Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Cepasco lance un kit de rééducation olfactive par les épices


Rédigé par , le Lundi 28 Mars 2022 - Lu 1918 fois


Cepasco se spécialise depuis près de 150 ans dans les épices (photo: F.Dubessy)
Cepasco se spécialise depuis près de 150 ans dans les épices (photo: F.Dubessy)
FRANCE. Créée en 1876 à Alger par Antoine Espig, d'origine espagnole, pour importer et commercialiser le safran cultivé en Espagne à travers toute l'Afrique du Nord, Cepasco continue à commercialiser, auprès des épiceries fines et des restaurateurs, cet or rouge en provenance d'Iran, mais aussi de Provence. Il représente 8% de son chiffre d'affaires. Commercialisé sous le nom de Spigol (contraction d'Espig et de  gold) depuis 120 ans, le mélange d'épices noble, composé à 3% de safran et destiné à colorer et à parfumer les plats à base de riz, et notamment la paella, reste sa marque de fabrique. "Il appartient à l'histoire de Cepasco comme au patrimoine culinaire français", indique Delphine Grégoire, directrice marketing et développement de l'entreprise. Depuis l'Algérie, il est alors exporté au Maroc, en Tunisie, en Espagne et en France.

En 1962, les Établissements Espig déménagent d'abord à Marseille et devient la Centrale des Épices Assaisonnement et Condiments (Cepasco). Puis, en 1992, la société s'implante à Gémenos, près d'Aubagne. Elle n'a jamais démenti son ADN méditerranéen après bientôt un siècle et demi d'existence. Son directeur général, Bertrand Cosse, revendique "45% de parts de marché des épices dans le circuit des épiceries ethniques (NDLR;: casher, halal et supermarchés asiatiques) contre 4% dans la grande distribution."

2 500 tonnes d'épices traitées par an

Responsable achat, Soizic Chauvel réceptionne environ 150 conteneurs par an en provenance du monde entier avec ses 2 500 tonnes d'épices traitées que ses opérateurs vont cribler, tamiser, nettoyer, calibrer, moudre et conditionner, à raison de 25 millions de sachets (de 20 grammes à un kilogramme) par an. "Au Maroc, nous achetons de la coriandre, du piment fort équeuté, de la menthe, de la verveine, des boutons de rose...", énumère-t-elle. Le sésame doré et le fenouil viennent d'Égypte. Le laurier, le cumin, le piment, l'origan de Turquie. "Nous ne sourçons pas les produits méditerranéens dans d'autres régions, car les zones de culture n'existent pas ailleurs", précise la responsable des achats. L'entreprise expédie d'ailleurs peu vers le bassin méditerranéen.

Après la succession de cinq générations, la famille ne se trouve plus aux commandes. Deux fonds détiennent aujourd'hui l'entreprise: le Suisse Evoco (57% du capital) et le Français BNP Paribas Développement (23%). Le groupe Cepasco (75 salariés) englobe trois sociétés. La première Cepasco-Spigol, basée à Gémenos, se spécialise dans les épices, les herbes et les aromates. Elle a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 24,5 M€ avec 1 500 références. La seconde, Dulfrance (3,5 M€ de CA), implantée à Lézennes, près de Lille, propose des soupes et fonds de sauce déshydratés. Enfin, acquise voici un an, Flavori (2,2 M€ de CA) commercialise des épices en Belgique. "Nous restons toujours à l'affut de croissance externe, mais uniquement dans notre cœur de métier", précise Bertrand Cosse.

L'activité de production demeure saisonnière avec des pics avant le Ramadan (2 avril au 2 mai en 2022), de la Pâque juive (Pessa'h 16 avril au 23 avril 2022) ou du Nouvel an chinois (1er février 2022). Les épiceries traditionnelles (marques Espig) représentent 39% en volume comme en valeur, les linéaires de la grande distribution 19% (16% sous les marques Spigol, La Planète des Épices, Epicé Tout ! pour le bio et 3% en marque distributeur). Les professionnels de la restauration (marques Antoine Espig et Maison Espig pour le bio) apportent 26% du résultat et les industriels 5%. L'exportation représente 11% du chiffre d'affaires.

"Les Français se sont remis à cuisiner"

Le kit (re)sentir permet de rééduquer au goût et aux odeurs (photo: Cepasco/Robert Poulain)
Le kit (re)sentir permet de rééduquer au goût et aux odeurs (photo: Cepasco/Robert Poulain)
"Les consommateurs veulent manger plus sain et remplacent de plus en plus le sel par des épices", indique Delphine Grégoire.
Les effluves du triturateur provençal lui ont d'ailleurs permis de plutôt bien traverser la crise économique, conséquence de la pandémie. Et si l'entreprise a dû faire face à des problèmes logistiques, son directeur général note dans un sourire que "les plantes ont continué à pousser."

"Nous sommes dans un marché tendanciellement en croissance. Nous avons cependant connu une accélération avec les confinements dus à la Covid car, les Français se sont remis à cuisiner", se félicite Bertrand Cosse. Au point que le marché des épices a cru de 10% (contre 1 à 2% habituellement) durant cette période et que Cepasco a surperformé à quelque 20%. Le conflit actuel en Ukraine ne se situant pas "dans une zone de production naturelle d'épices", comme le souligne le directeur général, il n'a aucun impact sur la production.

Si les résultats de la société n'ont pas souffert de la Covid-19, certains de ses salariés oui. Deux cadres notamment ont perdu l'odorat et le goût, un comble dans une entreprise spécialisée dans les épices. Des discussions informelles sur ce thème avec l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (APHM) a conduit Cepasco a lancé un kit de rééducation olfactive par les épices (voir photo ci-dessus) pour aider les personnes atteintes d'anosmie (perte de l'odorat) et/ou de goût (agueusie), deux symptômes très fréquents du coronavirus. Établi avec le support d'Emmanuelle Albert, orthophoniste et formatrice, et du Professeur Justin Michel, chef du service ORL et chirurgie cervico-faciale à l'hôpital de la Conception à Marseille, il est composé de flacons en verre, d'épices et d'un petit livre d'exercices. Il est en vente depuis le 15 mars 2022.




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info