Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Création du tout premier incubateur high-tech israélien ultra-orthodoxe



            Partager Partager

Benei Brak, une ville ultra-orthodoxe dans la banlieue de Tel-Aviv (Photo:  CC-Y. Phillips)
Benei Brak, une ville ultra-orthodoxe dans la banlieue de Tel-Aviv (Photo: CC-Y. Phillips)
ISRAËL. Yitzik Krombi et Racheli Ganot, deux entrepreneurs ultra-orthodoxes de Benei Brak, la ville ultrareligieuse de la banlieue de Tel-Aviv, lancent le tout premier incubateur high-tech Haredi.

“Notre but est d'intégrer sur le marché les compagnies high-tech qui emploient des ultra-orthodoxes, ou tout simplement d’aider les ultra-orthodoxes  à créer de nouvelle start-up, tout en respectant leur mode de vie.” explique Yitzik Krombi lors d’une interview au journal Globes, Jeudi 15 janvier 2015.

“Les incubateurs qui existent déjà et l’environnement du high-tech, en Israël, ne sont pas adaptés à la population ultra-orthodoxe pour une multitude de raisons. Les ultra-orthodoxes ne peuvent, par exemple, pas se rendre à un événement comme un ‘Start-up Bar”. Les femmes doivent être vêtues selon des règles très précises. Avec nous, les start-up peuvent enfin vendre au monde entier,  sans sortir de Benei Brak !"

Selon Yitzik Krombi, en 2014, 8 000 ultraorthodoxes suivaient des études dans le secteur du high-tech. "Même si le milieu des entrepreneurs ultra-orthodoxes reste plutôt masculin, il existe en revanche plus de femmes programmatrices que d’hommes" explique -t-il. “Trente compagnies sont inscrites dans notre incubateur et une des compagnies a déjà levé plus de 7 million de shekels (1,53 M€)."

L’incubateur prévoit déjà plusieurs étapes pour ses start-up : Les entrepreneurs reçoivent dans un premier temps entre 200 000  et 300 000 shekels (43 800 € et 65 700 €), elles ont quatre mois pour créer un business plan. La phase principale, pendant laquelle la start-up se trouve dans l’incubateur, dure entre un an et dix-huit mois. Chaque compagnie reçoit entre 2 et 3 millions de shekels (430 800 et 657 000 €) pour développer son produit. Les fonds viendront de plusieurs sources: l’Office of the Chief Scientist, dépendant du Ministère israélien de l’Economie, et des investisseurs privés, qui vont créer un fonds, dans un futur proche.

Jeudi 22 Janvier 2015

Lu 7099 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)
Grand angle

Covid-19 : L'Europe et l'après-crise économique déclenchée par la pandémie

Henry Marty-Gauquié, membre du groupe d'analyse JFC Conseil




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.