Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Corsica Linea réussit sa saison en Corse, au Maghreb et en Sardaigne


Pour sa première saison, la nouvelle compagnie maritime née des cendres de la SNCM réalise un chiffre d'affaires de 170 M€ avec 500 000 passagers transportés dont 300 000 sur la Corse et 200 000 sur le Maghreb.


            Partager Partager

Pierre-Antoine Villanova, directeur général de Corsica Linea, veut investir dans la rénovation de ses bateaux et n'exclue pas une acquisition (photo F.Dubessy)
Pierre-Antoine Villanova, directeur général de Corsica Linea, veut investir dans la rénovation de ses bateaux et n'exclue pas une acquisition (photo F.Dubessy)
FRANCE / ITALIE / MAGHREB. "Une première étape de la transformation de l'entreprise est réussie. Mais, nous restons modestes car beaucoup d'autres arrivent." En présentant les premiers résultats de sa compagnie maritime, Pierre-Antoine Villanova, directeur général de Corsica Linea (six navires), s'est voulu à la fois prudent et désireux de faire ressentir le changement intervenu. En 2016, la nouvelle compagnie devrait réaliser un chiffre d'affaires de 170 M€ avec 500 000 passagers transportés. Ces bons résultats s'expliquent en partie par l'actionnariat de Corsica Linea, composé notamment de 140 entreprises corses qui font transiter leurs marchandises par les navires de la compagnie.
 
En reprenant les activités d'une SNCM moribonde, Corsica Linea voulait d'abord "être au service de la Corse en s'inscrivant sur le long terme". Et gommer les trois principaux problèmes de la compagnie défunte : le manque de fiabilité (comprenez les grèves incessantes), le manque d'accueil du client et des prix trop élevés.

Avec 90% de retour positifs en terme de recommandation, suite aux enquêtes menées auprès de ses clients chaque semaine cet été, Pierre-Antoine Villanova pense avoir remis dans le droit chemin les traversées entre Marseille et la Corse. "Une entreprise comme la notre doit être rentable (NDLR : la SNCM perdait 10 M€) et elle l'est dès la première année et le sera, sans doute, l'an prochain" assure le directeur général. Cette bonne santé pourrait l'autoriser à emprunter auprès des banquiers dès la fin 2017.

Une ambition de 30% de parts de marché sur la Corse

Corsica Linea veut se développer sur le Maghreb (photo F.Dubessy)
Corsica Linea veut se développer sur le Maghreb (photo F.Dubessy)
"Nous allons prochainement investir dans un système informatique pour la gestion du fret" dévoile-t-il alors que le fret a connu une progression de 40% avec 850 000 mètres linéaires en 2016. Les principaux investissements concerneront cependant les navires. Le Paglia Orba bénéficiera d'une refonte totale de ses espaces restauration et bar. Vieux de vingt sept ans, le Méditerranée subira lui un cure de jouvence dotée d'une enveloppe de 20 M€ sur dix-huit mois.

La Corse reste l'objectif numéro un pour Corsica Linea qui a transporté 300 000 passagers sur cette destination en 2016. Elle vise 100 000 passagers de plus en 2017 grâce, notamment, aux groupes et aux tours opérateurs (principalement avec Ollandini Voyages et Corsica Tours) avec qui les négociations ont reprise pour développer des partenariats.  "Nous voulons aller chercher des clients que nous n'allions plus chercher" insiste Pierre-Antoine Villanova qui mettra cinq navires en plus sur la Corse. Tout en prévenant : "Nous ne serons jamais premier en terme de passagers sur la Corse. En 2017, nous souhaitons passer de 10 à 15% de parts de marché pour arriver, à terme, aux 30%."

Corsica Ferries affiche 80% de parts de marché sur les traversées entre le Continent et la Corse contre seulement 10% pour Corsica Linea (autant pour la Méridionale).

Le Maghreb en progression de 15%

Corsica Linea envisage l'achat de navires. "Un au moins car 30% de parts de marché avec six navires, je n'y arrive pas !" précise son directeur général, préférant attendre les résultats des futures DSP (Délégations de service publique) pour se prononcer plus en avant. "En 2017, nous nous positionnerons sur le long terme en suivant la collectivité territoriale plutôt qu'en nous y opposant" souligne la patron de la Corsica Linea. La nouvelle compagnie maritime ne bénéficie que d'une DSP d'un an. En 2017, la Collectivité territoriale corse (CTC), à majorité indépendantiste, va rebattre les cartes. Avec pour commencer une DSP dont le montant passera de 104 à 78 M €. Mais aussi la création d'une société d’investissement dont elle contrôlerait la majorité du capital et qui exploiterait avec deux navires les ports corses secondaires.
 
Corsica Linea entend aussi gagner des clients sur le Maghreb en poussant encore plus sa communication sur les deux destinations desservies Tunisie et Algérie. En 2016, le trafic se trouve déjà 15% au dessus des objectifs pour l'Algérie et équivalent sur la Tunisie avec 200 000 passagers au total. En 2017, l'objectif sera identique. "Nous discutons actuellement du renouvellement de notre partenariat avec la Compagnie tunisienne de navigation" indique le directeur général qui sera mercredi 12 octobre 2016 à Tunis.

Les jeux de hasard pourraient même faire leur apparition dans les eaux territoriales. Dès que le décret d'application d'une loi, déjà votée en France et le permettant, sera publié. Le Méditerranée nouvelle formule pourrait ainsi accueillir des machines à sous.

Les résultats sur la Sardaigne, avec le lancement en juillet 2016 de la traversée entre Marseille et Porto Torres, et les 4 000 passagers transportés, demeurent encourageants. Corsica Linea prévoit de passer de cinq aller et retour directs par semaine à dix au minimum en 2017. Face à ce succès, son directeur général n'exclue pas de proposer d'autres destinations en Italie mais aussi en Espagne voire au Maroc. En 2017, des tests pourraient se dérouler en ce sens.

En 2017, Corsica Linea prévoit d'atteindre entre 170 et 200 M€ de chiffre d'affaires.

Mardi 11 Octobre 2016

Lu 3442 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.