budget de 1,25 M€ sur trois ans. Les 20% restants seront apportés par des partenaires publics et privés nationaux et internationaux dont les noms seront dévoilés dans les prochaines semaines.
ProgRESS a démarré en juillet 2019 avec trois objectifs sur trois ans : Capitaliser les expériences et valoriser les meilleures pratiques pour alimenter une pédagogie de l’ESS ; produire des outils opérationnels, notamment des guides méthodologiques ; renforcer les capacités des différents types d’acteurs de l’écosystème de l’ESS tunisien.

"DarESS s'adressera à tous les acteurs de l'écosystème"

Rodérick Égal veut "accélérer le prosélytisme ESS dans la région Méditerranée." (photo : F.Dubessy)
Rodérick Égal veut "accélérer le prosélytisme ESS dans la région Méditerranée." (photo : F.Dubessy)
Progress représente les fondations de votre futur centre national de ressources de l'ESS ?

R.E. : ProgRESS met DarESS sur orbite. Ce centre national de ressources de l'ESS devra voler de ses propres ailes fin 2022. Tout a commencé par une étude de préfiguration pour comprendre les attentes des acteurs, valider les postulats de départ, les enrichir, les compléter. À l'arrivée, nous disposons d'un rapport de 200 pages définissant l'architecture et les connexions à établir, d'une équipe et de connexions avec l'ensemble de l'écosystème.
S.B. : DarESS se veut un concentrateur d’intelligence collective interconnectant les échelons régional, national et international. Nous pensons que l'avenir nous donnera raison et qu'en 2030 ce pays figurera en bonne place dans le panorama mondial de l'ESS.
DarESS sera inaugurée le 19 mars 2021 et s’adressera à tous les acteurs de l'écosystème en permettant de mutualiser les différentes ressources existantes. Nous voulons installer DarESS dans la durée. Son budget de fonctionnement se met en place avec le recrutement d'une dizaine de salariés.
Le centre s'appuiera sur quatre piliers : un observatoire avec les référentiels culturels, un pôle d'application avec boîtes à outil (TransFair), un projet collaboratif pour réfléchir sur le futur écosystème de la finance solidaire en Tunisie (FinSol) et ESS Emploi qui catalysera les projets de création d'emploi par et pour l'ESS.

R.E. : DarESS sera le fer de lance de l'ESS en Tunisie. Nous voulons aussi bâtir de nouvelles CitESS, cités de l'ESS, pôles régionaux de l'ESS en Tunisie, fonctionnant en coopération étroite avec DarESS et ailleurs en Méditerranée. Nous travaillons ce concept depuis MedESS et souhaitons bâtir un réseau méditerranéen performant des CitESS. Déjà deux ont ouvert en Tunisie à Mahdia et à Sidi Bouzid.
Une autre CitESS va voir le jour dans le Grand Tunis prochainement. C'est un pôle-vitrine de DarESS. Nous espérons en inaugurer aussi une à Sousse et dans deux autres villes supplémentaires d'ici à la fin de l'année 2021.
Parallèlement, nous mettrons en place des petits pôles satellites thématiques pour travailler sur des sujets précis comme la ville et l'ESS, l'économie circulaire, le tourisme alternatif, la santé, l'éducation... Nous montons également un pôle numérique, ce que nous n'avions pas prévu au début. Mais, avec la Covid-19, disposer de ressources digitales et de formations à distance, est apparu comme une évidence.

"La Tunisie est un pays pivot pour une dynamique intercontinentale de l'ESS"

DarESS sera inaugurée dans quelques jours (photo : ProgRESS)
DarESS sera inaugurée dans quelques jours (photo : ProgRESS)
Quelle est l'implication du gouvernement tunisien dans votre projet ?
 
S.B. : Nous sommes au service des différents ministères. Reste que la complexité de la situation politique et l'absence de tutelle claire sur l'ESS rend la collaboration opérationnelle difficile.

R.E. : Un portefeuille de l'ESS avait été créé fin janvier 2021 et ratifié par l'ARP. Un blocage institutionnel interdit depuis sa mise en place.

DarESS est-elle appelée à essaimer dans les autres pays méditerranéens ?
 
R.E. : DarESS deviendra-t-elle un centre méditerranéen rayonnant dans d'autres pays ? Ou le concept DarESS se répliquera sous une autre marque dans d'autres pays ? Nous verrons...Ce sont en tout cas les deux pistes de travail qui semblent les plus logiques.

S.B. : Nous avons établi de premières relations avec nos collègues et amis en Méditerranée et sur l'axe eurafricain. La Tunisie est un pays pivot pour une dynamique intercontinentale et j'espère que nous démontrerons que nous pouvons jouer pleinement ce rôle dans le "monde d'après".

Propos recueillis par Frédéric Dubessy
Jeudi 11 Mars 2021

Lu 2114 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

De "Algérie libre et démocratique" à "État civil et non militaire"

Razika Adnani, philosophe et spécialiste des questions liées à l'islam, membre du Conseil d'orientation de la fondation de l'Islam de France, du Conseil scientifique du CEFR et du groupe d'analyse JFC Conseil
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.