Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Critiques mais volonté d’apaisement dans les relations entre l’UE et la Turquie




Les candidats défaits ont accepté la victoire de l'alliance menée par le président sortant (photo : F.Dubessy)
Les candidats défaits ont accepté la victoire de l'alliance menée par le président sortant (photo : F.Dubessy)

TURQUIE / UE. Très critique sur les élections présidentielle et législatives en Turquie, Federica Mogherini note que "les électeurs avaient un véritable choix, mais les conditions de campagne n’étaient pas équitables." Dans un communiqué commun avec Johannes Hahn, commissaire européen à l’Élargissement, la cheffe de la diplomatie européenne remet en cause les résultats du scrutin. Elle s’appuie pour accuser les autorités turques sur un rapport préliminaire de l’OSCE et du Conseil de l’Europe évoquant l’ "absence d’opportunités égales pour les candidats ", notamment dues au " cadre juridique restrictif " et " aux pouvoirs conférés par l’état d’urgence en cours qui restreignent les libertés de réunion et d’expression, y compris dans les médias."

 L’Union européenne devra pourtant bien poursuivre ses relations avec le président sortant réélu dimanche 24 juin 2018, Recep Tayyip Erdogan. Federica Mogherini et Johannes Hahn indiquent d’ailleurs, dans leur communiqué, vouloir "travailler avec le président et le Parlement pour répondre ensemble aux nombrés défis communs qui (les) attendent. " 

Muharrem Ince, arrivé second à la présidentielle turque, a dit "accepter" sa défaite tout en demandant à Recep Tayyip Erdogan de cesser d’"être le secrétaire général de l’AKP (NDLR : la parti qu'il a fondé)" pour devenir "le président de 81 millions de Turcs."


La France et l'Allemagne plus conciliantes

Emmanuel Macron a lui " adressé ses vœux de succès au peuple turc pour le développement économique et social et le fonctionnement démocratique des institutions. " Félicitant son homologue pour sa réélection, le président français a tenu à " rappeler son attachement au dialogue étroit et franc avec le président turc sur les crises régionales, la Syrie en particulier, et la lutte contre le terrorisme. " Emmanuel Macron insiste sur l’ "importance d’un dialogue apaisé entre la Turquie et l’UE dans les respect des principes et des valeurs qui nous sont communes."

La chancelière allemande veut que son pays, où vit une importante communauté turque, soit " le partenaire d’une Turquie stable et pluraliste, dans laquelle la participation démocratique et la préservation de l’état de doit sont renforcés. " Angela Merkel dit "se réjouir de poursuivre et renforcer (cette) coopération. "





Mardi 26 Juin 2018



Lu 1081 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 17 Octobre 2018 - 09:55 La Palestine va présider le G77 à l'Onu

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA