Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Chypre, France et Slovénie vont bénéficier de fonds européens pour protéger l'environnement


Rédigé par Eric Apim, le Vendredi 18 Février 2022 - Lu 1037 fois


UE. Après un appel à proposition en 2020 du Programme Life, la Commission européenne a décidé, jeudi 17 février 2022, d'investir 110 M€ dans des projets intégrés de protection de l'environnement et du climat.

Ils couvrent onze pays* dont trois méditerranéens : Chypre, France et Slovénie (voir ci-après). "Ces projets contribuent à la relance verte dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et soutiennent les objectifs de neutralité climatique et de zéro pollution d'ici à 2050 énoncés dans le pacte vert pour l'Europe. Il s'agit d'exemples concrets des actions qui permettront de réaliser les principaux objectifs du pacte vert pour l'Europe dans le cadre de la stratégie de l'UE en faveur de la biodiversité à l'horizon 2030 et du plan d'action de l'UE en faveur de l'économie circulaire", précise la Commission européenne dans un communiqué.

Les projets intégrés permettent aux États membres de solliciter d'autres sources de financement, telles que des fonds agricoles, structurels, régionaux et de recherche, ainsi que des fonds nationaux, mais également de recourir à des investissements du secteur privé. Selon la Commission européenne, ils pourraient réunir plus de 10 mrds€ de fonds complémentaires.

" Il n'y a pas de temps à perdre pour les crises du climat, de la biodiversité et de la pollution. Le programme LIFE apporte un soutien direct à des projets dans toute l'Union et permet à des régions et des pays entiers de protéger et de restaurer la nature. La nature est notre plus grande alliée et nous devons prendre soin d'elle pour qu'elle puisse prendre soin de nous", commente Frans Timmermans, vice-président exécutif, chargé du Pacte vert pour l'Europe. Pour Virginijus Sinkevičius, commissaire européen chargé de l'environnement, des océans et de la pêche, les dossiers retenus "constituent l'un des principaux outils pour faire de la transition écologique une réalité en apportant des changements ciblés sur le terrain. Grâce à ces projets, les États membres peuvent rendre leurs économies plus vertes, rétablir la nature et la biodiversité et améliorer leur résilience. J'attends avec impatience de voir les avantages que ces investissements apporteront dans les onze pays concernés et au-delà de leurs frontières."

Trois zones forestières pilotes en France

Biodiv'Est veut inverser le déclin de la biodiversité dans la région Grand Est (photo: AMHiste Région Grand Est)
Biodiv'Est veut inverser le déclin de la biodiversité dans la région Grand Est (photo: AMHiste Région Grand Est)
En France, un projet intégré LIFE Environnement, Biodiv'Est (26,47 M€ sur dix ans de 2021 à 2030), prévoit la mise en place de mesures pour enrayer et inverser le déclin de la biodiversité dans la région Grand Est. Plusieurs programmes, coordonnés par le Conseil régional et en lien avec le plan d'action prioritaire de Natura 2000, sont prévus dans des zones naturelles afin de lutter contre la menace de fragmentation des écosystèmes, de la pollution de l'eau et de l'air, ainsi que la propagation d'espèces exotiques envahissantes.

L'équipe affectée à Biodiv'Est veut renforcer la gouvernance locale dans les zones naturelles, sensibiliser la société civile à la biodiversité, améliorer les actions sur le terrain avec une main-d'œuvre qualifiée. Elle recensera des solutions innovantes pour protéger la biodiversité.

Cette action globale (102 initiatives engagées avec 337 acteurs impliqués) sera accompagnée notamment par la plantation de 128 km de haies, la création de dix nouvelles réserves naturelles et de trois zones forestières pilotes afin de tester des mesures sylvicoles et de développer des mélanges de semences en milieux prairiaux résilients au changement climatique. Elle comprendra aussi l'annonce de nouveaux moyens financiers innovants pour récompenser la fourniture de services environnementaux.

Réduction de 60% des déchets en Slovénie

Chypre a l'un des niveaux de déchets municipaux par habitant les plus élevé de l'Union européenne. Moins de 20% d'entre eux sont recyclés. Le gouvernement l'attribue à un manque d'infrastructures et de collecte des déchets recyclables et biodégradables. Mené par le Département de l'Environnement du ministère chypriote de l'Agriculture, du Développement rural et de l'Environnement, le projet LIFE-IP CYzero WASTE vise à installer une collecte séparée des biodéchets dans cinquante zones rurales, semi-rurales et urbaines. Ainsi qu'à améliorer celle des produits recyclables secs, comme le papier et les boîtes métalliques, par la mise en place de vingt kiosques verts. Sept villes de l'île méditerranéenne accueilleront des centres de réutilisation/réparation et un réseau de magasins de réutilisation. En outre, certains systèmes de "paiement au rebut" seront testés parallèlement à l'introduction d'une taxe sur les décharges. Ces deux outils devraient favoriser le passage à une économie plus circulaire.

A travers son projet LIFE IP RESTART, la Slovénie travaille à un meilleur taux de recyclage des déchets de construction et de démolition non dangereux. L'absence de législation cohérente, l'insuffisance des capacités de recyclage et la faible acceptation sociale des processus de recyclage et des produits qui en résultent, sont autant de handicaps identifiés par le gouvernement slovène.
Son ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire va déployer un ensemble de solutions techniques, numériques, environnementales et circulaires complémentaires pour atteindre une autosuffisance matérielle maximale et une circularité accrue dans le secteur de la valorisation des déchets.

Six solutions circulaires pour les flux de déchets problématiques et volumineux seront promues pour assurer une large adoption des solutions pour parvenir à une mise en œuvre cohérente et intégrée des objectifs nationaux de gestion et de prévention des déchets. Les ambitions slovènes sont grandes avec la volonté de réduire les déchets de 60 % grâce au recyclage d'ici 2030. Et d'atteindre un taux de recyclage de 50 % des déchets de construction et de démolition non dangereux (70% pour les déchets municipaux). L'amélioration des activités de  collecte, de traitement et d'élimination des déchets, ainsi que de la récupération des matériaux pourraient également réduire de 20% les émissions de CO2.


* Chypre, Danemark, Estonie, Finlande, France, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Slovénie, Tchéquie.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info