Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Cinq candidats validés pour l'élection présidentielle algérienne


Rédigé par , le Lundi 4 Novembre 2019 - Lu 1519 fois


Tous les candidats à la présidentielle ont été des proches de l'ancien président Bouteflika (photo : Présidence de la République algérienne)
Tous les candidats à la présidentielle ont été des proches de l'ancien président Bouteflika (photo : Présidence de la République algérienne)
ALGÉRIE. Sur les vingt-trois candidats à avoir déposé un dossier auprès de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), seuls cinq ont été validés, samedi 2 novembre 2019, par l'institution et pourront briguer le poste de président de la République lors du suffrage du 12 décembre 2019.

Parmi eux figurent deux anciens Premiers ministres de Abdelaziz Bouteflika, le président forcé à la démission le 3 avril 2019 : Ali Benflis (75 ans - Premier ministre de 2000 à 2003) et Abdelmaldjid Tebboune (73 ans - Premier ministre pendant trois mois en mai 2017). La plupart des autres ont bénéficié d'un portefeuille comme Azzedine Mihoubi (60 ans), ministre de la Culture encore en mars 2019 et chef de file du Rassemblement national démocratique (RND), membre principal de la coalition qui soutenait Abdelaziz Bouteflika. Abdelaziz Belaïd (56 ans), ancien cadre du Front de Libération National (FLN), était secrétaire général de l'Union nationale de la jeunesse algérienne (UNJA), soutien de 'ancien président, avant de la quitter pour fonder, en février 2012, le Front El-Moustakbal, micro-parti proche du pouvoir. Quant au dernier belligérant, Abdelkader Bengrina (57 ans), ministre du Tourisme et de l'Artisanat (1997-1999), appartient à El-Bina (Construction) un petit parti islamiste.

Le Conseil constitutionnel devra officialiser ces noms avant samedi 9 novembre 2019.

En ébullition depuis février 2019, la rue continue à refuser que la future élection soit organisée par des anciens du régime d'Abdelaziz Bouteflika. Qui plus est, mais ceci expliquant sans doute cela, aucun des candidats retenus ne réunit ce critère, même si plusieurs d'entre eux sont passés à l'opposition du temps du règne de l'ancien président. Ali Benflis s'est ainsi présenté deux fois contre lui, décrochant à chaque fois la seconde place, loin derrière un président élu avec plus de 80% des voix.
Le quotidien algérien El Watan ironisait dans un éditorial de Chawki Ammari sur la situation avec comme titre : "Même sur une chaise roulante, le pied de Bouteflika possède 5 doigts" et évoquait également, en comparaison avec le nombre de candidats, les cinq plaies envoyées à l'Égypte par Dieu.

L'actuel président par intérim, Abdelkader Bensalah, entend aller, cette fois, jusqu'au bout. Une première élection prévue le 4 juillet 2019 avait dû être annulée, faute de candidats validés par le Conseil constitutionnel.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info